Accueil Chronique album : Ty Segall - Manipulator, par Pierre Andrieu
Jeudi 16 août 2018 : 11787 concerts, 25128 chroniques de concert, 5221 critiques d'album.

Critique d'album

Ty Segall : "Manipulator"

Ty Segall :

Pop - Rock / RockGarage&Pop

Critique écrite le 19 août 2014 par Pierre Andrieu

Tonitruant retour discographique pour le petit génie du rock garage (mais pas que... ), Ty Segall, qui débarque fin août 2014 avec Manipulator, un ambitieux double album synthétisant à la perfection toutes les facettes de son talent... En 56 minutes et 17 titres, l'hyperactif et ultra doué songwriter invite ses fans à un roller coaster kaléidoscopique illuminé par ses passions pour le rock garage avec pédale fuzz dans le rouge, la pop psyché, la folk music et le glam rock sexy. Sur cet opus inépuisable et richement doté en titres forts, l'on sent très clairement que le jeune américain au physique poupon, a voulu franchir un palier en utilisant les moyens fraîchement mis à sa disposition par son label Drag City afin de prendre le temps d'enregistrer et de produire les morceaux avec classe (violons, synthés vintage etc). Le résultat est un petit bijou où l'on sent bouillonner l'énergie et l'inspiration d'un artiste en état de grâce, avec le petit plus produit apporté par des compositions composées et arrangées avec soin. En partant de ses influences déjà explorées sur ses multiples disques (Stooges, Black Sabbath, John Lennon, Nirvana... ), l'auteur de Manipulator s'autorise de magistraux clins d'oeil à David Bowie (Mister Main, les parties vocales de The Singer, sur des arpèges à la Steve Cropper pour Otis Redding), Marc Bolan & T. Rex (The Feels), The Rolling Stones (Green Belly) et The Kinks (le titre Manipulator). Et cela aboutit à une série de titres très frais, ultra efficaces et maxi bandants. Bref, ce disque est une tuerie qui devrait donner lieu à des jouissifs moments de bravoure en live. Vu le niveau du concert donné au This Is Not A Love Song Festival en mai, inutile de préciser que les concerts prévus en France au mois d'octobre 2014 sont totalement immanquables (à moins de vouloir pleurer de rage pendant des mois)  !



Liens : ty-segall.com, www.facebook.com/pages/Ty-Segall, twitter.com/tysegall, www.dragcity.com, ...

26 Août 2014 (Drag City Records - Modulor)
Vignette Pierre Andrieu

 Critique écrite le 19 août 2014 par Pierre Andrieu
 Envoyer un message à Pierre Andrieu

Ty Segall And The Freedom Band : les chroniques d'albums

Ty Segall : Freedom's Goblin

Ty Segall : Freedom's Goblin par Pierre Andrieu
18/01/2018
Après une avalanche de titres lâchés dans la nature avant la sortie du disque (et sans préciser qu'ils étaient extraits d'un album à venir), Ty Segall effectue son " grand come back " annuel début 2018 avec un copieux double album de 19 titres où il... La suite

Ty Segall : S/t

Ty Segall : S/t par Pierre Andrieu
24/01/2017
Pas de nouvelles discographiques ou scéniques de l'intenable Ty Segall depuis 5 mois, et voilà c'est la spirale de la dépression, on commence à sérieusement s'inquiéter, voire même à flipper grave chez les fans du monsieur ! Car, à part son dernier... La suite

Ty Segall : Emotional Mugger

Ty Segall : Emotional Mugger par Pierre Andrieu
19/01/2016
Après le deuxième album de Fuzz, positivement décérébrant (sauf pour les irrécupérables sourds), et l'album de reprises de T. Rex (anecdotique mais avec quelques bons titres), Ty Segall poursuit sa route discographique début 2016 avec Emotional... La suite

Ty Segall : Sleeper

Ty Segall : Sleeper par Yogui
07/10/2013
Ty Segall, avant de nous régaler avec son nouveau projet Fuzz - qui fera l'objet de ma prochaine chronique - a sorti en 2013 un album solo très folk... Quelle surprise de le découvrir dans ce registre, mais également, quelle peur d'être déçu ! Et... La suite