Accueil Chronique de concert Oh! Tiger Mountain, feat. Kid Francescoli
Mercredi 27 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Oh! Tiger Mountain, feat. Kid Francescoli

Théâtre de Lenche - Marseille 4 décembre 2009

Critique écrite le par

Etrange chronique que celle de ce mystérieux Vaccuopilot, trop sibylline et loin d'exprimer pour moi tous les délices que nous procura cette soirée à laquelle je décidai d'assister au dernier moment.
En effet,j'avais vu le félin il y a quelques semaines de ça déjà dans un Lounge complètement acquis à la cause de l'animal, et pluralité de l'offre culturelle marseillaise oblige, j'avais décidé de sécher le concert de ce soir pour me rendre au fameux squatt d'artistes ouvert depuis peu dans le centre où un secret gig était organisé. Las, l'ami qui me faisait office de chauffeur préféra, intrigué par le buzz qui s'intensifie de semaine en semaine sur le pelage tigré du marseillais, se rendre au Théâtre de Lenche, dure la vie d'un chroniqueur de Live in Marseille !
C'est la main encore maculée de roboratifs falafels indispensables à notre attention que nous arrivons au Théâtre, qui affiche presque complet ! Le premier set - Kid Francescoli en ouverture, est excellent. Le gamin excelle à varier les ambiances, évoquant tour à tour Beck circa 1994, Morricone comme je l'ai souvent lu à son propos, mais aussi le regretté et trop peu connu François de Roubaix mais sans doute Môssieur Vaccuotruc n'a-t-il jamais entendu parler de l'illustre François de Roubaix, auteur, entre autres chefs-d'oeuvres, de l'immortel générique de Chapi-Chapo. D'ailleurs, pour rester dans les terres des génériques de notre enfance, c'est au débotté que le Kid exécutera celui de Wattoo-Wattoo, demandé par un membre de l'assistance. Pouvant paraître excentrique au départ, cette requête soulignera en fait toute la puissance nostalgique et mélancolique de tout un pan de la musique de Mat, qui peut néanmoins s'étendre jusqu'à des contrées plus fonky, c'est alors au compositeur Lalo Schifrin et aux BO de Dirty Harry que nous songerons, même si l'un de ses morceaux se nomme Classico Belmondo.
Après une petite pause, le Kid refait son apparition. Derrière lui, Mathieu droit comme un i, prêt à l'assaut. Fantastique morceau d'ouverture très "Twin Peaksien", décidément les compositeurs de bandes originales étant à l'honneur ce soir, il fallait bien qu'Angelo Badalamenti fît son apparition à un moment. Les poursuites illuminent les deux protagonistes avec une grande élégance, et la décoration post-soirée de prom' fait son effet. Le duo Oh ! Tiger Mountain enquille ses hits sans sourciller, s'ébattant dans une jungle où l'on croise ça et là rock nerveux, ballade tire-larmes, folk classieux et même clin d'oeil aux 80s avec une reprise toute en nerfs du Joséphine de Chris Réa (hé les gars, réveillez-vous, on en est au revival 90s maintenant !). L'alchimie est évidente, on sent tout un background indie rock pop commun aux deux musiciens.
Plus tard, je tente de rejoindre le squatt en question pour tomber sur deux énormes formations australiennes...mais ce sera pour une autre chronique !

Théâtre de Lenche - Marseille : les dernières chroniques concerts

Oh! Tiger Mountain, feat. Kid Francescoli en concert

Oh! Tiger Mountain, feat. Kid Francescoli par the Vaccuopilot
Théâtre de Lenche - Marseille, le 04/12/2009
Va savoir pourquoi, ce soir là, il faisait froid. A cause du vent. Quand la nuit est tombée, c'est devenu pire: par groupes de trois ou de quatre, les gens remontaient la rue à... La suite