Accueil Chronique de concert Jean-Louis Murat
Lundi 18 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Jean-Louis Murat

Jean-Louis Murat en concert

Palais Idéal du Facteur Cheval, Hauterives 25 juillet 2009

Critique écrite le par

En Dauphiné, il faisait moyen ce samedi... et puis, le temps s'est dégagé.... Hauterives est en Drôme, oui, mais à la limite des terres froides, notre petite Sibérie iséroise... enfin, c'est ce qu'on dit... Ma foi, faudrait prévoir sa petite laine...

Nous profitons d'une table de pique-nique sous les yeux des baigneurs rentrant de la piscine.... et d'un chanteur auvergnat qui promène sa fille... Nous le saluons gentiment de loin en dégustant des mets auvergnats et de la gentiane... Faut se mettre dans l'ambiance ! Nous entendons un moment plus tard la balance vite balancée... en quelques minutes.

A l'intérieur du jardin du palais, une petite scène sur le côté, deux projecteurs... le strict minimum... à côté un palmier, un vrai, alors que derrière, le palais est ornementé de faux palmiers, entre autres mille et un motifs inventés par le facteur. Ils nous permettent d'attendre le concert dans la contemplation... J'estime la composition du public d'un tiers- moitié ?- d'adeptes (beaucoup de Lyonnais dont les chanteurs Stéphane Pétrier du Voyage de NOZ, et Romain Lateltin), l'autre partie d'un public local.
Le concert commence un petit peu après 21 h (alors que la petite laine est déjà endossée)...
Jean-Louis Murat arrive de l'intérieur du palais, un petit bonjour... oriente vers les places libres les derniers arrivants... "bon sang, d'habitude, vous êtes dans le noir, comment j'vais faire...". Sa fille est assis au pied de la scène au côté d'Alain Bonnefont... Et puis il se lance sans surprise sur "mousse noire". Grave guitare et harmonica. Intro de plusieurs minutes. Jean-Louis rentre dans le rêve, comme dirait le tôlier du lieu...et c'est vrai, qu'il se tournera régulièrement pour regarder le décors (mais il ne se lancera pas dans des commentaires circonstanciés). Excellent morceau... joué peut-être de manière plus dynamique qu'à Koloko... mais sur pas loin de 10 minutes déjà... qu'il finit sur un accord brutal... il s'en amuse un peu : "Un peu brutal ici... un concert brutal...".




L'hermine... Comme sur "mousse noire", un peu d'écho donne de la profondeur... j'adore sa voix qui passe du susurrement au cri, comme sa guitare douce puis rageuse... leave me alone... on est en plein dans la lycanthropie... il finit la chanson en hurlant à la lune (heureusement, il n'y en avait pas cette nuit là).... Il ne faut alors pas s'étonner de "l'amour prend la fuite".... La chanson est plus calme... "rumeur de fin d'été".... Sous la petite laine.... La fraicheur remonte du sol en terre battue... Venus apparait juste au dessus de la scène... La mise en lumière du palais est simple, mais c'est beau... quand retentit "caillou", on pourrait sentir vibrer les milliers de galets réunis par le facteur Cheval... Jean-Louis Muratfait un solo de guitare magnifique au milieu de la chanson... Non, ne pleure pas, Caillou, on t'aime... Rien que pour cette chanson en ce lieu, ça valait le coup de venir...

Dame Souveraine, avec un magnifique harmonica introductif qui a tendance à réveiller le grillon... qu'on n'avait pas entendu encore... Du Murat au jardin, sous les étoiles, c'est parfait... les "Où es-tu amour ? ou es-tu amour ?..." désespérés s'envolent....

Toujours pas de surprise à l'horizon par contre... car c'est "l'au-delà" qui se pointe... joué très lentement... et JLM ne fait pas appel au public. Par contre, il siffle très longuement (plusieurs minutes) et c'est assez superbe... des oiseaux de paradis chantent avec lui (toujours avec de la réverb)... la chanson se termine sur une ultime incantation shamanique : c'est un son de djidjiridou qui sort de la voix de JL (avec un effet sonore sans doute)... superbe...





JLM reprend la parole... et présente Vincent le régisseur, le cousin de Tom Boonen... puis nous dit que c'est son dernier concert... "C'est pour ça que je suis venu avec ma famille. A l'école, Justine elle a répondu à la question "qu'est ce qui fait ton papa ?" il aide maman à faire le ménage !"... "c'est pas mal ici pour un dernier concert" "j'fais mes adieux à la scène comme Johnny". Didier au lumière... C'est rare qu'il présente ses techniciens... Au son, Berthin ? "qui a tué plus d'un chanteur" (Balavoine, Bashung... il les a tous sonorisés), Alain B. aux guitares... et même Jocelyne (sa confidente qui va lui manquer), Europ car pour les voitures... J'ai l'impression que personne ne le croit vraiment... mais ça fait quand même un peu peur...

Ensuite "ma première vraie chanson"... il explique que c'était sa chanson de la dernière chance, presque sa chanson d'adieu... et que c'est donc normal qu'il la chante ce soir : "si je devais manquer de toi"... Il l'expédie rapidement...

Je décroche un peu sur la suite... J'ai froid. D'ailleurs, JLM renvoie sa fille au chaud... On m'a dit qu'elle était toute pomponnée, et une petite guitare rose était à ses côtés... Avait-il prévu de la faire monter sur scène ? Cela m'étonne un peu... J'espère qu'elle n'est pas trop déçue...
"Taormina" ... assez peu enlevé... et "tel est pris"... Bon, j'l'aime pas, j'l'aime pas... même les concerts ne me l'ont pas fait aimé... surtout là, sur une version mollassonne...

