Accueil Soma en concert
Dimanche 10 décembre 2017 : 10641 concerts, 24767 chroniques de concert, 5187 critiques d'album.


Incapable de trancher entre l'évidence des mélodies pop et l'agression salvatrice du rock, Soma oscille constamment entre ces deux tendances, qui ne sont jamais aussi fortes que lorsqu'elles se télescopent lors d'heureuses collisions. Nouvel album, Nobody's Hotter Than God, et concerts en 2014 !

Soma : vos chroniques d'albums
Site

Soma : tous les concerts

Soma : l'historique des concerts

Me.

03

Août

2016

Ve.

05

Déc.

2014

Ma.

02

Déc.

2014

Soma + The Dedicated Nothing Point Ephémère - Paris (75)

Sa.

25

Oct.

2014

Ve.

01

Août

2014

Noise jack,highvoltage,superfreak,drôle de blues,chabert and co,soma Soma | Superfreak
Base de loisirs rivier'alp - Les echelles (73)

Ve.

18

Avril

2014

Soma + Dizziness + The Creeps + Zomething Soma | The Creeps | Zomething
CMCL - Gap (05)

Sa.

15

Fév.

2014

Soma : les dernières chroniques concerts 41 avis

Soma

Critique écrite le 04 novembre 2014, par Pirlouiiiit

Quiksilver, Terrasses du Port, Marseille 11 septembre 2014

Soma en concert

C'est l'histoire d'un ex chroniqueur de Concertandco revenu après plusieurs années passées en Australie qui pendant le showcase de Soma m'a dit "si tu veux je fais la chronique", ce qui m'arrangeait bien car il avait effectivement plein de choses à écrire et tout plein de bonnes références à des groupes anglais que je ne connais pour ma part souvent que de nom ... et puis finalement qui n'a pas trouvé le temps ;-) Du coup je m'y colle près de 2 mois après, sans notes et surtout avec 40 groupes vus en live depuis ... Le showcase de Soma à Quiksilver sera pour moi l'occasion d'apprendre à écrire le nom de cette marque de surf (sans c entre le i et le k) et surtout de mettre les pieds pour la première fois (et sans doute dernière avant un moment) dans ces fameux Terrasses du Port. Naïvement vu le nom je pensais qu'il s'agissait des aménagements faits aux pieds et en dessous de la Major (surnom de la Cathédrale). J'imaginais que les voies rapides qui l'encerclaient avaient enfin été remplacées par des zones plus ou moins piétonnes où il ferait bon flâner sur le bord de mer. Que nenni il s'agit ni plus ni moins qu'un centre commercial monstrueux : gigantesque, brillant, tout neuf comme une provocation ne ces temps de crises ou une ultime... Lire la suite

Soma

Critique écrite le 03 mars 2014, par Ysabel

Magic Mirror - Istres 15 Février 2014

Soma en concert

Ce soir, au Magic Mirror, c'est le retour de Soma ! Et c'est aussi un concert organisé par l'Espace Pluriel Jeune, sur invitation après inscription auprès de l'association. Nous somme d'ailleurs accueillis par Jérémy (le Boss), qui nous fait entrer sous le chapiteau. Toujours cette ambiance si particulière, habillée de bois, de rouge et de guirlandes lumineuses. Un bien bel écrin pour recevoir les enfants prodigues d'Istres. D'un coup, les strombis l'allument devant le grand drapeau au nom de Soma qui a été tendu derrière la batterie de Thomas. Ils prennent place tous les quatre et une chose est certaine : Leur énergie, toujours la même, est bel et bien là ! Xavier se tord déjà sur place. Sébastien entre dans une attitude hyper rock, avant de venir taquiner du côté de la batterie. Lionnel, coupe ultra courte, s'en donne à cœur joie, juste éclairé par en-dessous, avec effet rétro au micro. Le public est ravi. " Bonsoir Istres ! " Perso, j'espère secrètement qu'on va avoir droit à un peu d'inédits ce soir, même si c'est un plaisir de commencer avec un début de Set qui a déjà fait ses preuves. Xavier flirte avec le sol par moment. Lio frappe du pied, avec des enchaînements rapides et efficaces. On passe sur ce train d'enfer à... Lire la suite

