Accueil Chronique de concert Hellfest 2012 - Interview de Will Argunas à propos du Hellfest
Dimanche 25 octobre 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Hellfest 2012 - Interview de Will Argunas à propos du Hellfest

Hellfest 2012 - Interview de Will Argunas à propos du Hellfest en concert

Avril 2012

Interview réalisée le 14 juin 2012 par Vilay

Will Argunas : " Je serai présent à l'édition 2012 du Hellfest pour continuer ma série de dessins "

Will Argunas est dessinateur de bandes dessinées mais aussi amateur de métal et autres friandises musicales saturées. Il y a même des chances que vous l'ayez croisé sans le savoir parmi les festivaliers du Hellfest et vous êtes d'ailleurs peut-être croqué dans l'un des tomes de Pure Fucking People, artbook consignant les gueules les plus marquantes de l'événement incontournable des musiques extrêmes. Retrouvez-le dans cette interview et sur son stand qu'il tiendra durant cette nouvelle série de concerts clissonnais à ne pas manquer du 15 au 17 juin 2012..




V : Ton univers est très influencé par les U.S.A. Y-es tu déjà allé ou travailles- tu juste à partir de ce que tu vois dans les films en essayant de reproduire cet univers de façon fidèle ?

W A : C'est un pays qui m'a toujours fasciné et que j'ai fantasmé. J'y suis allé deux fois en 1989 et 1990 lors de deux séjours d'un mois en immersion complète. Après, c'est vrai que je me documente pas mal avec les films, les bouquins et les photos et je me refais un peu mon Amérique mais avec tout ce qu'on attrape de la culture américaine via les médias, on est nourris en permanence donc je pense pas être trop loin de la réalité.



V : Tu as travaillé dans le domaine de la pub, fait des story board etc et dans tes bd's ce que tu fais se prêterait vraiment à être adapté au cinéma. As-tu déjà pensé à faire des films d'animation ?

W A : J'y ai jamais pensé. J'ai toujours voulu faire de la bd et j'ai eu quelques expériences " douloureuses " et difficiles comme directeur artistique avec un projet visible sur le net, ça s'appelle " Dr kill et Mr chance ", y a trois épisodes qu'on peut trouver en tapant " reality toon ", mais j'avoue que j'ai du mal à travailler en équipe. Se remettre en question toutes les dix minutes parce qu'on a l'avis d'une nouvelle personne, c'est dur. Si je ne suis pas le maître à bord je m'aperçois que c'est vite la " cata " donc en plus quand c'est un projet comme celui-là où personne n'est rémunéré et où tout le monde met son grain de sel, ça n'arrange rien. Peut être que sur un truc plus structuré j'aurai trouvé ma place mais l'idée m'est jamais venue. Par contre j'adorerai l'idée qu'un de mes bouquins soit adapté quitte à laisser les gens complètement libres d'en faire ce qu'ils veulent...



V :Une bd sur Memphis Slim est sortie dans la collection Bd jazz et tu avais annoncé une éventuelle nouvelle collaboration avec eux, est-ce que ça va se faire et si oui sur quel artiste ?

W A : J'aurai bien aimé faire Nina Simone mais ça a déjà été pris, du coup si l'occasion se présente j'aimerai bien travailler sur quelque chose autour des musiques de films mais malheureusement ça n'est pas d'actualité car ils ont déjà trop de projets en cours ou déjà sortis.



V : On va maintenant parler un peu de Pure Fucking People qui regroupe tous les portraits de festivaliers du Hellfest que tu as dessinés... Tu as auto édité le premier album, comment s'est passé l'expérience ? Cette initiative a eu lieu parce que ça ne rentrait pas dans la ligne éditoriale de Casterman ou c'était vraiment une volonté ?