Petite pause pour allumer à ses pieds un pupitre avec le texte d'un inédit... ça sera "yes sir"... qu'il donne l'air de connaître parfaitement.... Et il réveille un peu l'assemblée avec un intro assez binaire et efficace, puis des cris, et des riffs rageurs... "c'est ma vie une vie de terre et d'eau"... Là, encore, les mots résonnent dans ce lieu... Sans doute le morceau le plus rageur de la soirée...

Murat demande l'heure... "encore 5 minutes, des problèmes avec les voisins"... Royal cadet est la chanson la plus simple et douce de la soirée, sans changement de ton... et j'ai l'impression que tout le monde tombe encore sous son charme...

Après, on a droit au délire de la soirée... "Le titre du nouvel album est modifié : maintenant, c'est Michael Jackson is alive and well in Douharesse"... "A Universal, on m'a dit d'aller sur twitter, ca va cartonner... je ne sais pas qui c'est ce Twitter mais il achète plein d'albums..." . Puis, il parle du groupe qu'il aurait eu avec Alain "les billy jeans boys" en 1983 (Mitterrand 1) et leur version d'une demi heure de billy Jean...
Finalement retentit "comme un incendie"... mais c'est un faux départ... il part sur une impro sur "Michael Jackson is stile alive...in Douharesse... yes you can"... De plusieurs minutes... "après y a un rap tout ça, un passage sur Lewis Caroll, j'espère que ça va marcher... Sur twitter, je m'appelle : casser la baraque, yes I can..."... et s'en va !!!! On a rigolé... mais... quelle frustration de ne pas avoir l'original !!

Il revient finalement... "ma chanson testamentaire"... Cette fois, c'est la bonne... mais sans l'énergie qu'il avait mis à koloko... J'attendais un feu d'artifice, ou un bel incendie...mais il semble que Jean-Louis a déjà atterri... pas de redécollage...

Il salue rapidement... et c'est la fin. Beau succès je pense... sans délire non plus... ni standing ovation... Dommage de ne pas avoir eu de surprise... On me dit qu'il était peut-être fâché de devoir terminer le concert du fait des voisins... mais je n'ai pas eu cette impression. D'ailleurs, c'est de derrière la scène que la consigne a été donnée de rallumer le jardin... Il aurait pu revenir pour un autre rappel.


..................

On croise Jean-Louis Murat rapidement... mais il ne réapparaitra pas : il est parti coucher sa fille qui a bien eu du mal à tenir debout. J'espère qu'elle est fière de son papa.

Finalement, c'est Marie Audigier que nous croisons, et échangeons quelques propos très aimables. Elle a adoré le concert, a été très émue. Comme on le voyait venir, beaucoup de com est prévu sur l'album, et le film... teasers etc... Selon elle, c'est un album magnifique, le plus beau depuis des années... et nous révèle le secret du spleen de JL ce soir. Il ne veut jouer l'album qu'avec les musiciens US... or, leur prix est prohibitif...
Vous savez donc ce qu'il vous reste à faire : acheter deux, trois ou quatre exemplaires de l'album... afin d'en faire un grand succès... et de rendre une grosse tournée possible... Yes, we can !! Bon, il vous faudra alors acheter 3 ou 4 places de concerts aussi...




Bientôt sur www.concertandco.com, une interview de Jean-Louis Murat sur le nouvel album (à paraître en septembre 2009).


A lire également, des entretiens avec Murat en novembre 2006 (sur Taormina), octobre 2004 (sur A bird on a poire), octobre 2003 (sur Lilith) et juin 2003 (sur le concert pour Koloko)...


Sites Internet : www.jlmurat.com, www.myspace.com/jlmurat, www.leliendefait.com, www.v2.fr, www.taormina.fr, www.bangbang.fr.fm.

Jean-Louis Murat : les dernières chroniques concerts

Interview de Jean-Louis Murat à propos de l'album A Bird On A Poire en concert

Interview de Jean-Louis Murat à propos de l'album A Bird On A Poire par Pierre Andrieu
Théâtre d'Aurillac, le 26/12/2020
"Si je pouvais changer d'identité, j'aimerais bien être Jon Spencer !" Un sinistre scribouillard a un jour écrit dans une chronique sur l'album Le moujik et sa femme que les... La suite

Jean-Louis Murat en concert

Jean-Louis Murat par Krys
Salle Jean de Montaru, Marcoussis, le 07/12/2019
19h30, je me présente un peu en avance afin de pouvoir retirer le billet que j'avais réservé. Trois personnes patientent devant les portes closes de la salle Jean de Montaru, au... La suite

Jean-Louis Murat en concert

Jean-Louis Murat par martial
Théâtre de la Madeleine à Paris, le 02/12/2019
Presque un an après le concert de Jean-Louis Murat au Café de la Danse pour la tournée "Il Francese", nous avons repris la route vers Paris pour assister à la seule date... La suite

Jean-Louis Murat en concert

Jean-Louis Murat par Kid
Café de la Danse, Paris, le 10/12/2018
Il y a peut-être une chose que l'on peut reprocher à Murat, qui se tient là derrière les portes, non pas de Naples, mais du Café de la Danse : sa bonne humeur. On a souvent comparé... La suite