Accueil Chronique de concert Vincent Delerm
Dimanche 9 mai 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Vincent Delerm

Opéra municipal de Marseille 17 Novembre 2004

Critique écrite le par

Sur ce coup là, je me suis fait bien avoir par le Pirlouiiiit... Dans un premier temps, j'étais bien content de savoir qu'il avait obtenu un passe-photo pour cet événement, je me disais que ces photos seraient parfaites pour illustrer ma chronique. Je me disais que comme d'hab', il ne ferai pas de chronique, d'autant qu'il ne connaissait pas du tout au départ et était plutôt plein d'a priori. Oui mais voilà, c'était sans compter sur le talent du jeune (et parfois moins jeune) Vincent Delerm qui a su séduire même les réfractaires comme ce Pirlouiiiit, qui s'est du coup senti obligé de faire une chronique. Du coup, je me suis fait piqué toutes mes feintes et je n'ai plus rien à dire...



Ce concert était vraiment, en tous points, réussi. Les différentes voix off (de François Morel, Charlotte Carrington ou Delerm lui-même, en passant par Giscard ou Nelson Montfort) qui interviennent presque entre chaque morceau, sont d'un humour et d'une finesse rares. La grosse majorité des morceaux du premier album sont chantés, à commencer par Tes parents qui, faute d'avoir peut-être été des "professeurs de lettres", sont devenus, dans cette toute nouvelle version, des "anciens Maoïstes, fans de Columbo"... à mourir de rire.



Chatenay-Malabry n'a par contre pas du tout changé (tout comme Deauville), ce morceau (qui est un de mes préférés) est d'une nostalgie aussi rassurante que déprimante. Fanny Ardant est toujours là sur l'étagère, un lapin est toujours posé au Dénouement Shakespearien, et les miettes de Savane tombe toujours inexorablement sur le canapé en velours pendant que Vincent relit Cosmopolitan. Bref, tout est là et bien plus encore.



Ce garçon, que dis-je, cet artiste possède une capacité d'autodérision absolument hors du commun qui lui permet ensuite de se moquer des autres à volonté. Tout le monde en prend pour son grade, c'est-à-dire une petite vanne à la fois gentille et justifiée : des jeunes surfeurs aux petits bourgeois, des étudiants en psycho aux profs de lettres, de Nolween Leroy à Patricia Kaas, de Johnny Halliday au Mime Marceau... Ses textes et ses longues introductions sont d'une finesse, d'une justesse et d'un génie qui lui sont propres.



Je ne connaissais pas son second opus (Kensington Square) à part le très joli single Les filles de 1973 ont trente ans et j'ai été une fois encore complètement séduit et impressionné par ce talent exceptionnel d'écriture, et tout m'a beaucoup plu, aussi bien Evreux que La quatrième de couverture, Anita Petersen comme la Natation synchronisée. Personnellement, je n'ai jamais lu aucune des nouvelles de son père (Philippe Delerm), mais peut-être que son génie vient de là, c'est de famille... On se rassure comme on peut...
Vraiment, il y a "quelque chose" dans sa façon d'écrire ses textes qui ne peut (à mon avis) que séduire.



Je pense par exemple au Baiser modiano, une chanson que je n'avais jamais entendu avant ce soir, et qui m'a donné des frissons. C'est tellement bien écrit qu'on comprend tout, chaque mot, chaque phrase, mais au final, on ne sait pas si cette chanson est un hommage à Modiano sur fond d'histoire d'amour ou bien une chanson d'amour sur fond d'hommage à Modiano, ou tout simplement ni l'un ni l'autre ou bien les deux à la fois.
L'ambiance à L'Opéra municipal de Marseille était plutôt sympa quoiqu'un peu coincée du cul (cadre oblige), surtout au début.



Mais tout le monde chantait en chœur (ce que je trouve généralement bœuf, surtout quand c'est Bruel ou Sardou) et je me suis laissé prendre au jeu (surtout histoire de couvrir la voix stressante d'une de mes voisines de droite). Grâce à cette ambiance, on aura le droit à 3 ou 4 rappels (je ne sais plu) avec une fantastique reprise de Cloclo à savoir Le lundi au soleil... un pur moment de bonheur.

Vivement le troisième album et la prochaine tournée...

Photos Pirlouiiiit

Opéra municipal de Marseille : les dernières chroniques concerts

Ministère des Affaires Inutiles / eRikm en concert

Ministère des Affaires Inutiles / eRikm par Mcyavell
Parvis de l'Opéra - Marseille (Sirènes Et Midi Net), le 03/02/2010
Chaque premier mercredi du mois, les sirènes sonnent deux fois. Je me rends régulièrement sur le Parvis de l'Opéra pour le concept pour le moins original proposé par Lieux Publics.... La suite

Nevchehirlian (Sirenes et Midi Net) en concert

Nevchehirlian (Sirenes et Midi Net) par Pirlouiiiit
Opera de Marseille, le 04/11/2009
Parler d'un concert dont on a rate la moitié voire plus ... ca ne me gêne pas, a condition de le préciser dans la chronique. Mais quand celui-ci n'a durée que 12 minutes est ce... La suite

Sirènes & Midi Net : Raphaël Imbert & Cie Nine Spirit   en concert

Sirènes & Midi Net : Raphaël Imbert & Cie Nine Spirit par Mcyavell
Parvis de l'Opéra - Marseille, le 06/05/2009
Premier mercredi du mois. Midi. La sirène sonne. Sur la scène dressée devant l'Opéra, 6 musiciens (un piano, deux violons, un alto, un violoncelle et une contrebasse) attendent le... La suite

Vincent Delerm en concert

Vincent Delerm par Pirlouiiiit
Opéra de Marseille, le 17/11/2004
Ce soir je découvrais pour la première fois cet artiste dont le Dazuntski (pourtant plutôt fan de pop anglaise) me vantait le talent depuis si longtemps. J'arrive avec une certaine... La suite