Accueil Fontaines D.C. en concert
Dimanche 3 juillet 2022 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.


Originaire de Dublin, Fontaines D.C. est un jeune et prometteur groupe irlandais faisant dans le post punk bien énervé... En concert en France en 2019 pour accompagner la sortie le 12 avril 2019 du premier album du combo, "Dogrel" ! (Photo : Yann Cabello) En concert à l'Olympia de Paris le 1er avril 2021 et en tournée en 2021 pour promouvoir son deuxième album, "A Hero's Death" (sortie le 31 juillet 2020, chronique du disque à lire en un clic ici).

Fontaines D.C. : vos chroniques d'albums
Site

Fontaines D.C. : tous les concerts

Fontaines D.C. : les dernières chroniques concerts 5 avis

Fontaines D.C.

Critique écrite le 07 juin 2022, par Philippe

Le Transbordeur, Lyon 06 juin 2022

Fontaines D.C. en concert

Que savions-nous de Fontaines D.C. avant ce lundi 6 juin au soir ? Jeune groupe classé post-punk, d'origine irlandaise (mais sans une once de cette touche celtique parfois gonflante et qui va souvent avec !), auteurs d'un formidable premier album, Dogrel, en 2019... Aperçus à cette occasion au festival TINALS, dernier du nom, lors d'une première prestation trop courte - 30 minutes environ, en parfaits petits branleurs sachant se faire désirer/détester ! Armés de l'album révélation de 2019, ces jeunes lads étaient donc partis pour une carrière stratosphérique en 2020... mais se sont fait éclater les rotules à la batte de baseball par Mrs Covid-19 ! Ils ont bien réagi néanmoins, en sortant un deuxième album presque aussi enthousiasmant (et au final même, plus long en bouche), A Hero's Death - sans doute ce qu'on a le plus écouté en 2021 ! Plus une carte postale en vinyle envoyée lors du Disquaire Day, un touchant live sans public enregistré dans une prison désaffectée pour indépendantistes d'Irlande, Kilmainham Gaol... Pour cette raison donc, même en étant un peu plus circonspects devant le 3e album, Skinty Fia, on avait très envie de les revoir, les 5 Fontaines D.C., quitte à devoir roter du sang pour le mériter.... C'est donc après... Lire la suite

Tame Impala, Idles, Stereolab, Black Midi, Fontaines D.C., Pond (La Route du Rock Collection Été 2019)

Critique écrite le 22 août 2019, par Pierre Andrieu

Fort de Saint-Père, près de Saint-Malo 15 août 2019

Tame Impala, Idles, Stereolab, Black Midi, Fontaines D.C., Pond (La Route du Rock Collection Été 2019) en concert

Chaude (surtout le jeudi) et humide (le vendredi et le samedi) La Route du Rock Collection Été numéro 29, avec comme tous les ans une prog bien au-dessus de la moyenne dans un cadre relativement intimiste et assez idyllique... On dénombrait plus de 10 000 personnes le premier soir dans la sympathique moiteur du Fort de Saint-Père pour le show des stars australiennes électro pop synthético psyché de Tame Impala et ceux des autres artistes à l'affiche, souvent à fond dans les guitares, eux, comme Idles, Fontaines D.C. ou Black Midi. En cadeau bonus, les trop peu connus du grand public, les rois du krautrock pop expé indé, Stereolab. Ah, et puis en apéritif parfois un peu léger/FM, Pond, néanmoins idéal pour lancer la soirée, qu'on vous raconte juste après... Pond Jeudi 15 août, 18 heures 30, Pond attaque sur la scène des remparts avec un set très pop, ultra psyché et truffé de good vibrations... Le leader du groupe Nick Allbrook (ex membre de Tame Impala) en fait des caisses à la voix haut perchée, aux solos de guitares trippant et aux grimaces, ses acolytes aux synthés déclenchant, quant à eux, un déluge de sirop de glucose. Tout cela est idéal pour remuer le bassin en profitant du soleil, même si certains titres sont un peu... Lire la suite

Fontaines D.C. (This Is Not A Love Song Festival - TINALS 2019)