Departure Kids, Lo, La Flingue, Magnets, Reliques, Soma, 25, Nitwits, Elektrolux, Rescue Rangers, Crumb, Conger! Conger!, Binaire (Festival Phocea Rocks)

Critique écrite le 06 juin 2013, par pirlouiiiit

Espace Julien, Marseille 31 mai 2013

Departure Kids, Lo, La Flingue, Magnets, Reliques, Soma, 25, Nitwits, Elektrolux, Rescue Rangers, Crumb, Conger! Conger!, Binaire (Festival Phocea Rocks) en concert

En complément de la chronique de Philippe, quelques lignes sur chacun des groupes vus ce soir là ... Departure Kids (prévus de 19h à 19h30 au Café Julien) : ils commencent avec un peu de retard (un gros quart d'heure) c'est à dire 5 minutes avant LO sur la grande scène. On ne peut pas leur en vouloir les portes viennent juste d'ouvrir et en cette fin de semaine les gens tardent un peu à arriver. Angoissé à l'idée que LO joue devant personne dans la grande salle je ne reste même pas assez longtemps pour faire une photo réussie (mais j'ai vu que Pixxxo était là donc ça va). Par rapport à la dernière fois que je les ai vu au Poste à Galène la couleur des cheveux du chanteur a changé ... leur determination et leur plaisir à être sur scène non. LO (prévu de 19h20 à 19h50 à l'Espace Julien) : ils attaquent à l'heure ! Avec 13 groupes à l'affiche on ne peut pas se permettre de tout décaler ... du coup il n'y a pas grand monde. Pourtant ils jouent à fond. Profitant du bon son et belles lumières de l'Espace ils ont donné un set impeccable et conquis quelques nouveaux fans ! Set très énergique pour ne pas dire énervé (dans le bon sens du terme) et pour finir en douceur leur chanson "calme" dont je suis très fan. Pour plus de détails lire... Lire la suite

(mon) Festival Phocea Rocks 2013 : Departure Kids, Lo, Reliques, Soma, Nitwits, Crumb, Conger! Conger!, Binaire

Critique écrite le 01 juin 2013, par Philippe

Espace Julien, Marseille 31 mai 2013

(mon) Festival Phocea Rocks 2013 : Departure Kids, Lo, Reliques, Soma, Nitwits, Crumb, Conger! Conger!, Binaire en concert

Rhaââââ les cons ça ose vraiment tout, décidément, la phrase d'Audiard ne vieillira jamais. Prenez Vince & Gina par exemple, un couple d'activiste musicaux à Marseille. Quand on les voit déambuler déguisés en égyptiens antiques, sous la pluie et au troisième jour des Eurockéennes à Belfort (ils sont à peu près les seuls déguisés ce jour-là sur 30 000 personnes), alors qu'on sait qu'ils sont venus en train de Marseille et qu'ils dorment au camping, et qu'en plus ils vous avouent fièrement qu'ils ont mis un déguisement différent pour chaque journée... On ne peut pas s'empêcher de se dire qu'ils sont quand même un peu tarés. Un déguisement le premier jour quand il faisait beau, c'était pas assez, les enfants, mmh ? Ben non. Pareil, quand ils se sont mis en tête d'organiser un festival à Marseille en 2013 pour marquer Marseille Capiculmachinchose, une date, c'était pas assez : ils en ont prévu 6 ou 7. Et pour organiser un truc comme ça à peu près sans argent, une salle amie (Machine à Coudre ?) pour le lancement c'était pas assez ? Ben non, ils ont voulu l'Espace Julien. N'importe qui de censé aurait prévu, allez, deux groupes, ou trois à la limite pour l'ouverture, pour pouvoir gérer correctement le truc, voir si ça roulait, se roder... Lire la suite

