Accueil Chronique de concert Jacques Dutronc
Jeudi 21 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Jacques Dutronc

Jacques Dutronc en concert

Zenith, Paris 15 janvier 2010

Critique écrite le par




On aime tous Dutronc. Beaucoup d'entre nous ont été bercés par ses chansons depuis leur plus jeune âge. De plus, c'est un personnage assez énigmatique mais particulièrement sympathique et même assez fascinant. Avec sa gueule d'ange, son regard vif et malicieux, son sourire impertinent, son humour dévastateur et sa désinvolture assumée, Dutronc est une vraie figure culturelle française. En tant qu'acteur et chanteur, il a tutoyé les sommets sans donner l'impression de se fouler une demie seconde. Ami de Gainsbourg, mari de Françoise Hardy, Van Gogh chez Maurice Pialat, fêtard invétéré, ermite en corse, amateur de vin et de cigares, ce mec véhicule une image hyper sympathique du français dans toute sa splendeur. A l'heure du débat sur l'identité nationale, on pourrait peut-être dire qu'être français c'est être Dutronc... ça serait pas mal !!

Absent de la scène depuis près de 18 ans, son dernier disque (assez dispensable malgré ses retrouvailles avec Lanzman) Madame l'existence est sorti il y a près de 5 ans, Dutronc annonçait son retour sur les planches en mai dernier pour une cinquantaine de dates dans toutes la France qui le ferait quitter sa tanière corse. Sa cote de popularité n'étant pas retombé d'un millimètre depuis son apparition au milieu des années 60, les places se sont arrachées très vite et c'est donc assez heureux que l'on prenait le chemin du Zenith plein de cactus et de fille du père noël dans la tête.

C'est assis nonchalamment dans un fauteuil club que Dutronc Fit son entrée sur scène. Un groupe de requins de studio déroulant du blues rock plein de testostérone, l'accompagne. C'est avec beaucoup de désinvolture que Dutronc saisit son Micro et attaque sa soirée par un Et Moi et moi et moi de très bonne facture. Bonne nouvelle, sa voix est parfaitement intacte et énergique. Dès lors les tubes rock se succèdent :Fais pas si fais pas ça, la fille du père noël , on nous cache tout on nous dit rien... Si les interprétations sont bonnes, le son calibré et un peu trop propre de son groupe de requins de studio n'a pas la fraicheur du son Kinksiens des versions originales. Le public (pas mal de jeunes retraités et quelques gamins d'une trentaine d'année) est assis et étonnamment passif. Pourtant ces chansons sont à reprendre en chœur... On aurait aimé l'entendre ce répertoire rock yéyé dans une plus petite salle avec un son un peu plus crade devant un public plus jeune et plus vivant.

Mais Dutronc, ce n'est pas que du rock, c'est aussi un crooner. Sa voix fait merveille sur le plus grand des voleurs, les playboys, comment elles dorment... Le concert tourne alors plus au tour de chant. Entre chaque morceau Jacques Dutronc fait des vannes et cultive son personnage de désinvolte bourru sursensible à l'humour acerbe pour le bonheur du public. Des titres des années 80 viennent s'intercaler avec Qui se soucie de nous et le fabuleux Hymne à l'amour moi le nœud qui semblent secouer et réveiller le public. Vincent Lindon vient pousser la chansonnette en duo sur tous les gouts sont dans ma nature de manière assez bancale. Il faut dire que ce n'est pas son métier.





Dutronc n'est pas une bête de scène. Si son charisme est évident et sa voix très bonne on sent que la scène n'est pas son domaine. Statique et bourré de timidité, il l'aborde sans trop se fouler et sans avoir trop réfléchi à l'impact des enchainements de chansons ; Il n'y a pas de montée en puissance. A force de parler systématiquement entre chaque chanson, il empêche l'ambiance de décoller vraiment. C'est peut être le prix de voir Dutronc en tout début de tournée, son spectacle n'est probablement pas encore rodé.

Cela ne nous empêche pas de prendre un plaisir fou à écouter Le petit jardin, Il est 5 heures paris s'éveille, J'aime les filles, Les cactus, L'opportuniste, Sur une nappe de restaurant dans de très bonnes versions. A y réfléchir, on se dit que l'animal a quand même un répertoire assez magique. Mais c'est quand même sans trop se fouler que Dutronc assume sa tournée relevé des compteurs.

La soirée se termine par deux des chansons arnaque de son répertoire : Merde in France et La compapade.

Dutronc quitte la scène comme un éclair avec sa désinvolture légendaire avant de revenir pour un rappel où il reprendra une version copier coller de Et moi et moi et moi par laquelle il avait attaqué la soirée. On aurait préféré avoir Mini mini mini, le responsable ou l'aventurier les gens sont fous les temps sont flous pour clore ce récital même si l'idole aurait été la parfaite conclusion .de cette soirée tant elle reflète le personnage.

