Accueil Chronique de concert The Appleseed Cast + June Miller
Mercredi 20 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

The Appleseed Cast + June Miller

The Appleseed Cast + June Miller en concert

Le Molotov, Marseille 14 octobre 2013

Critique écrite le par

Le hasard vous pousse à tenter de ces choses, comme se trainer un lundi soir écouter ce qui, somme toute, s'annonçait comme une soirée de post-rock esthétiquement tout à fait dans les clous, avec ses montées, ses grilles un peu mièvres, arpèges abusant de quartes et secondes, et ses batteurs inventifs dans les limites d'un strict binaire. Mais il se trouve que ce hasard s'accompagnait d'une recommandation de l'excellent Zak Laughed, croisé la veille dans quelque tortillard que la SNCF nous fait l'honneur de nous permettre d'y gaspiller les riches heures de notre jeunesse. " Si si, toi qui aime le post-rock - j'ai cette réputation -, va voir Appleseed Cast, ils sont de Lawrence, Kansas, comme Hospital Ships - je vénère Hospital Ships -, c'est Taylor - Hoelenbeck - le guitariste d'Hospital Ships qui joue dedans, c'est un pote à Jordan - Geiger, un type adorable et sur-talentueux avec qui j'ai pu disserter à l'occasion sur les mérites respectifs des premiers albums de Black Sabbath, le leader d'Hospital Ships, groupe de pop merveilleux dont j'espère avoir suffisamment écrit le nom pour que vous y jetiez au moins une oreille -, ils te mettront une invite sans problème, je leur fais un mail. "
Dont acte.


June Miller

Le travail et toutes les autres occupations du jour étant ce qu'elles sont, nous n'avons pu qu'apercevoir le groupe marseillais qui ouvrait la soirée par un raffut hardcore punky, dans un Molotov plutôt garni pour un lundi. S'installent les June Miller, premier des deux groupes de Lawrence de la soirée. Et c'est pour le coup un post-rock d'école qu'ils nous proposent, avec arpèges délayés, mesures composées et basse énorme. L'effet, lui aussi, est d'école : jamais il ne me viendrait à l'idée d'écouter ça dans mon canapé, de peur de m'endormir d'un sommeil tout de même troublé du léger agacement induit par une telle absence de proposition esthétique novatrice, et pourtant, cheminent les montées des oreilles aux neurones, passant par le plexus, servies par un son et un volume sonore parfaitement offensifs, et voilà que je suis pris des réglementaires dodelinements de tête qu'une telle débauche d'énergie appelle. Nous en sommes là de ce genre musical : j'ai parfois l'impression de devoir faire avec autant de codes que dans une soirée de rockabilly, et pourtant le plaisir, pourvu que le groupe soit bon comme celui-ci, est total. C'est à vous dégoûter de théoriser. Un peu de chant, parfois, vient troubler avec à-propos le fil des événements, et ainsi passe le concert.




The Appleseed Cast

Suit The Appleseed Cast, groupe mené par Christopher Crisci depuis maintenant une quinzaine d'années, et donc tête d'affiche de la soirée venue de Lawrence, Kansas, soit un trou du cul du monde comme un autre. Particularité : eux n'ont pas décidé de mettre de la voix pour rompre la supposée monotonie du post-rock, mais ont débuté leur carrière par un emo tout à fait chantant et bavard, et ont peu à peu explosé les structures de leurs chansons. Le set commence en mode diesel, son moins léché que leurs prédécesseurs sur la scène, et l'on constate vite que c'est tant mieux. Un touffu bordel s'installe, de réelles surprises avec des pop-songs parfaites planquées au milieu, un mur de guitares pas trop propres, batterie en tension, basse qui a tout compris - less is more - et une montée non dans chaque chanson, mais dans l'intensité de l'ensemble du concert. Clôture sur une merveille de bijou pop - quelque part entre les Go-Betweens et Shannon Wright, si un tel lieu existe - et un riffage définitif, tellement rock'n'roll que même le pire pisse-froid s'en serait trouvé pris d'une danse de Saint-Guy comme on ne risque pas d'en voir pour un concert de - hum - Mogwaï ou de - beurk - Explosions dans le Ciel Machin. Pas de risque ici de " ho, on va tous déclencher notre disto en même temps, hu hu hu, quelle bonne surprise ça va faire, les gens parleront de climats contrastés, et sinon on va se regarder les pieds tranquillou pendant dix ans ", dans post-rock il y a rock, merci. Les passages moins directement pop se situent plus sur un axe Chicago/Montreal, pour faire court, tirage de gueule en moins. C'est le sourire aux lèvres que la cinquantaine de bienheureux qui a affronté l'épreuve du lundi soir se réjouit d'avoir pu assister à cette évasion magnifique en dehors d'un genre perclus de codes. Et bien sûr, c'était trop court.

Guettez The Appleseed Cast s'ils viennent à passer près de chez vous : leurs très estimables disques ne rendent pas justice au génie de leurs concerts.

Le Molotov, Marseille : les dernières chroniques concerts

Mars Red Sky + Avee Mana + Claude Fernand en concert

Mars Red Sky + Avee Mana + Claude Fernand par Pipoulem
Leda Atomica Musique (L.A.M) puis Molotov, Marseille, le 07/03/2020
Samedi soir, il y a beaucoup de concerts, difficile de faire un choix mais il faut bien. Soirée pleine de contrastes. Claude Fernand Je commence par le LAM, avec Claude... La suite

Tamaryn + Some Ember en concert

Tamaryn + Some Ember par Sami
Le Molotov, Marseille, le 28/01/2020
Il fallait se motiver un mardi avec un mistral décourageant pour aller au Molotov, mais comme souvent on n'est pas déçu du déplacement. La salle n'est pas blindée mais... La suite

Sirius Void + Sovox en concert

Sirius Void + Sovox par pirlouiiiit
Molotov, Marseille, le 03/01/2020
Et dire que j'ai failli ne pas aller au Molotov ce soir ... A la base c'est quand j'avais vu que le Pinguin risquait fort d'y aller pour voir les turcs de Umut Adan que je... La suite

The Blank Tapes - les Tchoquers en concert

The Blank Tapes - les Tchoquers par Pascaloo
Le Molotov - Marseille, le 08/12/2019
Alors pour bien finir le weekend et commencer une nouvelle semaine avec des étoiles plein la tête, quoi de mieux qu'un bon concert un dimanche soir au Molotov ? Et ça tombe bien,... La suite