Accueil Chronique de concert No More + Catalogue
Mardi 17 octobre 2017 : 13656 concerts, 24653 chroniques de concert, 5177 critiques d'album.

Chronique de Concert

No More + Catalogue

No More + Catalogue en concert

La Machine à Coudre - Marseille 20 Septembre 2017

Critique écrite le par

Le groupe allemand No More qui s'était fait connaître au tout début des 80's dans le registre " Cold Wave " synthétique (aujourd'hui, les amateurs parlent plutôt de " Dark Synth" ou " Minimal Wave ", allez savoir) est programmé ce soir à La Machine à Coudre. Ces teutons s'étaient surtout illustrés avec un morceau particulièrement culte, l'entêtant Suicide Commando, encore joué aujourd'hui par les DJs spécialistes du genre, à ranger parmi les classiques comme le Eisbar de Grauzone. Le groupe s'est donc reformé depuis quelques années à la faveur de cet engouement. Ils ont été conviés à l'initiative des membres de Catalogue, le trio post punk marseillais dont nous avons déjà dit de nombreuses fois ici le plus grand bien, et qui déclenche ce soir les hostilités soniques.

DSC03077
Après avoir joué quelques temps en duo, Catalogue s'est adjoint les services d'un nouveau bassiste, Raphael, qui fait ce soir son baptème du feu. Et il va assurer plus que dignement sa fonction. Le groupe débute fort avec le noisy n°5. On retrouve toujours avec jubilation tout ce qui fait la force du groupe : un son froid hérité du Post Punk, une beat box à la pulsation robotique, des guitares incandescentes et frénétiques aux motifs toujours surprenants, et une énergie punk portée par le chant scandé d'Emma.

DSC03180
Malheureusement un des potards de la guitare d'Emma rend l'âme dès le deuxième morceau. Cela crée un petit moment de flottement mais les musiciens ne se démontent pas pour autant. Andy Schwartz, le chanteur guitariste de No More va prêter généreusement sa guitare. Ils enchainent avec l'excellent Sleeping Revolution et sa rythmique presque industrielle.

DSC03239
Raphael semble à l'aise, son jeu est sec et précis, et s'harmonise naturellement avec celui de ses deux comparses. La cohésion entre les trois est bien là. De nouveaux titres ont fait leur apparition comme La Discothèque , avec un chant français et une discrète séquence de synthé.

DSC03296
Le groupe a toujours l'art de composer des chansons qui accrochent systématiquement, comme l'entêtant About you avec son motif de guitare presque orientalisant. Le groupe n'a absolument aucune composition faiblarde et ne se départit jamais sur scène de cette tension post punk propre à leur musique. Espérons que la formation va se stabiliser avec ce nouveau line-up. En tout cas, on ne le dira jamais assez, Catalogue est un des meilleurs groupes phocéen et bien au-delà.

DSC03518
Les Allemands de No More sont désormais un duo constitué du chanteur guitariste Andy Schwartz et de Tina Sanudakura aux claviers et autres machines. A leurs débuts, leur musique pouvait faire penser à ce que faisait D.A.F à la même époque (le chant viril et les rythmes martiaux en moins). Le premier titre, assez lent et sans percussions, s'inscrit un peu dans les poncifs lugubres propre à la " cold wave " originelle. Tina Sanudakura joue également du Theremin sur cette chanson. Elle l'utilisera cet instrument assez souvent ainsi qu'un étrange cercle vert phosphorescent dont je n'ai pas vraiment identifier les sons mais qui fait visuellement son petit effet.

DSC03381
Telle une laborantine blonde platine concentrée derrière ses machines, la musicienne dégage un certain charisme. La voix du chanteur d'Andy Schwartz est plus grave qu'autrefois. Le second titre me semble familier et je reconnais alors Love is a Drug de Roxy Music. Ils en font une version robotique très honnête. Le duo perpétue ce registre synthétique et froid, parfois pop, qui plait forcément aux afficionados du genre mais qui laissent quand même un peu de marbre les autres. Mais tout en restant dans ce registre, la musique de No More est moins minimaliste que par le passé et a pris plus d'ampleur, et sonne du coup moins datée. Une partie du public au look goth se déchaine inévitablement quand le duo jouent Suicide Commando qui est devenu un classique imparable et qui reste quand même le sommet de leur répertoire.