Ce fut un concert minimum syndical un peu bancal. On mettra ça sur le compte du début de tournée. Un peu plus travaillé avec des enchainements de chansons plus énergiques et plus cohérent dans une salle avec une fosse sans places assises dans une salle un peu plus intime comme l'Olympia, le concert aurait été d'un autre niveau.

Mais Dutronc reste Dutronc et ça fait quand même plaisir d'avoir pu le voir sur scène !!!!!


Sites Internet : www.jacques-dutronc.fr, www.myspace.com/jacquesdutroncsociety, www.myspace.com/jacquesdutroncsongsblargh.

> Réponse le 17 janvier 2010, par les charlier

[Zénith de Paris - 16 janvier 2010] J'ai lu avec attention la critique très argumentée sur le concert du 15 janvier, je suis d'accord en grande partie avec ce spectateur, sauf sur son jugement de l'orchestration. Les arrangements étaient très bons et très adaptés, les musiciens, "des pointures", quand même, nous ont bien fait vibrer, quant à l'ambiance, (c'est vrai que c'était sa dernière soirée au Zénith,) mais on a bien bougé, beaucoup se sont levés pour aller danser dans la fosse, et on s'est bien époumonés sur les grands standards du début avec "la fille du père Noël", jusqu'à "merde in France", en passant par "et moi et moi ". Très franchement, j'avais peur d'être un peu déçue devant un DUTRONC vieillissant. Il m'a bluffée. Silhouette élégamment nonchalante, voix indemne, charme inchangé, le "chouia" de maturité...  La suite | Réagir

> Réponse le 18 janvier 2010, par Martel

[Zénith Paris - 16 janvier 2010] J. DUTRONC semblable à lui même. Une salle remplie d'admirateurs, un concert génial avec tous ces succès, mais un Jacques DUTRONC timide malgré une salle chauffée à blanc. Peu de choses auraient suffit pour décupler l'ambiance. Nous sommes restés sur notre faim, mais chapeau bas MONSIEUR DUTRONC, car après 17 ans d'absence votre talent est resté le même.  Réagir


Jacques Dutronc : les dernières chroniques concerts

Jacques Dutronc en concert

Jacques Dutronc par Jérôme
Palais des Sports, Paris, le 01/06/2010
Jacques Dutronc, je l'avais manqué en 1993 et passé en boucle pendant de nombreuses années son CD live au Casino de Paris. En janvier 2010, rendez-vous encore manqué. Autant... La suite

Jacques Dutronc + Jean Pierre Marcellesi en concert

Jacques Dutronc + Jean Pierre Marcellesi par Philippe
Le Dôme, Marseille, le 03/03/2010
Revoir Jacques Dutronc et mourir ? Certes le type est une légende vivante, en tant qu'archétype du branleur doué et ancien ersatz français convaincant de l'élégance mod... Notre... La suite

Jacques Dutronc en concert

Jacques Dutronc par Pierre Andrieu
Zénith d'Auvergne, Cournon, le 12/02/2010
Zénith pratiquement complet pour le passage de Jacques Dutronc, à la fois professionnel, branleur et enjoué, à Clermont-Ferrand, une ville d'eau (sic) qui se mérite selon la... La suite

Jacques Dutronc en concert

Jacques Dutronc par Alain Hidoine
Zénith, Toulouse, le 22/01/2010
Le Zenith de Toulouse, c'est 6500 places. Et il est plein. Jacques Dutronc, installé dans un fauteuil, se lève et entonne "Et moi, et moi, et moi". Tout de noir vêtu, la voix... La suite

Zenith, Paris : les dernières chroniques concerts

Tenacious D en concert

Tenacious D par Electric Eye
Zénith, Paris, le 26/02/2020
Tenacious D, le groupe de Jack Black et Kyle Gass, est de retour à Paris pour défendre son dernier opus "Post-Apocalypto", un projet multimédia évidemment complètement... La suite

Liam Gallagher en concert

Liam Gallagher par Samuel C
Le Zénith - Paris, le 21/02/2020
Dans un Zénith plein à craquer, Liam Gallagher achève une tournée européenne où malgré deux excellents récents albums en solo, il interprétera 12 titres d'Oasis sur les 19 de... La suite

Jeanne Added + Maestro en concert

Jeanne Added + Maestro par manuwino
Zénith de Paris, le 03/04/2019
Les choses s'accélèrent pour Jeanne Added depuis la sortie il y a 6 mois de son deuxième album, "Radiate". Deux Victoires de la Musique, une tournée de salles de plus en plus... La suite

Georgio en concert

Georgio par AgatheNight
Zénith de Paris , le 15/03/2019
Un vent de folie a parcouru le Zénith parisien le Vendredi 15 Mars 2019. Programmé ce soir là, le rappeur, auteur et poète Georgio, a envoûté une salle comble en délivrant... La suite