Accueil Chronique de concert Madonna
Mardi 21 mai 2019 : 9166 concerts, 25480 chroniques de concert, 5256 critiques d'album.

Chronique de Concert

Madonna

Bercy, Paris 31 août 2006

Critique écrite le par

Enfin j'allais voir une pure icone de ma jeunesse ! Une vraie STAR, comme il n'y en a plus beaucoup, dans le sens premier du terme, pas les milliers de gens qu'on affuble de ce qualificatif alors qu'ils ont rien de star, si ce n'est sa banalisation par les medias. MADONNA. Que je considère en plus comme une pure belle femme, même encore maintenant. Une business-woman, une calculatrice, une cabaliste, une je sais pas quoi encore... mais une artiste qui est là depuis près de 25 ans, dont une majorité d'années à succés. Et des "ritournelles" plus ou moins légères qui sont présentes dans l'inconscient collectif.

Mon père ayant réussi à chopper des places pour la date du 31 août un peu par hasard le jour de la mise en vente des 4 Bercy, j'étais vraiment excité à l'idée d'enfin la voir, plus de 15 ans après la fin de ma periode préférée de toute sa discographie.

Mais ce creux de 15 ans va me desservir. Et bien plus largement encore que ce que je craignais... Car autant le dire de suite, niveau setlist, j'en connaissais à tout casser 9... En comptant les deux derniers singles et quelques récentes... Alors que j'étais venu dans l'espoir qu'en deux heures de show, elle jouerait quand même pas mal de ses hits incontournables 80s...

Ben non. Pas de "Like a prayer", ni de "Express yourself", ni de "Vogue", ni de "Who's that girl", ni même de "Holidays" ! Comme si Maiden ne jouaient plus "Hallowed be thy name", ou Scorpions "Still loving you" ou encore Pink Floyd "Another brick in the wall" ! Elle a préféré se concentrer sur son dernier opus qui cartonne, et sur des titres récents en général. Et au vu du public présent elle a eu raison... Un exemple ? Toute la fosse à fond dedans sur des titres bien dance, et personne pour hurler et crier son bonheur sur un génial "La isla bonita"... ça donne le ton de l'audience, hein... Ce qui n'enlève rien à l'ambiance infernale, aux clameurs, au plaisir de voir toute cette fosse bouger de là où nous étions assis. C'est juste un écart de génération.

Le défaut de la chose, c'est, qu'outre pour moi d'être à la ramasse plus que souvent, trouvant même parfois un titre vraiment pas bon, qu'elle a insufflé un beat dance (soit digital, soit grosse caisse de la batterie surboosté) au show entier, transformant pour la peine un "Erotica" en tube dance, ou un "Like a Virgin" remanié, moins digeste que l'originale.

Vos allez vous dire que j'ai donc claqué mes 163 euros (oui oui, c'est exceptionnel, je mettrai plus autant, sauf pour le Floyd s'ils ont l'intelligence de se reformer....) pour des nèfles... Mais pas du tout en fait ! Non je suis pas maso. C'est seulement qu'en contrepartie de ce défaut purement subjectif de setlist, le show que la Madonne nous a proposé dans ce bercy surchauffé par une ambiance de folie, était certainement le meilleur show que j'ai pu voir en live ! Un truc de fadas ! C'est dur à décrire, mais y avait la scène principale, avec des trappes par lesquelles apparaissaient les danseurs ou Madonna elle même, les musiciens sur des pateformes mouvantes, des réceptacles d'images sur toute la largeur de la scène, d'autres plateformes sur les côtés extrêmes, une longue avancée au milieu de la foule, tout une enième longue plateforme qui descend sur ladite avancée pour un titre, avec dessus des barres symétriques et obstacles pour les danseurs/acrobates, une boule geante qui s'ouvre en corolle pour laisser sortir Madonna au début, une croix lumineuse pour "Live to tell", qui a fait scandale à Rome... Bref tout un attirail de décor impressionants en eux même. Viennent se greffer par dessus, un bataillon de danseurs/acrobates/artistes corporels/incroyables de souplesse, d'agileté, de technique,etc... Bref des pros touche-à-tout qui faisaient le spectacle pendant les titres et pendant les interludes de changement de décors, accompagnés souvent d'images/clips/messages sur l'immense jeu d'écrans sur scène.

Et puis la Madonne. 47 ans. Bougeant plus en deux heures, que moi ces 10 dernières années ! Et bougeant bien avec ça... Rien à dire sur sa souplesse, sa forme, ses formes, son dynamisme ! Elle assure sévère encore, elle provoque toujours, même si moins que dans les 80s.

C'est un gros gros show, qui requiert un timing de tous les instants, des chorégraphies au milimètre, un travail en amont qui doit être titanesque. nCa mérite le respect.En deux heures de spectacle on a guère le temps de se reposer les yeux, y a toujours au minimum un acrobate en mouvement pour des breaks hallucinants, des images qui passent, bref quelque chose qui se passe. En lui-même le concert est divisé en quatre grandes parties: la première sur le thème "equestre", puis le thème Bédouin/désert (avec un chanteur-joueur d'instrument bizarre, au regard aussi expressif qu'un bovin un jour de grande fatigue, mais bon...), puis une partie rock'n roll/grosse guitare tenue par Madonna elle même tout en cuir, et enfin une periode Disco pour finir, avec le tubesque "Hung up" en ultime délire total d'un bercy comblé.

