Accueil Chronique de concert Primus
Lundi 18 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Primus

Primus en concert

La Cigale, Paris 22 juin 2011

Critique écrite le 28 juin 2011 par Arnaud D




Pour la première fois depuis 1998, soit "many many moons ago", pour reprendre les mots du chanteur / bassiste Les Claypool, Primus, le légendaire combo de métal/funk/fusion/alt. Country (ne rayez pas la mention inutile, il y a de tout ça dans ce groupe et sans doute bien plus encore...) faisait un arrêt dans la capitale pour un concert qui sans rester dans les annales fut de très bonne facture.

Après une dizaine d'année de sommeil discographique, le dernier album remontant à 1999 et les compositions les plus récentes à 2003, Primus, le monstre protéiforme des années 90, un des symboles de la vague alternative au même titre que Jane's addiction ou Soundgarden, refait surface.

Le public est à l'avenant, largement masculin et trentenaire, très international (Anglo saxons, Espagnols, Italiens...)

Comme pour les deux autres icônes précédemment citées le retour en activité de Primus est l'occasion de présenter un nouvel album, Green Naugahyde, qui sortira à la rentrée et dont pas mal de futures chansons seront présentées ce soir.

Après une première partie anecdotique, au point de ne pas être en mesure de retenir le nom du groupe et ayant peiné à combler le temps d'attente avant la tête d'affiche, nous gratifiant d'un rock bruitiste et enlevé, fort en basses mais peinant à éveiller l'attention, Primus prend la scène vers 21h.

Le power trio au sens noble du terme, tant les trois musiciens envoient la purée, lance les hostilités avec Those damned blue collar tweekers, qui permet de constater que le son est parfait, permettant de distinguer autant les lignes de basses de Les, en slap, en accords, en tapping, voire tout ça en même temps (sic) que le jeu de guitare à l'avenant de Mister Lalonde ou la rythmique imparable du vieux / nouveau batteur Jay Lane qui a récemment réintégré le groupe après une éclipse d'une vingtaine d'années.

Le décor de scène fait intervenir les deux cosmonautes habituels, dont les casques reçoivent des projections hypnotique. On aura ainsi remarqué des scènes de Salad Fingers, le web cartoon particulièrement barré sur la première chanson, ou des images de Georges W Bush durant My name is Mud, chanson traitant d'un serial killer...

Le traitement sur scène des chanson est propice à des jam jamais pompiers renforçant le coté hypnotique et carrément psychédélique des titres, interprétés par Les Claypool à la basse quatre cordes, à la 6 cordes "fretless" (Tommy the Cat ou My name is Mud) à la basse dobro électro-acoustique, voire à la contrebasse (Big in Japan, reprise de Tom Waits).

En somme tous les ingrédients étaient réunis pour passer un bon moment, avec une formation phare des années 90 qui marque un retour en forme avec un album qu'on sent renouer avec le son de ses début, mâtiné de l'expérience de 20 ans (Jilly's on smack, sur le décès d'une amie du groupe suite à son addiction à l'héroïne) sans pour autant renier l'imaginaire très riche, quasi cartoonesque, comme sur The Last Salmon man, quatrième volet des Fisherman's Chronicle.

Un seul bémol peut-être, la durée du concert (1h45 qu'on aurait pu espérer plus longue au regard de l'attente et de l'engouement palpable dans la salle).


etlist :

Those Damned Blue-Collar Tweekers
Hennepin Crawler
Duchess and the Proverbial Mind Spread
Frizzle Fry
The Last Salmon Man
Over The Falls
Tragedy's A Comin'
Jilly's on Smack
The Green Ranger
Big In Japan (Tom Waits)
My Name Is Mud
Over the Electric Grapevine
Harold of the Rocks
Tommy The Cat


Une vidéo de bonne qualité de My Name is Mud :
[URL]https://www.youtube.com/watch?v=92znjNladqM[/]



https://www.primusville.com

Primus : les dernières chroniques concerts

Primus en concert

Primus par Lebonair
Zénith, Paris, le 27/03/2012
Le trio américain Primus avait débarqué en juin dernier à la Cigale à Paris après 15 ans d'absence sur notre territoire. Le groupe avait amené dans ces valises un excellent... La suite

primus par fredbobigny
bataclan, le 01/06/1998
holalalalalalalalalalalalalalallala!de l'art, du rock, de la fusion,des pros, je n'en trouve pas les mots.Tu rentres chez toi en te demandent si vraiment tu vas prendre les cours de basse.Enfin, c'est un groupe unique en son genre. A voir absolument en concert (sutout il est important d'avoir une grande culture musicale)Attention même l'ingénieur... La suite

La Cigale, Paris : les dernières chroniques concerts

L'Épée (Emmanuelle Seigner + The Liminanas + Anton Newcombe) en concert

L'Épée (Emmanuelle Seigner + The Liminanas + Anton Newcombe) par Samuel C
La Cigale - Paris, le 14/12/2019
Croisé près de La Cigale, Anton Newcombe confie avant le concert de L'Épée qu'il n'arborera pas son célèbre t-shirt "Eat shit". Il l'a en effet porté la veille à l'occasion... La suite

Philippe Katerine (featuring Lomepal) en concert

Philippe Katerine (featuring Lomepal) par lol
La Cigale, Paris, le 16/12/2019
On ne savait pas vraiment à quoi s'attendre en allant voir Philippe Katerine en concert à la Cigale en ce 16 décembre 2019. En quittant la salle après 1h30 de spectacle, on n'était... La suite

L'Épée (Emmanuelle Seigner + The Liminanas + Anton Newcombe) en concert

L'Épée (Emmanuelle Seigner + The Liminanas + Anton Newcombe) par lol
La Cigale, Paris, le 14/12/2019
L'Épée, super groupe regroupant les Liminanas, la chanteuse et actrice Emmanuelle Seigner et Anton Newcombe, la tête pensante de The Brian Johnstown Massacre, défendait sur la... La suite

Ty Segall And The Freedom Band en concert

Ty Segall And The Freedom Band par Samuel C
La Cigale - Paris, le 10/10/2019
Ty Segall a investi La Cigale les 9 et 10 octobre. Il arrive sur scène à 20h30 avec sa tenue habituelle, soit un croisement entre le bleu de travail et la combinaison réalisée... La suite