Accueil Chronique de concert P.I.L. (Public Image Limited) - Expo Europunk
Lundi 18 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

P.I.L. (Public Image Limited) - Expo Europunk

P.I.L. (Public Image Limited) - Expo Europunk en concert

Cité de la Musique, Paris 23 octobre 2013

Critique écrite le par


Quand on a un déplacement pro prévu de longue date à Paris, et avec l'aide de l'agenda Concertandco, on arrive toujours à trouver quelque chose à aller voir en concert. Ca n'a pas raté ce soir où, après avoir passé l'après-midi à la Cité des Sciences de la Villette à écouter parler de pollution de l'air (c'est mon vrai travail à moi que j'ai), il n'y a eu qu'à longer la très jolie Galerie de la Villette (promenade urbaine et champêtre à la fois) pour atteindre la Cité de la Musique, siège de l'exposition "Europunk 1976-1980 - une révolution artistique" ! Où l'on programme opportunément ce/ceux qui restent du punk 1976, à savoir les Buzzcocks demain (j'aurais préféré je crois, surtout avec les géniaux Frustration en première partie) et P.I.L., Public Image Limited, ce soir. Groupe dont je suis loin d'être fan... Enfin ça fera toujours une légende vivante de plus à mon tableau de chasse de spectateur...


Ma soeur étant perdue dans le RER et les bières ayant un prix presque surréaliste (Heineken 33 cl, boite, 5 euros ! Alors ça c'est punk, ça les vaudrait même pas en francs !), je m'offre donc l'expo à la place (et pour à peine plus cher) : jolie évocation historique de l'explosion du punk dans toute l'Europe (enfin surtout en Angleterre, bien sûr). Restant à exposer de ce joyeux bordel créatif : principalement des impressions (journaux, fanzines, flyers), quelques fringues Westwood et autres pochettes de disque, pas autant que j'espérais mais quand même, celle du premier Joy Division par exemple (je pourrais tuer pour l'avoir...). Et puis des tas d'archives vidéo, comme le célèbre passage des Sex Pistols à la BBC ("I hope never to see you again", conclut le présentateur désabusé...), ou la projection d'un docu complet sur le mouvement punk de Wolfgang Büld, daté de 1978, et qui a l'air passionnant. Et un juke-box tactile qui permet d'explorer les branches les plus obscures du punk 1978 (Suède, Espagne...)


Bref, de quoi passer agréablement le temps avant de rejoindre la salle. Ayant hélas craqué pour une bière, échangée contre un oeil, j'attends mon rendez-vous dehors un moment, amusé par les portraits en pied (et à l'échelle, a priori) des Clash, Pistols, Patti Smith and co. Parmi des hordes de trentenaires-quadras (personne n'a l'air plus jeune que ça ce soir !) qui se ruent ici, une vaste gamme allant du punk à chien rangé des voitures, au hipster triomphant en costume Kooples, en passant par Philippe Manoeuvre, que je croise décidément presque à chaque fois que je vais voir un concert à Paris ! Au moins, je sais qu'il y aura sans doute quelque chose à voir (malgré tous ses défauts ce type a toujours eu un flair pas possible, personne ne peut le nier, c'est quand même lui qui a chroniqué officiellement du disque punk en France en premier...)


La Cité de la Musique abrite une très jolie salle, jauge dans les mille places, plutôt luxueuse d'ailleurs et manifestement pas pensée pour un concert trop débraillé. "Le punk au musée ?" titrait un Eudeline désabusé sur l'expo le mois dernier ? Personnellement je suis plus chagriné par "le punk à l'auditorium !"... Et de punk, il n'y a guère sur scène quand entre le groupe : des quinquas bien mis et propres sur eux, bons musiciens par ailleurs, entourent l'illustre John Lydon, qui n'a conservé de son époque Sex Pistols que son fameux regard noir et quelques cheveux hirsutes sur la caboche... Sapé comme un clown sans perruque, avec pantacrotte, poncho atroce puis chemise ample (couleur dégueu-lie-de-vin), il est assez ridicule mais, quand il s'approche du micro, il fait encore assez bien le job, avec son à-peine-changée tête à claques.


Enfin il fait le job pour P.I.L. quoi : un groupe notoirement peu mélodique au chant comme au reste ! Un groupe qui envoie des rythmes martiaux et parfois prenants, dont les cordes jouent des rythmiques glaciales et parfois inspirées, sur lesquelles Il éructe, les bras en l'air, comme un pantin mécanique détraqué mais quand même, bien lesté par son propre poids. Deeper Water en ouverture donne une assez bonne idée de la suite du concert : quelques passages prenants, entrecoupés de longs moments où l'on regarde poliment, en admirant distraitement ce qui reste de la Bête... Et parfois des orchestrations datées années '80, qu'on fera semblant de ne pas entendre. Une rasade de whisky et d'eau plus tard, et 8 bonnes minutes d'Albatross du même tonneau - sa voix est quand même puissante, il roule admirablement bien les "R" et en bonus, il sait se moucher comme un footballeur allemand... On ne s'ennuie pas, ni on ne saute au plafond, quoi.


