Accueil Chronique album : Guns and Roses - Best Of Guns and Roses, par Philippe
Jeudi 23 novembre 2017 : 11710 concerts, 24728 chroniques de concert, 5186 critiques d'album.

Critique d'album

Guns and Roses : "Best Of Guns and Roses"

Guns and Roses :

Pop - Rock

Critique écrite le 08 avril 2004 par Philippe

Quiconque a eu une adolescence rebelle et/ou difficile dans les années 90 a eu un disque des G'n'R ! 10 ans après, un best-of vient de sortir qui signe officiellement, après des rumeurs de reformation sans fin, l'arrêt de mort de ce tas de folles chevelues (que peu de gens regretteront, il est vrai).
Cependant ce groupe ayant été un véritable phénomène, il faut quand même lui rendre justice. Car à bien y réfléchir, ce qu'on leur reprochait, c'était bien plus d'être une insupportable bande de poseurs que d'être de mauvais musiciens !
Perso, je leur voue une reconnaissance éternelle : avoir été pour moi la porte d'entrée dans le monde merveilleux du hard rock (dont je ne suis jamais vraiment ressorti).
Emblêmes d'un genre qui a fait long feu, le "hard-FM" (quoique, on a encore Kyo !), genre dans lequel ils étaient plutôt doués (moins marrants que les kitschissimes Aerosmith mais bien plus doués que les immondes Bon Jovi ou les Scorpions !), il faut se rappeler que les G'n'R comportaient tout de même en leur sein : Slash, l'un des guitar heroes les plus doués de sa génération, qui aurait pu être le digne héritier de Jimi Hendrix s'il avait aussi eu un talent de compositeur ; Matt Sorum, le batteur le plus bourrin de sa catégorie, une espèce de blondasse gaulée comme Mike Tyson ; le trop sage Izzy Stradlin et l'innénarrable Duff McKagan, le guitariste le plus foncedé de l'histoire du hard rock ; et surtout Axl Rose, branleur horripilant au possible mais chanteur somme toute assez charismatique, qui n'avait pas son pareil pour hurler à la mort tel un goret que l'on châtre...
Ce disque a un mérite : il recèle en effet à peu près toutes les meilleures chansons des Guns (c'est déjà pas si courant pour un best-of !). Depuis Welcome to the Jungle et 2-3 autres titres de l'album "Appetite For Destruction" (la seule et unique vraie contribution des G'n'R à l'histoire du rock) jusqu'à Civil War (ma chanson préférée à l'époque), en passant par Knockin'on Heaven's Door ou le méconnu Sympathy for the Devil (deux reprises qui tiennent plutôt bien la route), jusqu'à la sympathique balade claydermanoïde November Rain et la Scorpioïde Don't Cry sur lesquelles vous emballiez si sévère en boîte, au lycée !
Les G'n'R, certes ça a vieilli mais c'est quand même toute une époque ; alors de même qu'on peut acheter un CD de Pink Floyd, de Grateful Dead ou même de Depeche Mode, par nostalgie ou par fétichisme, il me semble que ce best-of mérite de traîner quelque part sur une étagère. Ca peut également être une bonne occasion de les jeter une fois pour toutes, ces K7 pourraves de "Use Your Illusion" (1 et 2) que vous gardez par nostalgie !
2004
Vignette Philippe

 Critique écrite le 08 avril 2004 par Philippe
 Envoyer un message à Philippe

Guns N' Roses : les chroniques d'albums

Guns and Roses : Chinese Democracy

Guns and Roses : Chinese Democracy par Philippe
21/01/2009
Miracle de la Résurrection sur la planète du hard rock old-school : Axl Rose is back ! Chinese Democracy, l'album le plus cher de tous les temps (plus de 20 millions de dollars !) sort enfin en 2009, après une décennie de gestation, et 15 ans après... La suite

GUNS N' ROSES : APPETITE FOR DESTRUCTION

GUNS N' ROSES : APPETITE FOR DESTRUCTION par Latino
23/07/2002
En sortant cet album en juillet 1987, les Guns n'Roses se doutaient-ils qu'ils allaient accouchés d'un chef-d'oeuvre? Premier album tout court le plus vendu de tous les temps, Appetite For destruction culmine a plus 27 millions d'exemplaires vendues... La suite

Guns N' Roses : Live Era 87/93 par Floyd Hoon
22/03/2000
En un double live tel que celui-ci, GN'R rappelle à tout le monde que c' est eux et personne d' autre qui ont fixé les règles et que ce sont les meilleurs musiciens live de cette fin de siecle. Ce live retrace aussi bien leurs débuts à LA dans des... La suite