W A : J'ai fait le tour de quelques éditeurs spécialisés en artbook, j'avais aussi contacté Bd jazz et c'est comme ça que j'ai pu leur montrer mon travail et faire l'autre bouquin. J'avais par ailleurs pensé à en parler à " Camion noir " et " Camion blanc " mais ils ne faisaient pas d'artbook donc n'étaient pas intéressés. Du coup j'ai fait ça tout tout seul. Ça a été une très bonne première expérience car j'ai pu par exemple assister à l'impression du bouquin mais bon après il faut le vendre, il faut se bouger et en plus là je compte sortir le tome 2 donc je suis à la conquête de nouveaux soutiens d'internautes via Ulule. C'est une plate-forme de projets créatifs et sociaux. J'ai tous les dessins qu'il faut mais pas la trésorerie nécessaire pour les publier donc ça fait deux jours que c'est en ligne et le projet est déjà sorti de la couveuse Ulule. En fait il faut 5 soutiens pour que ta page soit visible par toute la communauté Ulule et sans ça, il n'y a que les gens à qui tu envoies le lien qui y ont accès et j'ai déjà passé cette étape. Il y a trois cercles dans la " famille Ulule ", pour le premier ; il s'agit des amis, le deuxième cercle s'étend aux réseaux sociaux de type facebook, twitter etc qui aiment ton travail et le dernier cercle représente les gens qui ne connaissent pas du tout ce que tu fais mais qui sont susceptibles de te soutenir. J'ai que 45 jours au lieu des 90 jours maximum pour réunir les fonds, mais pour l'instant c'est bien parti. Le premier tome portait sur les éditions 2009 et 2010, le deuxième sera sur celle de 2011(ndlr : Will Argunas a obtenu les financements nécessaires en Avril pour éditer le tome 2 disponible à cette adresse :www.etsy.com/listing/96978553/artbbok-pure-fucking-people-2-avec-1-ex  )



V : Je suppose que tu penses déjà au tome 3...

W A : Dans tous les cas je serai présent avec un stand à l'édition 2012 et je compte prendre pas mal de photos pour ensuite compléter ma série de dessins, si je peux continuer comme ça. Peut-être même qu'un jour un éditeur aura vraiment envie de prendre le relais car pour le moment ont fait avec les moyens du bord... J'avais sorti 500 exemplaires pour le premier tome. J'en ai déjà écoulé 230 en trois mois donc je suis rentré dans mes frais. Après quand je vois le succès de mes amis Fef et Slo avec Metalmaniacx, je me dis qu'il y a un nouveau créneau qu'on est les premiers à défricher.



V : La programmation du Hellfest commence déjà à voir les premiers noms se confirmer, qui iras-tu voir ?

W A : Forcément Black Sabbath (pas encore annulé au moment de l'itw) même si j'ai déjà eu l'occasion de les voir avec Ozzie qui était dans un bon jour, donc j'ai eu du bol... Y a aussi Machine Head que j'ai pas fait depuis des années, Brujeria que j'ai jamais vu de ma vie et que j'attends de pied ferme... Après il va falloir que je me penche aussi sur des choses que je connais pas car plus j'avance, plus je vieillis, plus je deviens largué avec le métal, même si j'adore cette musique. Le problème, c'est qu'il y a plein de sous genres etc que je perçois pas tout le temps. Moi je réagis juste en fonction de la musique qui me plaît ou pas mais ce qui est bien avec ce gros festival c'est qu'il me permet de découvrir plein de nouvelles choses.


Vilay : Une réédition de ton premier ouvrage Bleu(s) a vu le jour aux éditions " des ronds dans l'O ". Il est signé Wil Argunas alors que tu avais utilisé ton prénom et ton nom la première fois qu'il est sorti, pourquoi ce choix ?

Wil Argunas : J'avais toujours un petit problème quand je voyais mon nom et prénom sur un livre et quand je suis arrivé chez Casterman en 2007, je faisais du polar un peu trash, premier degré, à l'américaine... Je trouvais qu'avoir un pseudo c'était pas mal. C'est une sorte d'anagramme sans le W, j'ai préféré signer la réédition de Bleu(s) sous ce nom mais j'ai longtemps hésité à répondre à Marie quand elle m'a parlé de ressortir cette bd. Ça me semblait bizarre de mettre le nom Wil Argunas dessus alors que je n'ai plus du tout le même trait et le même univers...



V : C'est très bien expliqué dans la préface...

W A : C'est ce que j'ai essayé de faire en tout cas. J'ai galéré pour l'écrire et essayer de m'exprimer sans paraître trop sûr de moi mais je suis content de pouvoir donner une nouvelle chance à cet album qui s'intègre bien au catalogue des éditions " des ronds dans l'O ". Ce n'est ni pour elle ni pour moi un coup commercial, c'est seulement une envie pour elle de l'avoir dans son catalogue car cet album était libre de droit et pour moi l'envie de retravailler sur ce projet.

V : Justement, le fait de repenser tout ça des années après, tu l'as vécu comment ?

W A : J'ai passé quinze jours au mois d'août à faire que ça. Je me suis retenu de tout refaire car ce n'était pas le but. J'avais déjà mis trois ans à le faire... Ce livre avait déjà eu une histoire assez incroyable à l'époque même si ce n'est pas expliqué dans la préface... Au départ, Bleu(s) devait sortir chez " le cycliste " dans la collection comix mails ils me proposaient un format de 24 pages et mon histoire tenait sur 34 pages, j'ai donc présenté ça à " Triskel " mais ils souhaitaient que ça sorte sur 46 pages. Je ne voulais pas rajouter 12 pages sorties de nulle part. Je me disais que ça allait se voir si je les pondais au dernier moment alors je me suis mis à tout retravailler...