Critique écrite le 11 juin 2019, par Pierre Andrieu

Paloma, Nîmes 1er juin 2019

Fontaines D.C. (This Is Not A Love Song Festival - TINALS 2019) en concert

Déjà vu en pleine possession de ses moyens à La Coopé en octobre 2018, c'est à dire bien en amont de la sortie de "Dogrel", son premier album en forme de gifle indie rock and punk entre The Fall, Art Brut, Clash, Smiths, Strokes et Pogues, le groupe irlandais Fontaines D.C. a confirmé tous les espoirs placés en lui avec un set en forme de boulet de canon sur la scène Mosquito de TINALS le samedi 1er juin... 20h15 : il fait beau et chaud, on vient de profiter d'une belle série d'apéritifs anisés dégustés en plein soleil et le gang originaire de Dublin City (une ville chère à notre cœur de roux) déboule sur la petite scène extérieure placée au fond du site de Paloma (Nîmes). Malgré le cadre et les circonstances, les jeunes mecs aux visages fermés ne semblent pas en vacances, ils sont là pour faire leur job en serrant les dents et en mettant ce qu'il faut d'intensité et de tension dans leur set. Derrière Grian Chatten, un chanteur bien flippant, tendu comme un arc et très en voix, le groupe est au taquet : ça cogne fort sur les fûts, les guitares et la basse, pas de fioritures inutiles, on tranche dans le lard et on fonce dans le tas ! Ravis par la qualité du raffut, les premiers rangs ont donc l'occasion... Lire la suite

(my) This Is Not a Love Song (TINALS) Festival 2019, 3-3 : Rocky Controlo, Shonen Knife, Wednesday Campanella, Mormor, Fontaines D.C., Mick Strauss, Warm Drag, Rendez-vous, Shame, Prettiest Eyes, Johnny Mafia

Critique écrite le 02 juin 2019, par Philippe

Paloma, Nîmes 1er juin 2019

(my) This Is Not a Love Song (TINALS) Festival 2019, 3-3 : Rocky Controlo, Shonen Knife, Wednesday Campanella, Mormor, Fontaines D.C., Mick Strauss, Warm Drag, Rendez-vous, Shame, Prettiest Eyes, Johnny Mafia  en concert

C'est déjà le troisième jour du This Is Not a Love Song Festival #7, et ni la météo (superbe - tempête de ciel bleu pour tous les Tinaliers), ni l'ambiance (délicieuse - festival bucolique pour toutes les Tinalières), n'ont changé autour de la sublime salle Paloma de Nîmes ! On a néanmoins pris le temps avant de revenir, entre autres de ramener l'enfant chez lui (via son diner préféré, bien sûr, celui sur l'autoroute après Arles), mais aussi par exemple, de faire une bonne sieste réparatrice... Tant pis (et désolé) pour les Jim Younger's Spirit, groupe folk psyché sympa de Marseille, qu'on a donc un peu abandonné à cuire au soleil sans nous. Ce qu'auraient davantage mérité les deux zigues de Rocky Controlo (mais eux jouaient à l'ombre, au patio) : hip hop électro idiot, avec un grosassent gardois, souligné par des déguisements débiles. Mystère de la programmation (très stylée par ailleurs) : un pari perdu ? Des amis à qui faire plaisir peut-être ? C'était sans doute drôle à un certain degré, mais on ne l'a jamais atteint : il a fallu mettre fin de toute urgence à cette purge quand ils se sont mis à brailler du Marc Lavoine. Et non, on ne dira pas quel titre, pour ne pas se faire leur complice et pire, transmettre aux lecteurs un... Lire la suite

Fontaines D.C. : les chroniques d'albums

Fontaines D.C. : A Hero's Death

Chronique écrite le 31/07/2020, par Pierre Andrieu

Fontaines D.C. : A Hero's Death

Après avoir cartonné avec son imparable premier album ("Dogrel", paru en 2019) et tourné de manière massive dans le monde entier pour le vendre, le groupe irlandais de post punk Fontaines D.C. s'est immédiatement penché sur l'enregistrement de son successeur, le très marquant "A Hero's Death", qui arrive dans les bacs fin juillet 2020. Le tout jeune - et manifestement très doué - gang, emmené par l'intense chanteur aux penchants nihilistes Grian Chatten et composé également des peu amènes avec leurs instruments Conor Deegan III, Carlos O'Connell, Conor Curley et Tom Coll, arrive à rééditer l'exploit du premier disque (qui contenait des perles aussi rares que "Boys in the Better Land", "Hurricane laughter", "Liberty Belle", "Too Real" ou encore "Big", entre autres) en balançant trois nouveaux tubes avant même la sortie de son deuxième effort. Leurs noms : "A Hero's Death" (tendu comme un arc, et contenant le mantra " presque " plein d'espoir "life ain't always empty"), "Televised Mind" (sauvage à souhait) et "I don't belong" (menaçant et torturé comme on aime). La suite du disque se joue en mode gifle/caresse avec une alternance d'instants virulents (comme les 3 titres cités à l'instant, mais aussi "Living In America ", le morceau phare de... Lire la suite

Fontaines D.C. : Vidéo

















Fontaines D.C. : écoute