Soma : les chroniques d'albums

Soma : Nobody's Hotter Than God

Chronique écrite le 15/12/2012, par Pirlouiiiit

Soma : Nobody's Hotter Than God

Signalons tout d'abord un léger changement dans le line-up avec l'arrivée aux côtés de Lionnel Buzac (guitare/chant), Sebastien Claret (guitare) et Thomas Bitoun (batterie) de Xavier Fernandes (qui officiait aux côté de Lionnel à la guitare dans Toko - groupe de jazz manouche) à la basse. 2 ans après leur " premier " album Jewel & The Orchestra revoici Soma avec un album qui fera sans doute date dans leur discographie. Moins directement renversant que son prédécesseur (même s'il contient quand même quelques tubes évidents comme Roller coaster ou Henry VIII) celui-ci possède la rare qualité de ne pas lasser son auditeur au bout de la 25ème écoute (comme le Blow de Ghinzu par exemple). D'ailleurs pas de clip provoc' comme sur le précédent album (passage obligé pour se faire remarquer ?), mais plutôt un clip plus arty sinon... Lire la suite

Soma : Jewel And Orchestra

Chronique écrite le 03/05/2010, par Boby

Soma : Jewel And  Orchestra

Dans la famille talent made in chez nous, je voudrais SOMA. Après un EP qui ne laissait entrevoir que le meilleur, il n'était pas difficile de deviner que le quatuor istrien n'allait pas s'arrêtait là. "Jewel And Orchestra" marque donc le retour tant attendu des quatre garçons. Si l'extérieur est sensiblement identique au 5 titres à l'intérieur ce sont 11 petits "Jewels" qui n'attendent qu'à être exposés. Époustouflante mise en abîme avec le très Hives-esque "Get Down". Comme submergé par la fougue que procure le titre, l'uppercut final généré par un puissant solo de guitare finira de nous achever. K.O dés le premier round ? Pas loin en effet. Fort heureusement "The backyard", synonyme de ces ballades à succès dont nos voisins d'outre manche ont le secret arrivera de par sa douce mélodie à nous remettre sur pattes. Entre britpop détendue et rock énervé l'éclectisme de Soma n'est plus à prouver. En parlant de diversité "Other Side" illustre à... Lire la suite

Soma : Ep 5 Titres

Chronique écrite le 10/01/2010, par Boby

Soma : Ep 5 Titres

Avant d'être la fierté du Sud, Soma c'est avant tout plus de 10 années de travail. Inspiré par les mythiques Smashing Pumpkins, le quatuor ne cesse d'aligner les succès ; passages à la télévision, première partie de 30 seconds to Mars, passage dans taratata en Mars... Entre rock enragé et brit pop mélodieuse l'éclectisme de Soma n'est plus à prouver. En mars 2010 devrait sortir leur premier opus " Jewel and orchestra", pas trop tôt pour un groupe dont le talent est connu et reconnu depuis déjà longtemps... C'est à "Get Down" que revient la difficile tache d'ouvrir le bal. Ce qui dans les premiers temps pourrait s'apparenter à un morceaux des excellentissimes Hives se transforme finalement en tube pop qui cartonnerait à coup sur en Angleterre. Finalement le but de Soma n'est il pas de se servir de la France... Lire la suite

Soma : Nuits Salées

Chronique écrite le 08/01/2006, par Pirlouiiiit

Soma : Nuits Salées

Le cas de Soma est assez typique ... jeune groupe istréen talentueux très vite remarqué au niveau local (Class Rock 2000) pour la qualité de son jeu et de ses compositions très influencées par Radiohead, Smashing Pumpkins, Buckley et du coup Muse. Ils chantent donc naturellement en anglais sur leur premier maxi In the princess arms. Seulement voila, pour espérer être connu en France et donc en vivre, il faut chanter un français. Kaolin ayant montré qu'il était possible de chanter en français tout en sonnant anglais, Soma s'y essaye et sort un premier album En sourdine très bien produit et très carré où ils rivalisent avec leurs aînés ; cependant... Lire la suite

Galerie Photos

  • 1 - Soma - Boby
  • 2 - Soma - Boby

Soma : Vidéo