Accueil Chronique de concert Les Wampas
Samedi 8 août 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Les Wampas

Les Wampas en concert

La Maroquinerie, Paris 10 mars 2018

Critique écrite le par

C'est dans la chaleur de la Maroquinerie que l'on retrouvait sur scène le retraité le plus célèbre et le plus rock 'n roll de la RATP et son groupe pour un concert, qui a une fois de plus fait honneur à sa réputation. Cela fait maintenant 35 ans que Les Wampas écument toutes les salles, tous les clubs rock, tous les festivals et toutes les MJC de l'hexagone. Apparus au moment de l'explosion du rock alternatif français des années 80 au milieu de groupes comme La Mano Negra, Bérurier Noir, Les Garçons Bouchers, Les Satellites, Parabellum, Les Négresses Vertes, Ludwig von 88, les Happy Drivers ou encore les Soucoupes Violentes, les Wampas (dont le nom vient d'une tribu de la BD Rahan) sont aujourd'hui les seuls encore en activité.

Pendant toutes ces années, ils n'ont jamais dévié de leur identité musicale d'origine, que leurs albums cartonnent comme en 2003 (avec le single "Manu Chao") ou qu'ils ne se vendent qu'à quelques centaines d'exemplaires. Ils propagent inlassablement un punk rock teinté de psychobilly, de yéyé, de twist et de variété pour le plus grand bonheur d'un public fidèle, complètement intergénérationnel ou se côtoient des enfants de 12 ans et des fans de la première heure frôlant l'Age de la retraite. Ce public sait bien que c'est surtout en concert qu'il faut voir les Wampas, car c'est vraiment là que "Didier Wampas est le roi". Qu'ils jouent devant 50 ou 10 000 personnes, ils donnent toujours tout dans des shows invraisemblables ou se côtoient bonne humeur, pogo, rock, reprises décalées, poésie Punk. Tout cela est porté par le jeu de scène délirant de Didier W. qui reste à ma connaissance le seul chanteur qui va pogoter avec le public tout en continuant de chanter.

Vous l'aurez compris, Les Wampas sont plus que généreux ! Ils le sont tellement qu'en ce 10 mars 2018, ils ont eux-mêmes assuré leur première partie avec deux projets parallèles : Sugar and Tiger et Didier Chappdelaine (le vrai nom de Didier Wampas) et ses maudits français qui se consacre à des reprises de folk québécois. Mais à 21H15, ce sont les Wampas que tout le monde attend et qui rentrent sur la petite scène de la Maroquinerie. Phil Almosnino, qui tenait la guitare lors des derniers concerts que j'ai eu la chance de voir, est parti sous d'autres cieux (Johnny Hallyday notamment), est remplacé par Effello, le fils de Didier Wampas qui, malgré son jeune âge, fait mieux que tenir la route. Pour le reste on retrouve Tony Truant à la guitare et la section rythmique historique du groupe.



Ça attaque dur avec "Les ravers de Spezet"... Cette ode à un village breton perdu dans les monts d'Arrée rappelle à tout le monde que malgré leur coté déjanté, les Wampas sont un sacré groupe de rock. La rythmique écrase tout sur son passage et les riffs punk de guitares envoient du lourd. Didier, qui est pour une fois habillé sobrement, ne tarde pas à sauter dans le public pour aller pogoter. Les nouveaux titres comme "Patricia" ou "Belle maman" s'intercalent avec bonheur avec les vieux classiques du groupe comme "L'Amour" ou "Yeah yeah". Dans la fosse ça pogote allègrement comme dans les concerts des années 80, tout en restant bon esprit. On retrouve avec joie la chanson "Rimini" écrite en hommage au cycliste Marco Pantani et qui reste à mes yeux l'une des toutes meilleures chansons de leur répertoire. Didier Wampas, malgré les années, reste toujours ce chanteur bondissant tel un zébulon sorti de sa boite. Sur "L'éternel" il s'en va faire le tour de la salle en serrant dans ses bras une bonne partie du public. Sur le très psycho "Rising" et sur l'excellent "Aquarium tactile", il envoie ses solos de guitare tout en étant porté à bout de bras bras du public de la Fosse. Pour le cultissime "Les bottes rouges", il sortira la légendaire chaise qui sera elle aussi portée tel un trône inca par le public qui chantera l'intégralité de la chanson. Sur "comme un Punk en Hiver", un gigantesque pogo fut organisé. Les titres anciens et nouveaux se sont enchaînés sans donner un moment de répit à un public comblé.