DSC03441

Le duo se lance peu après dans une version sous speed du Heroes de David Bowie. On se dit quand même que ce titre, tellement entendu et diffusé absolument partout, souvent pour le pire, est une reprise à priori casse-gueule mais ils s'en tirent plutôt bien en en proposant une version, plus répétitive, dans la lignée de leur compatriotes Krautrockers de Neu! (rappelons quand même au passage que le thème de Heroes est une variation de Silver Clouds de LA Dusseldorf, groupe du batteur des mêmes Neu!, qui fut un tube en Allemagne et que Bowie appréciait particulièrement). Et pour terminer le concert, ils livrent leur version d'un autre standard, et pas des moindres, celle de Venus In furs du Velvet Underground.

DSC03484
Encore une reprise convenue, pourrait-on penser, mais une fois de plus, les gens de No More s'en tirent avec une certaine élégance, ce qui n'est quand même pas chose facile avec ces titres autant de fois entendus. Leur set n'a pas pas été renversant mais plutôt digne, les Allemands ayant su actualiser leur style, pourtant au départ très codifié, en étant assez sobre et très en place. On aurait pu s'attendre à voir un des ces groupes sur le retour de leur " gloire " passée mais cela n'a pas été le cas. Le duo a joué avec un plaisir évident et surtout une absence totale de prétention.


Catalogue : les dernières chroniques concerts

Mr Thousand & Ramirez + Catalogue + Hoochie Koochie Baby (BaDaM festival) en concert

Mr Thousand & Ramirez + Catalogue + Hoochie Koochie Baby (BaDaM festival) par Pirlouiiiit
Molotov, Marseille, le 12/05/2017
Autant la dernière fois j'étais allé 2 soirs d'affilé au JAM (pour voir Christophe Isselée le vendredi puis Paul Collins le samedi), autant cette semaine c'est au Molotov que je... La suite

Catalogue + Not'Pain Quotidien + Conger! Conger! en concert

Catalogue + Not'Pain Quotidien + Conger! Conger! par odliz
La Machine à Coudre, Marseille, le 04/03/2017
Plongée au cœur de la deuxième soirée d'un week-end marathon à l'honneur des Conger ! Conger ! pour la release party de leur splendide white album. Ce samedi soir commence... La suite

Catalogue - Nomissugui en concert

Catalogue - Nomissugui par Phil2guy
La Salle Gueule - Marseille, le 09/02/2017
Direction la Salle Gueule où Catalogue joue ce soir en compagnie des toulousaines de Nomissugui. Catalogue se produit cette fois-ci en " power duo ", en effet, le nouveau... La suite

Lorelle meets the Obsolete-Catalogue en concert

Lorelle meets the Obsolete-Catalogue par Bblopez
Le Molotov Marseille, le 02/11/2016
Avant de voir un groupe mexicain l'idée était de prendre un bon Tacos au snack juste à côté du Moltov. Raté, grosse déception, il était fermé, tant pis pour la soirée thématique.... La suite

La Machine à Coudre - Marseille : les dernières chroniques concerts

Human Toys, Stoo Odom & the Odomiseurs en concert

Human Toys, Stoo Odom & the Odomiseurs par odliz
La Machine à Coudre, Marseille, le 05/10/2017
Ce soir, en poussant la porte de la Machine à Coudre , on traverse un Vortex spatio-temporel pour atterrir en eau trouble à la Nouvelle Orléans, où le jazz brut côtoie le blues... La suite

Revolver Klub-Silver Gallery-Ashinoa en concert

Revolver Klub-Silver Gallery-Ashinoa par Phil2guy
Marseille - La Machine à Coudre, le 03/06/2017
C'est un plateau très éclectique ce soir à la Machine à Coudre organisé par l'association Pieds de Biche (qui est aussi un label), avec les marseillais de Revolver Klub et Silver... La suite

Stella Pire + Farouche Zoe & Electric Boys en concert

Stella Pire + Farouche Zoe & Electric Boys par Pirlouiiiit
Machine à Coudre, Marseille, le 19/05/2017
Habitué à ce que les concerts à la Machine à Coudre commencent plutôt tard, j'ai pris mon temps à la sortie du très sympathique concert de Sages comme des sauvages à La Meson, du... La suite

Massy Inc. en concert

Massy Inc. par Lacrymoboy
La Machine à Coudre, le 05/04/2017
C'est bien la première fois que je fais une chronique sur un groupe dans lequel j'ai joué. Et en écoutant aujourd'hui le très bel album en vinyl offert de sa main, je me suis fait... La suite