Accueil C is for Noir en concert
Dimanche 21 octobre 2018 : 13583 concerts, 25206 chroniques de concert, 5229 critiques d'album.


Jeune groupe de la French Riviera, né de la rencontre entre un chanteuse auteur-compositeur et un musicien/producteur. Ils distillent une pop-atmosphérique aux accents électroniques chanté en Anglais.

C is for Noir se présente :De Krafwerk a Barbara.
Voilà ce que sont les influences de ce nouveau groupe issu de la French Riviera.
Né de la rencontre entre une jeune chanteuse auteur-compositeur et d'un jeune musicien/producteur qui après avoir écumé les salles d'Europe avec The Magnets a récemment été aperçu en live accompagnant le très prometteur Martin Mey, le duo prend forme pendant l'été 2014 et tels deux alchimistes ils distillent une pop-atmosphérique parfumée de musiques électroniques le tout accompagné d'un chant mélancolique en Anglais.
Tantôt fort tantôt doux C is for Noir vous prend autant par l'émotion que par le son.
Influences:
Bibio, St Vincent, Kraftwerk, The Acid, Barbara, Gabrielle Chanel, Sarah Moon, Allen Ginsberg...

C is for Noir en concert

Il n'y a pas de concert actuellement annoncé pour cet artiste.

C is for Noir : l'historique des concerts

Je.

07

Avril

2016

The Magnets en concert
Swan Ink, C Is For Noir, Alaplaj The Magnets | C is for Noir
Le Poste à Galène - Marseille (13)

Ve.

11

Déc.

2015

Deadwood + C Is For Noir La Machine à Coudre - Marseille (13)

Di.

21

Juin

2015

Fête De La Musique en concert
Fête de la musique Fête De La Musique | C is for Noir
Le Molotov - Marseille (13)

Je.

09

Avril

2015

Appletop en concert
Agop in color + Appletop + Boreal Wood + C is for Noir + Iraka + Martin Mey + Menthe + Splash Macadam Appletop | Splash Macadam | Martin Mey | Agop | Iraka | Boreal Wood | C is for Noir
Cabaret Aléatoire - Marseille 3ème (13)

C is for Noir : les dernières chroniques concerts 2 avis

Swan Ink + C Is For Noir + Alaplaj

Critique écrite le 08 avril 2016, par Sami

Poste A Galène, Marseille 7 Avril 2016

Swan Ink + C Is For Noir + Alaplaj en concert

Il y a quasi un an se tenaient au cabaret aléatoire les auditions marseillaises du tremplin Inrocks Lab où jouaient 8 groupes de la région. Si c'est Martin Mey qui a eu les faveurs du jury ce soir là, j'avais pour ma part eu un petit coup de cœur pour les Niçois de C Is For Noir. Leur présence ce soir au Poste à Galène aura motivé la mienne et ce sera l'occasion de découvrir deux autres formations en devenir et venues avec leurs supporters dans une ambiance un peu soirée étudiante. Ce sont les Marseillais et Aixois Alaplaj qui ouvrent le bal, avec un nom un peu trompeur puisque leur musique baigne davantage dans le rock expérimental que la house baléarique. Alaplaj c'est un trio avec un guitariste bassiste qui lance aussi des samples, un batteur au jeu sophistiqué et un chanteur qui triture des machines joue parfois de la trompette. Difficile de décrire leur son tant il est assez atypique, mais pour parler au plus grand monde, on tentera un parallèle avec Radiohead période Kid A. Le chanteur s'adresse assez peu au public (à part pour les remerciements à la fin), bouge de manière un peu épileptique et utilise deux micros avec des effets parfois un peu déroutants. L'ensemble sonne parfois un peu post punk sans le coté dansant,... Lire la suite

Deadwood (acte II) + C is for Noir

Critique écrite le 14 décembre 2015, par Philippe

La Machine à Coudre, Marseille 11 décembre 2015

Deadwood (acte II) + C is for Noir en concert

Holy shit. Tremblez chroniqueurs, Odliz est de retour dans la place... Plus moyen de chroniquer tranquillement, le week-end ou une semaine entière étant passée : c'est que la petite est rapide, percutante, lettrée et cultivée. Les vacances sont finies, elle est de retour de Paris ! Pas le temps de dire "ouf" et hop, elle vous a déjà chroniqué l'acte I du concert de Deadwood à Marseille, donc son showcase au Lollipop Music Store ! Sur cette partie-là, pas grand-chose à ajouter à son ressenti, d'ailleurs... Car à nous aussi, à un sentiment de flottement devant cet étalage d'appareils et ce musicien transpirant la panique, a vite fait place cet autre sentiment, pas fréquent du tout : la certitude d'être au bon endroit et au bon moment pour assister à une prise de claque dans la gueule, à une vraie découverte en live. Et ce d'une façon d'autant plus surprenante que - oui bon, l'habit ne fait pas le moine mais quand même - ce jeune homme semblait plus qualifié a priori pour tenir la basse dans une formation crust-punk, que pour déployer un tel éventail de talents et de titres. Plus qualifié pour nous botter le cul, disons, que pour nous envoyer le cerveau en l'air... Et à nous aussi la fleur de peau a joliment frémi sur le duo final avec... Lire la suite