Assez inexplicablement dès la troisième position, (This is not a) Love Song, le méga-tube du groupe, franchement assez jouissif même avec une partie de la batterie enregistrée. D'autant que le gratteux, qui ressemble assez à Warren Ellis pour que je me demande si c'est lui (finalement, non !), joue pour ce morceau et d'autres ensuite, d'une sorte de sitar au manche allongé, au son saturé et classieux. Et que la chanson est aussi jouée en version longue ! Mais pour moi, le meilleur moment du concert est donc passé après 20 minutes... Et il me semble que John Lydon va un peu faiblir à partir de là, ressemblant par moments dangereusement à un clodo geignard (même s'il fait quelques vannes et accroches rigolotes au public).


Les chansons suivantes, moins convaincantes à mon goût (exception, Warrior, pas mal), et souvent claustrophobes, seraient très écoutables si j'avais dîné et si je ne m'étais pas tapé une journée d'enfer avant... Ayant retrouvé ma soeur entre temps, qui a entendu quelques titres et aperçu le petit bonhomme pour sa gouverne (il ne fait pas partie de ses références culturelles), on décide de s'en aller au son de Death Disco. Finalement 45 minutes de P.I.L. m'ont paru bien suffisantes pour me faire une idée. Dans un autre endroit, j'aurais sans doute bu un coup au bar avant d'y retourner, mais pas question de me faire truander encore une fois ! Pour la fin du concert donc, voir la chronique de Phil' Man' le mois prochain dans Rock'n'Folk ?


J'ai vu Johnny Rotten, l'Antéchrist d'Elizabeth II, rha ben merde alors... Et certes j'ai un certain respect pour ce type tellement acariâtre en interview qu'il ne peut pas être entièrement mauvais, qui a explosé quand je n'étais pas encore tout à fait propre... Qui n'était assurément pas le plus idiot du casting de Malcolm Mc Laren, bien au contraire. Et qui a assez bien géré sa carrière et son hygiène de vie pour être non seulement encore vivant, mais aussi encore sur scène, 35 ans après... Je suis donc ravi d'avoir pu vérifier qu'il fait toujours bien son boulot dans son "nouveau" groupe - que je n'aime pas particulièrement. Longue vie quand même au punk historique, et à ses rejetons plus ou moins assumés qui, encore aujourd'hui, nous cassent joyeusement les oreilles et les pieds dans toutes les petites salles de concert où on les a laissé rentrer...


Photos : "No future"...

PIL Public Image Limited : les dernières chroniques concerts

Public Image Limited (PIL) en concert

Public Image Limited (PIL) par lol
Le Trianon, Paris, le 06/10/2015
PIL, c'est le groupe que Johnny Rotten a formé après l'explosion des Sex Pistols. Plutôt que de creuser le sillon du Punk rock, il avait alors posé les bases du Post Punk au... La suite

Public Image Limited aka PIL en concert

Public Image Limited aka PIL par lol
Cité de la Musique, Paris, le 23/10/2013
Les vieux punks parisiens historiques survivants étaient de sortie à la Cité de la Musique pour le concert de Public Image Limited, qui est avant tout le groupe de John Lyndon, le... La suite

Cité de la Musique, Paris : les dernières chroniques concerts

Public Image Limited aka PIL en concert

Public Image Limited aka PIL par lol
Cité de la Musique, Paris, le 23/10/2013
Les vieux punks parisiens historiques survivants étaient de sortie à la Cité de la Musique pour le concert de Public Image Limited, qui est avant tout le groupe de John Lyndon, le... La suite

Claire Diterzi en concert

Claire Diterzi par Lebonair
Cité de la musique, Paris, le 05/02/2013
La merveilleuse et atypique Claire Diterzi était ce soir à la cité de la Musique à la Villette pour présenter son nouvel album fraîchement sorti "Le Salon Des Refusés". Quelques... La suite

I'm From Barcelona + Soko (Festival Days Off 2011) en concert

I'm From Barcelona + Soko (Festival Days Off 2011) par Pierre Andrieu
Cité de la Musique, Paris, le 10/07/2011
Méchamment euphorisante, la soirée de clôture du Festival Days Off 2011 le dimanche 10 juillet, avec la troupe folledingue d'I'm From Barcelona en tête d'affiche pop venue de... La suite

Einstürzende Neubauten en concert

Einstürzende Neubauten par Nymphe.
La Cité de la Musique, Paris, le 17/11/2010
C'était une soirée intéressante parce qu'improbable. Il y en a des comme ça, où on ne peut pas vraiment dire aux absents qu'ils avaient tort - mais quand même, on est bien... La suite