Accueil Chronique album : Slaves - Take Control, par Pierre Andrieu
Jeudi 16 août 2018 : 11787 concerts, 25128 chroniques de concert, 5221 critiques d'album.

Critique d'album

Slaves : "Take Control"

Slaves :

Pop - Rock / Punk

Critique écrite le 05 octobre 2016 par Pierre Andrieu

Sorte de rencontre fantasmée et miraculeuse entre Arctic Monkeys, Beastie Boys, Nirvana, Black Sabbath, Stooges et The Damned, le duo anglais Slaves a assez de tubes punk rock 'n rap sur son deuxième album Take Control pour envisager une conquête totale et définitive des ondes du monde entier... Laurie Vincent (guitare, basse, hurlements) et Isaac Holman (il joue de la batterie debout, c'est peut-être un détail pour vous mais pour moi ça veut dire beaucoup, et sinon il crie comme un malade dans son micro, ce qui n'est pas non plus anecdotique), les deux jeunes hooligans qui pilotent à fond sur l'autoroute de l'enfer du rock 'n roll ce projet ultra minimaliste et rugueux savent écrire des morceaux en forme d'exutoires ultimes, de défouloirs à frustrations. Des tubes très punk et très rock 'n roll (Spit It Out, Rich Man, Same Again, Take Control, Fuck The Hi Hat... ), so british, hyper marqués par le phrasé hip hop de petites frappes, des titres qui savent provoquer quasi instantanément l'étincelle qui va entraîner le pétage de plombs généralisé. On comprend tout à fait l'immense Michael "Mike D" Diamond des Beastie Boys, qui a complètement craqué pour Slaves au point de produire le disque et d'y participer avec un featuring d'anthologie sur Consume Or Be Consumed. Un morceau qui a le mérite de faire faire des bonds partout, tout en chiant avec délectation sur la société de consommation, façon Johnny Rotten. D'apparence un peu bas du front et bagarreurs, les deux lads anglais du combo dont il est question ici savent aussi faire preuve (certes brièvement) de pondération, ralentir la cadence et lâcher une pop song post punk comme Steer Clear avec l'aide de l'excellent chanteur et songwriter pop Baxter Dury, qui s'y connaît un peu en " sex and drugs and rock 'n roll ". Sur le très fourni (16 titres) mais pas du tout long et chiant album Take Control, on trouve aussi un slow 100% cockney (Angelica), pour se reposer un tantinet avant de retourner hurler comme un putois dans le pogo. Et il y a même un hit imparable presque électro rock avec rythme lancinant et flow de voyou, STD's PhD', ce qui accrédite définitivement la thèse comme quoi Slaves a beaucoup d'idées diverses et variées, de la suite dans les idées, justement, et assez de munitions pour faire un authentique carton...





Liens : www.facebook.com/slaves, youareallslaves.com/, twitter.com/slaves, www.instagram.com/slaves.

30 septembre 2016 (Virgin EMI Records)
Vignette Pierre Andrieu

 Critique écrite le 05 octobre 2016 par Pierre Andrieu
 Envoyer un message à Pierre Andrieu

Slaves : les chroniques d'albums

Slaves : Are You Satisfied ?

Slaves : Are You Satisfied ? par Philippe
26/08/2015
"I overreacted !" Pour paraphraser la glorieuse punchline de Bill à son ex-fiancée Beatrix Kiddo dans Kill Bill (justifiant le fait qu'il ait assassiné tous ses proches, son fiancé et même son bébé, dans l'église et pendant son mariage), c'est la... La suite