V : L'accouchement a été douloureux...

W A : Voilà, donc je voulais pas tout recommencer à zéro une deuxième fois et je trouve que le style que j'avais à l'époque correspond bien à l'histoire donc j'ai juste retravaillé de grands aplats noirs que j'avais pas osé faire à l'époque et deux trois détails dans le genre mais j'ai essayé de pas trop toucher l'œuvre originale, j'ai juste fait un lifting.



V : Avant de se quitter, peux tu nous en dire plus sur tes futurs projets ?

W A : Je travaille sur un roman graphique en noir et blanc de 220 pages prévu pour la collection écritures de Casterman. Cette fois-ci ce sera pas un polar, c'est un mix entre bleu(s) et ce que je fais depuis cinq ans. Ça parle de vétérans qui reviennent de la guerre en Irak, ils ont 25 ans et on décrypte leurs difficultés au quotidien car ils sont atteints du syndrome de stade post-traumatique. L'histoire se passe en 2007 et il y a un quatrième personnage qui est la veuve du sergent avec qui ils combattaient. Il y a pas mal de personnages féminins, chose qui était assez rare jusqu'à 'a présent il y a toujours le trait Will Argunas, c'est-à-dire la hachure, même s'il y en a de moins en moins parce que l'éditeur me freine.

V : Pourquoi ?

W A : On est peut-être dans un courant ou on aime moins...La mode actuelle c'est Bastien Vivès et toutes ces choses-là qui n'ont pas de dessins hachurés... Parfois j'en mets et je ne devrais pas donc ça me limite et c'est pas plus mal car du coup mon dessin évolue.

V : Merci pour nous avoir accordé ce petit moment/.

W A : Merci à vous



Hellfest : les dernières chroniques concerts

Hellfest et Knotfest 2019 : Slayer, Slipknot, Gojira, Slash, Daughters, Phil Anselmo & The Illegals, Uncle Acid and the Deadbeats, Kvelertak, All Them Witches, Behemoth, Amon Amarth, Kiss, Rob Zombie, Sabaton, Kvelertak, Sisters of Mercy... en concert

Hellfest et Knotfest 2019 : Slayer, Slipknot, Gojira, Slash, Daughters, Phil Anselmo & The Illegals, Uncle Acid and the Deadbeats, Kvelertak, All Them Witches, Behemoth, Amon Amarth, Kiss, Rob Zombie, Sabaton, Kvelertak, Sisters of Mercy... par Eric Freydefont
Clisson, le 23/06/2019
55 000 pass 3 jours pour le Hellfest 2019 écoulés en 2 heures ! Ce n'est pas rien, d'autant que la majeure partie de la programmation était inconnue au moment du fait. C'est... La suite

Hellfest et Knotfest 2019 : Kiss, Slayer, Slipknot, Tool, Rob Zombie, Dropkick Murphys, Slash, Gojira, Sick Of It All, Sabaton, Dagoba, Kvelertak, Sisters of Mercy, Mass Hysteria... en concert

Hellfest et Knotfest 2019 : Kiss, Slayer, Slipknot, Tool, Rob Zombie, Dropkick Murphys, Slash, Gojira, Sick Of It All, Sabaton, Dagoba, Kvelertak, Sisters of Mercy, Mass Hysteria... par Pipoulem
Clisson, le 23/06/2019
Retour sur le plus gros festival metal de France, le Hellfest. Habituellement le festival se déroule sur trois jours vendredi/samedi/dimanche. Mais cette année nous avons... La suite

Hellfest 2019 : Eagles Of Death Metal, Les Wampas, The Living End, Sham 69, Deadland Ritual, David Coverdale, ZZ Top, Kiss...  en concert

Hellfest 2019 : Eagles Of Death Metal, Les Wampas, The Living End, Sham 69, Deadland Ritual, David Coverdale, ZZ Top, Kiss... par Samuel C
Clisson, le 22/06/2019
Le Hellfest, une expérience hors norme et hors du temps... Le festival repose principalement sur l'engagement d'un homme, Ben Barbaud : visionnaire, exigeant et déterminé. Il a... La suite

Iron Maiden - Legacy of the Beast Tour (Hellfest 2018) en concert

Iron Maiden - Legacy of the Beast Tour (Hellfest 2018) par Philippe
Hellfest, Clisson, le 25/06/2018
(...) Petit bonus, en étant plutôt en avant, on ne sera pas trop mal placés pour le concert-évenement de la journée, juste après sur la scène voisine... ... Celui que beaucoup... La suite