Accueil Chronique de concert Jon Oliva's Pain + Primal Fear
Mardi 7 juillet 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Jon Oliva's Pain + Primal Fear

Z7 de Pratteln (Suisse) 1er mai 2008

Critique écrite le par

Ceux qui me connaissent savent que pour certains groupes, il me faut ma dose par an, sinon je suis en manque ! Et évidemment, Oliva, que ce soit avec Savatage ou avec son groupe JOP, en fait partie, de ces groupes indispensables à mes oreilles de live music-addict. Si j'ai pas mon "Believe" régulièrement, je peux vite devenir irascible ! :p

Apres la Belgique et l'Allemagne en 2005, l'Italie en 2006, le Luxembourg en 2007, me voici sur les routes suisses en 2008 pour écouter le mastermind de Savatage ! L'occasion pour moi de découvrir enfin cette salle du Z7, où toutes les tournées passent généralement. Ça ne commence pas très bien, car passée la frontière, il ne nous reste que 10 km à faire pour arriver, mais avec DG au volant on va galérer quelques temps malgré un Gps et un Atlas embarqués ! C'est moche, c'est vide dans les rues (1er mai oblige), ça pluviote, bref que du bonheur ! Heureusement un quidam interrogé en anglais, et me répondant en suisse allemand (logique hein...), nous indique à peu près la direction.
Nous arrivons finalement à bon port, pour se rendre compte que MANTICORA a déjà largement commencé son set. Dommage car j'étais impatient de les entendre, au vu du seul excellent album que j'ai d'eux ("Hyperion"). Ils finiront leur set par ma chanson favorite du-dit opus, j'aurai pas tout perdu du coup... Ils avaient un super son, guitares bien tranchantes, voix puissante, technicité et mélodie. A revoir absolument pour ma part !

Alors qu'un groupe inconnu, dont je n'ai même pas retenu le logo, se pointe pour délivrer un heavy classique sans saveur (ils auraient du être interverti avec Manticora bordel !), j'admire ce fameux Z7 dans son ensemble. Un grand hangar super bien aménagé en fait. A gauche un imposant stand de merchandising, prolongé d'un bar tout en long puis quelques chaises en tables sur estrade. Sur la droite, mêmes chaises et tables sur genre d'estrade, un décoché suivi d'un autre grand bar (et un baby-foot qui traîne), et les chiottes. Au milieu de tout ça, un bon espace (dans les 1500-2000 personnes possibles je dirai), et une scène bien haute. Je suis tout à fait conquis par cette salle, malheureusement bien loin de chez moi...

Après avoir revu Podj, puis Guardian, ce sont les allemands de PRIMAL FEAR qui déboulent, et fidèles à eux même, ils vont dépoter les cages à miel ! Autant ça me gonflait de les voir y a des années quand je me les tapais régulièrement plusieurs fois par an, autant de pas les avoir subi depuis au moins trois ans, ça m'a fait plaisir d'assister à leur tournée des 10 ans d'existence. Bon, une heure et des poussières c'est un peu beaucoup faut avouer, car si ça reste efficace et punchy, c'est dur de discerner les titres parfois, mais j'admets que ce n'était pas une torture. Surtout avec une DG plein de connerie la moitié du temps :p. Un bon show, que le public a bien apprécié visiblement. Mr Propre au chant est toujours impeccable, faut juste qu'il arrête de se prendre pour Halford quelque fois, je le trouve bien meilleur avec sa voix puissante, qu'avec ses vocaux suraigus... Par contre, DG a raison en disant qu'une chanson c'est du Gamma Ween, une autre du Hello Ray, etc... Un poil impersonnel, mais très honnête.

Enfin JON OLIVA'S PAIN investit les planches. Non pas au son de la longue intro ouvrant le dernier album comme j'aurai cru, mais par ce sublime "Temptation Revelation", suivi immédiatement par le classique "Sirens" ! Pour moi qui ait trouvé "Global warning" bien décevant, c'est une excellente surprise, pensant qu'il mettrait l'accent sur ce dernier. Et plus les morceaux défilaient, plus je me demandais s'ils allaient en jouer de ces derniers morceaux !! Car après "Sirens", Oliva nous balance un "Unusual" dépoussiéré d'on ne sait où, et puis les deux meilleures chansons de l'avant dernier cd sont enquillées, puis "Gutter Ballet" fait frissonner l'assistance, avant que "Hounds" fasse banguer les chevelus... Moi j'en reviens pas, c'est une setlist best of qui me ravit (ou pour être plus proche de la vérité, qui me fait bander à mort !!!). Bon, ça ne pouvait pas durer, et "Firefly", que j'aime sur ce dernier album, fait retomber l'ambiance par sa longueur... C'est pas un choix judicieux à ce moment du live je trouve, mais heureusement les autres compos de "Global warning" passent bien l'épreuve de la scène. "Before I hang" et "Look at the world" en tête. Par contre "Adding the cost" je la trouve toujours horrible avec son refrain irritant ! (Et en passant, rien du premier JOP !)

