Accueil Chronique de concert Billy Idol
Lundi 18 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Billy Idol

Billy Idol en concert

Sala Rockstar Live @ Barakaldo 17 Juillet 2012

Critique écrite le par



Il n'y a pas de meilleure expression que "adorable Bad Boy" pour décrire Billy Idol, né sous le nom de William Broad. Le légendaire Punk Rock du Bad Boy était donc de passage en ce 17 juillet 2012 dans la ville de Barakaldo à la RockStarLive, et ce pour la première fois en Espagne avec la date de Madrid.



L'auteur des incontournables "Dancing With Myself", "Rebell Yell" ou "White Weeding", accompagné par une bande de musiciens avec pas moins que Steve Stevens à la guitare, Stephen McGrath à la basse, le claviériste Derek Sherinian (ex-Dream Theater), Billy Morrison à la guitare rythmique ou encore Jeremy Colson derrière les fûts, qui a également accompagné d'autres guitar heroes tel que Steve Vai, Joe Satriani, Marty Friedman ou Michael Schenker.



Je n'avais pas idée du nombre de personnes qui allaient être présentes ce soir, et la bonne surprise fût une salle comble avec bon nombre de fans de Rock et de Metal, soit un public relativement différent de la date à laquelle j'avais assisté lors du Bospop 2010.



Pour ouvrir le bal ce soir, un groupe local de Bilbao, RadioActiva, qui pendant près d'une heure nous offrira un "Garage Rock à tendance Punk". Sans révolutionner le genre, le groupe se laisse écouter avec une bière à la main, et chauffera doucement la salle, cependant il est facile de sentir que le public est là pour le Bad Boy et n'attend que lui.



Lui, c'est l'égérie bien conservée qui du haut de ses presque 60 ans va venir enflammer la RockStarLive en moins de temps qu'il ne faut pour le dire avec les titres "Ready Steady Go" et "Dancing With Myself" extraits des années de la période Generation X.



Dynamisme et charme ne laisseront pas la gente féminine indifférente, qui, devant les pas de danses sensuels, ses caresses de torse ou son regard de braise, ne pourra éviter quelques cris aigus. Le thermomètre grimpera également lorsque ce dernier viendra s'exposer aux ‘caresses' des premiers rangs, baguettes de batterie disponibles à venir récupérer dans son pantalon et sans oublier les nombreux objets comme des assiettes de cartons dédicacées ou médiators que le Bad Boy offrira à la foule.



Le sublime Steve Stevens ne sera pas reste lui non plus et nous envoûtera avec sa guitare. De son look ‘glam sur le retour' à ses solos de guitares agrémentés de rythmes hispanisants, il électrisera de son ‘feeling' la salle à plusieurs reprises durant le show.



Les autres membres, bien que plus discrets, n'en seront pas moins de bonne compagnie dans cette formation vitaminée qui nous offrira en tout un concert dynamite de 2h et de 16 titres, entre Generation X et Billy Idol solo, avec même une petite reprise des Doors. Une belle leçon de ‘funny Rock'n'Roll' par un mauvais garçon au grand cœur que l'on ne se lasse pas de voir sur scène.





Set List :
Ready Steady Go (Generation X) / Dancing With Myself (Generation X) / (Do Not) Stand in the Shadows / Postcards From The Past / Flesh For Fantasy / Too Far To Fall / Sweet Sixteen / Eyes Without A Face / Kings And Queens Of The Underground / Heaven's Inside (Generation X) / L.A. Woman (The Doors) / Steve Stevens Acoustic Guitar Solo / King Rocker (Generation X) / Running with the Boss Sound (Generation X) / Love Like Fire (Generation X) / Blue Highway / Rebel Yell / White Wedding / Mony Mony

Billy Idol : les dernières chroniques concerts

Hellfest 2015 (1/3) : Judas Priest, Alice Cooper, Billy Idol, Sticky Boys, No Return, Armored Saint, Vallenfyre...  en concert

Hellfest 2015 (1/3) : Judas Priest, Alice Cooper, Billy Idol, Sticky Boys, No Return, Armored Saint, Vallenfyre... par Gandalf
Clisson, le 19/06/2015
Et de 10 ! Dix ans déjà que le Hellfest existe, et quel chemin parcouru depuis les débuts... Jusqu'à devenir le plus gros festival Metal francais et un des plus gros... La suite