Et même si je l'ai déjà dit plus haut, on ne redira jamais assez que les Wampas sont un sacré groupe de rock de scène ! Lors du premier rappel, Ben Sam, un des anciens bassistes du groupe, viendra avec un plaisir évident jouer des vieux titres exhumés de "Sales, chaud et humides", le deuxième album du groupe. Les Wampas reviendront pour un second rappel porter l'estocade avec des hits comme "Manu Chao" et pour finir en apothéose avec le fameux "Petite Fille" où toutes les femmes présentes dans le public monteront sur scène pour porter en triomphe Didier Wampas, le roi auto proclamé mais au combien légitime du punk rock français.

Si la recette des Wampas sur scène n'est pas nouvelle, car rien ne ressemble plus à un concert des Wampas qu'un concert des Wampas, ils sont les seuls à la connaitre et à la distiller avec une joie, une générosité et une énergie aussi communicative. C'est à cela que l'on reconnait les bêtes de scène !

Photo : Jerôme C.








Les Wampas : les dernières chroniques concerts

Les Wampas en concert

Les Wampas par lol
Elysée Montmartre, Paris, le 01/02/2020
C'est la première fois depuis la réouverture de l'Elysée Montmartre, que Les Wampas revenaient dans cette salle qui les a souvent accueillis depuis leurs débuts en 1983. Et oui,... La suite

Les Wampas en concert

Les Wampas par Philippe
Elysée Montmartre, Paris, le 01/02/2020
"Rimini" est la preuve que les Wampas savent écrire une belle chanson ! Et plus surprenant encore, que Didier Wampas peut chanter juste, et au moins aussi bien que, disons,... La suite

Hellfest 2019 : Eagles Of Death Metal, Les Wampas, The Living End, Sham 69, Deadland Ritual, David Coverdale, ZZ Top, Kiss...  en concert

Hellfest 2019 : Eagles Of Death Metal, Les Wampas, The Living End, Sham 69, Deadland Ritual, David Coverdale, ZZ Top, Kiss... par Samuel C
Clisson, le 22/06/2019
Le Hellfest, une expérience hors norme et hors du temps... Le festival repose principalement sur l'engagement d'un homme, Ben Barbaud : visionnaire, exigeant et déterminé. Il a... La suite

Sugar & Tiger (festival Avril en Zic) en concert

Sugar & Tiger (festival Avril en Zic) par Samuel C
Brandérion, le 21/04/2018
Sugar & Tiger ouvrait la 5ème édition d'Avril en Zic à Brandérion, près de Lorient. Toutes les bonnes volontés de cette charmante petite ville du Morbihan semblent s'être... La suite

La Maroquinerie, Paris : les dernières chroniques concerts

New Model Army en concert

New Model Army par lol
La Maroquinerie, Paris, le 09/10/2019
Comme tous les ans, Justin Sullivan et son groupe New Model Army viennent rendre visite aux Parisiens. Cette année, c'est à la Maroquinerie que le public fervent d'habitués qui... La suite

Zebrahead en concert

Zebrahead par Lebonair
La Maroquinerie, Paris , le 24/09/2019
Les Américains de Zebrahead étaient de passage à Paris à la Maroquinerie, dans le 20ème, pour leur unique date en France le mardi 24 septembre. En pleine tournée européenne,... La suite

J Mascis en concert

J Mascis par Samuel C
La Maroquinerie - Paris, le 06/07/2019
Il a souvent été décrit comme une personne oisive voire adepte du "jemenfoutisme". Avec son air d'éternel slacker... de 55 balais, sa casquette de base-ball et son t-shirt informe,... La suite

Jon Spencer And The HITmakers en concert

Jon Spencer And The HITmakers par Samuel C
La Maroquinerie - Paris, le 17/05/2019
Retrouver Jon Spencer à la Maroquinerie, en pleine forme, cela ravive forcément des souvenirs. C'est en effet une histoire qui dure depuis près de 25 ans : sur cassette, vinyle et... La suite