Mais Jon nous réserve une surprise de taille pour tout fan de Savatage qui se respecte... Quelque chose que je ne comptais plus jamais avoir... "Chance" mes amis... Le fabuleux monument présent sur "Handful of rain". "Chance"... On m'avait souvent dit que le public suisse était mortissime, calme et attentif, mais très peu démonstratif. Ben mes amis...Quand "Chance" fut reconnue, les bras se sont levés, les gorges se sont faites entendre, et j'ai senti un grand frisson de plaisir parcourir ce hangar. Oh, cétait pas la folie furieuse latine. Mais c'était loin d'être mort parmi les metalheads présents ! Cette version était un peu en deçà de celle proposée par Savatage y a quelques années, de par les choeurs de fin un poil moins bien gérés, mais ce n'était que du bonheur de revivre live cet hymne ultime pour moi !
Vous ajoutez un "Mentally yours"/Tonight he grins again" mélancolique, et vous saurez que j'étais aux anges. Mais par dessus ceci, vous mixez "O to G", qui est un hommage à leur producteur décédé durant l'enregistrement du dernier skeud, à un "Believe" poignant, et là, je peux vous garantir que j'ai vécu un grand moment d'émotion intérieure.... Très grand.
Rappel obligatoire avec le fabuleux "Hall of the mountain king", et ce sont 1h40 de plaisir intense qui viennent de passer à la vitesse supersonique !

Autant l'an dernier au Luxembourg, cétait le show le plus décevant de JOP que j'ai pu voir. Une petite heure et quart, Oliva pas en forme, pas de magie. Autant ce soir, cela fait partie des meilleurs selon moi !
Ok Jon est de plus en plus mal en point, car ok il s'est marré tout le live, il a bien picolé, il a bien chanté, mais désormais il a une canne (stylée, mais une canne quand même), et il a passé la majorité du concert assis à son clavier. A chaque fois je dis que c'est la dernière fois que je le vois vivant, autant en profiter. Et puis non, l'année suivante je le retrouve. Que cela dure le plus longtemps possible...
Le "nouveau" gratteux reste dans son coin, pas trop extravagant. Mais Matt m'a paru en dedans. Pas techniquement bien sur, mais dans l'esprit, l'enthousiasme... Très centré derrière sa gratte, peu de sourires et de communication... Je sens un schisme sur ce coup...
Mais c'était le seul, car comme à leur habitude, bassiste et batteur ont une classe, une hargne et un charisme formidables ! Et puis Oliva quoi !!!
Grand petit show, je ne regrette pas le déplacement, sur aucun point ! See ya next year Jon...



Setlist (un peu dans le désordre sur le milieu):

Intro (Temptation Revelation)
Sirens
Unusual
Through the Eyes of the King
Maniacal Rendering
Gutter Ballet
Firefly
Hounds
Global Warning
Chance ( )
Mentally Yours/Tonight he Grins Again
Look At The World
Before I hang
Jesus Saves
O to G / Believe
Adding the Cost

Rappel:

Hall of the Mountain King

Jon Oliva's Pain : les dernières chroniques concerts

Jon Oliva's Pain par Gandalf
Rockhal à Esch/Alzette (Luxembourg), le 07/04/2007
Après Kamelot la veille à Anvers, place ce soir à Esch/Alzette, ville luxembourgeoise inconnue pour ma part quelques semaines plus tot, au Mountain King, mister Jon Oliva, the Mastermind of Savatage, enfin bon, mon chanteur à moi de mon groupe à moi ! Qui se ramène ce soir en solo avec son trés bon combo pour promouvoir son second opus sous le nom... La suite

Jon Oliva's Pain par Gandalf
Milan/Gualtieri, le 22/04/2006
Presque un an que je n'avais pas eu ma dose d'Oliva...Une bien longue attente pour moi, dont la musique de Savatage continue à rythmer ma vie, dans les meilleurs moments comme dans les plus tristes... Vu la petite tournée que Jon Oliva's Pain effectuait ce printemps, il etait evident que j'allais une nouvelle fois devoir me deplacer à plusieurs... La suite

Primal Fear : les dernières chroniques concerts

Hellfest 2013 - Airbourne, Alice Cooper, Annihilator, Carcass, Exodus, Freak Kitchen, Kiss, Motörhead, Primal Fear, Raven, Saxon, Slash, Slayer, Stonesour, Tankard, Twisted Sister, U.D.O par Rama
Hellfest - Clisson, le 20/06/2010
Hellfest : 60 000 entrées en 2009, 72 000 entrées en 2010 (dont 67 000 payantes). Par ailleurs - et de manière subsidiaire, 90 000 litres de bières auraient été écoulés en 3 jours. La prochaine édition est déjà sur les rails, et se tiendra toujours à Clisson; avec à l'étude une quatrième journée de festival. Première tête d'affiche de 2011 :... La suite

Sacred Steel, Children of Bodom, Primal Fear par Fat_Abbot
Bikini, Toulouse, le 26/02/2001
Bon pour Sacred Steel on passera... Primal Fear qui était en tête d'affiche a bien assuré. De bons musicos (un petit solo de plusieurs minutes pour chacun cool :o) ) un show avec effet pyrotechnique et tout ce qui va avec et surtout des morceaux qui envoyaient bien... pour les fans helloween de Judas Priest... moa c'est pas trop mon truc mais faut... La suite