Accueil Chronique de concert Agar Agar + Jazzboy
Lundi 20 janvier 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Agar Agar + Jazzboy

Agar Agar + Jazzboy en concert

La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand 31 janvier 2019

Critique écrite le par



Petite Coopé blindée pour le passage d'Agar Agar, nouvelle star de l'électro pop radiophonique à base de synthés vintage et de voix féminine craquante... A peu près 400 personnes dans le Club de la rue Serge Gainsbourg, plutôt jeunes, souvent lookées hipsters, quelques auditeurs d'RTL2 fans de pop FM, pas mal de membres de la gent féminine et de couples établis ou en train de se former. Bref, c'est chaud, la fin de semaine est proche (on est jeudi) et tout le monde a l'air d'humeur badine, voire plus si affinités.


Jazzboy

En ouverture de programme, le dénommé Jazzboy sort le grand jeu : intro grandiloquente avec ange immaculé sur scène, set électro pop joué façon punk à même le sol (il n'y a plus de place sur scène), gesticulations sauvages au milieu du public etc etc. Si on ne comprend pas tout et si on n'aime pas tout, la conviction du mec et son énergie emportent l'adhésion : on ne peut s'empêcher de suivre le show de cet étrange personnage - qui finira sur le bar en hurlant -, tout en prenant en pleine face ses comptines électronico psyché à vocation populaire, certes, mais lardées de stries agressives à la Suicide. Bref, Jazzboy a tout pour cartonner et remplir les salles, un peu comme Agar Agar donc.


Agar Agar

Si a priori on ne fait pas partie des plus grands fans d'électro pop destinée à passer sur des radios grand public, on a été immédiatement séduit par le titre d'Agar Agar nommé "I am that guy", sorte de bande son idéale de la baise entre adultes consentants... Sur ce tube érectile autant que langoureux, la voix racée et grave de Clara Cappagli se situe au-delà du sexy, comme quand elle évolue au sein de son autre groupe, orienté rock garage et malheureusement en pause à durée indéterminée, Cannery Terror.


Donc, on est là au milieu du public à côté d'un couple bien bourré qui a l'air à deux doigts de passer à l'acte, là tout de suite (pour éviter de casser l'ambiance, on ne signalera pas à la demoiselle que son sac à main nous masse les c... à intervalles réguliers) et il faut avouer qu'à part un ou deux titres dispensables (un instrumental assez vide et un titre trop putassier à notre goût) Agar Agar fait clairement son petit effet en direct live. Joué assez rapidement dans le set, "I am that guy" ne déçoit pas le moins du monde en live, bien au contraire, tout comme le plus rythmé et tubesque "Sorry about the carpet", qui commence à faire augmenter la température corporelle de tout le monde. L'ambiance monte, monte, le groupe en profite pour sortir l'artillerie lourde visuelle avec de grandes et intrigantes poupées gonflables sur lesquelles sont projetés des trucs zarbis. Mais ce qu'on remarque surtout, c'est l'incroyable charisme de mademoiselle Cappagli, qui saute aux yeux à chaque seconde passée sur scène : elle chante divinement, improvise avec facilité, reste mystérieuse tout en étant barrée, souriante et d'un contact agréable. Bref, la meuf est une star de classe internationale, prend parfaitement la lumière et monopolise totalement l'attention. Malgré une coupe de cheveux que l'on qualifiera d'extravagante et de discutable (queue de cheval, frange etc), ce qui n'empêchera pas une copine de nous glisser "qu'elle aimerait bien le pécho, à l'occase", son acolyte Armand Bultheel est beaucoup plus discret, voire effacé, derrière ses synthés.



Mais l'essentiel est ailleurs : il envoie du lourd au niveau des sons, à la fois joliment datés et actuels, très souvent percutants et accrocheurs, tout en étant originaux et intelligemment influencés par Daft Punk, Depeche Mode ou Fever Ray. Pour résumer, on dira que ce court concert conclu par un charmant et touchant mini rappel sur "Requiem", était copieusement sexy, idéal pour le rapprochement stratégique des corps en milieu festif et l'échange des fluides. Les deux zozos en feu à côté de nous ne démentiront probablement pas...



Photos : Yann Cabello www.yanncabello.com, www.facebook.com/yann.cabello.7, twitter.com/YannCabello, instagram.com/yanncabello...


Agar Agar : les dernières chroniques concerts

Cavalas Underground + Hyphen Hyphen + Agar Agar (Boulégan Festival) en concert

Cavalas Underground + Hyphen Hyphen + Agar Agar (Boulégan Festival) par Zulone
Marseille - J4, le 07/06/2019
Seconde édition du Boulégan Festival à Marseille J4:) LA bonne ambiance du sud se fait sentir en ce premier soir de festival, les commerçants locaux sont présents pour nous... La suite

La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand : les dernières chroniques concerts

Seun Kuti & Egypt 80 en concert

Seun Kuti & Egypt 80 par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 13/11/2019
Concert de feu de Seun Kuti mi novembre dans une petite Coopé truffée de danseurs bien chauds comme il faut... Pas de première partie, on rentre direct dans le vif du sujet en... La suite

Manu Katché + Patrick Verbeke en concert

Manu Katché + Patrick Verbeke par Jérôme Justine
Coopérative de Mai, Clermont -Ferrand, le 11/12/2019
Il y a des trognes qui font plaisir à revoir. Il y en a d'autres qu'il est plaisant de voir de si près pour la première fois. Quand en plus ce sont des trognes cool,... La suite

L'Épée (Emmanuelle Seigner + The Liminanas + Anton Newcombe) - Diabolique Tour en concert

L'Épée (Emmanuelle Seigner + The Liminanas + Anton Newcombe) - Diabolique Tour par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 30/11/2019
Bien envoyé, le premier concert français du "Diabolique Tour" de L'Épée ! C'est dans une grande salle de La Coopé remplie correctement (à vue de nez, 500 personnes)... La suite

Etienne Daho (EdenDahoTour) en concert

Etienne Daho (EdenDahoTour) par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 21/11/2019
Impeccable concert d'Etienne Daho à La Coopé lors de son passage à Clermont-Fd pour la tournée EdenDahoTour, avec une set list vintage garantie sans tubes (ou presque)... La suite