Et le chant me direz vous ? Ben ma foi, sur les morceaux récents et dance, y a tellement de samples, de voix multiples, qu'il était parfois trés dur, voir quasi impossible de reconnaitre clairement la sienne. Par contre sur les titres calmes, aucun soucis, elle a pas perdu son timbre, je suis toujours fan de son organe. Et puis personnellement j'ai eu droit à un grand moment avec "Live to tell", la croix lumineuse s'élevant par l'arrière, avec la Star crucifiée dessus, chantant ce magnifique titre, soutenu par des images de petits africains affamés et de phrases chocs... Un grand moment emotion.
"La isla bonita", que je n'esperais même pas, est l'autre grand instantané de la soirée pour ma part, avec une réorchestration intelligente, plus pulsante que la version cd, avec des percus bien foutues, et une chorégraphie excellente.

"Ray of light" était un peu bordélique dans la periode rock, mais ça foutait la patate ! Et le "Lucky star" je l'avais pas reconnu au début !
A noter que lors d'un problème technique apparement, Madonna s'est assise, a parlé aux gens, avec un peu de promo antibush et pro peace, avec un tour des drapeaux représentés dans la salle (Brésil, Espagne, Suede...), avec quelques poses suggestives, une vraie présence.

Un trés bon live donc, à voir une fois au moins pour le gros show proposé. Oui c'était cher, mais c'était pas pour des prunes putain ! Dommage pour ma pomme que j'avais 15 ans de retard dans la vision de ses tournées ! Sinon c'aurait pu être, avec les titres que je voulais, un concert mémorable sur tous les points.

Je retiendrais les premières paroles en francais de la Madonne après quelques titres : "Bonsoir Paris, bienvenue à notre spectacle, on va tout niquer". Et elle avait raison !


Setlist officielle

"Future Lovers/I Feel Love"
"Get Together"
"Like A Virgin"
"Jump"
"Interlude: Dancers' Confessions"
"Live to Tell"
"Forbidden Love"
"Isaac"
"Sorry"
"Like It Or Not"
"Interlude: Sorry [Remix]"
"I Love New York"
"Ray of Light"
"Let It Will Be"
"Drowned World/Substitute For Love"
"Paradise (Not For Me)"
"Interlude: Roller Dance Disco Inferno"
"Music Inferno"
"Erotica/You Thrill Me"
"La Isla Bonita"
"Lucky Star"
"Hung Up"

Madonna : les dernières chroniques concerts

Madonna en concert

Madonna par yves jolivet
Stade de France, St Denis (Paris), le 14/07/2012
Il y a quelques mois, j'ai eu l'idée d'acheter 2 places de concerts pour le show de Madonna au Stade de France à l'occasion de l'anniversaire de mon compagnon (c'est un grand... La suite

Madonna en concert

Madonna par Sophie
Stade de france - Paris, le 21/09/2008
Tout semble calculé pour que le spectateur soit frustré : la scène à hauteur d'homme afin d'être certain que personne ne puisse rien voir, un son unidirectionnel et insuffisant,... La suite

Madonna + Laurent Wolf + Robyn en concert

Madonna + Laurent Wolf + Robyn par McYavell
Stade Charles Ehrmann - Nice , le 26/08/2008
"A qui la faute ?" est la question de la soirée. A qui la faute si les portes du stade ne se sont pas ouvertes à 17h comme prévu mais avec une heure et demi de retard ? Madonna... La suite

Madonna par Paradizeman
Stade de France, Paris, le 12/09/2009
Rebelotte au Stade de France pour le deuxième concert de Madonna, cette fois-ci, on ne se presse pas trop : la première partie nous avait ennuyés lors du dernier concert. On arrive donc au Stade de France vers 19h30 et on pose nos fesses dans un boui-boui du coin, avec un sandwich saucisses et frites. Avant d'arriver au Stade, arrêt au... La suite

Bercy, Paris : les dernières chroniques concerts

Orelsan (featuring Damso, Gringe, Vald et Ibeyi) en concert

Orelsan (featuring Damso, Gringe, Vald et Ibeyi) par ag
AccorHotels Arena, Paris, le 06/12/2018
Dans le public parisien, l'excitation était à son comble pour ce dernier concert d'Orelsan qui a clôturé la tournée "La fête est finie" à Bercy le 6 décembre dernier. Avec ce... La suite

U2 (eXPERIENCE + iNNOCENCE Tour 2018) en concert

U2 (eXPERIENCE + iNNOCENCE Tour 2018) par Lebonair
AccorHotels Arena - Paris, le 12/09/2018
Pour certains d'entre nous, les Irlandais de U2 représentent le plus grand groupe de rock au monde... Pour d'autres au contraire, Bono and co sont devenue une machine à fric... La suite

U2 (eXPERIENCE + iNNOCENCE Tour 2018) en concert

U2 (eXPERIENCE + iNNOCENCE Tour 2018) par Samuel C
AccorHotels Arena - Paris, le 09/09/2018
Vers 20h25 Bono the Vox nous souhaite la bienvenue pour plus de 2 heures de sons et lumières ! On devine la fatigue, sa voix lui a fait défaut quelques jours auparavant à Berlin et... La suite

Orelsan (featuring Nekfeu et Dizzee Rascal) en concert

Orelsan (featuring Nekfeu et Dizzee Rascal) par Nwmb
AccorHotels Arena - Paris, le 15/03/2018
Orelsan à Bercy : Simple, basique Ce jeudi 15 mars, Orelsan était pour la première fois le locataire de l'AccorHotels Arena. Retour sur une soirée... La suite