Accueil Chronique de concert Peter Case & les Playboys
Dimanche 28 mai 2017 : 9241 concerts, 24454 chroniques de concert, 5160 critiques d'album.

Chronique de Concert

Peter Case & les Playboys

Peter Case & les Playboys en concert

Le Volume - Nice 12 octobre 2012

Critique écrite le 14 octobre 2012 par Chris Manzo

Peter Case<:b> (featuring les Playboys)

C'est comme dans un rêve : à chaque instant, on pense que l'on va se réveiller, allumer la lumière et se dire : c'est quoi ce délire ? Mais là, tout est bien réel, et les yeux écarquillés, on se pince quand même une dernière fois pour y croire définitivement .Mais pour se remettre les idées en place, là tout d'un coup tout se bouscule car : Comment décrire ce qu'il s'est passé? Comment parler de cette situation improbable ? Comment expliquer l'inexplicable ? Comment atterrir après être monté si haut ? Comment penser que cette chose a eu lieu ? Quelques heures après le concert l'exercice s'avère périlleux. Je me lance !

A ma droite dans le rôle du backing band, les valeureux PLAYBOYS niçois vétérans au sens chronologique du terme de la scène sixties européenne et ce qu'il se fait de mieux dans le genre.

Au centre dans le rôle de la légende vivante, PETER CASE, l'un des CV du rock US les plus mythiques. Pensez donc, l'homme a fait partie de l'un des 2 groupes qui ont changé l'histoire du rock : les NERVES, Co- inventeur de la POWER POP dans les 70's et les PLIMSOULS dans les 80 ‘s qui enfoncèrent le clou en greffant au style originel du rytm'and'soul endiablé en inspirant au passage à travers les décennies des centaines de groupes pop à travers le monde.

A ma gauche, le BRATCHMAN, figure du rock niçois (et donc français !) qui s'improvise programmateur et qui propose à PETER CASE, avant de repartir au states après sa tournée solo belgo-anglaise, de venir jouer à NICE.

Au dessus de tout çà quelques centaines de spectateurs en lévitation qui sont en train de se pincer pour y croire : la plupart n'ont eu l'info que le matin du concert ou même en arrivant au VOLUME où seul les PLAYBOYS étaient annoncés officiellement !

En revenant à l'essence même du rock'n'roll : l'urgence, la spontanéité, l'innocence ( ou le naturel,c'est au choix) et l'improvisation ce groupe expérimental va délivrer un concert incroyable qui va revisiter quelques classiques de l'histoire du "real rock'n'roll" avec au milieu de tout ca quelques titres bien à propos des PLAYBOYS.

Pendant ce concert PETER CASE a martyrisé sa guitare et son harmonica sur des versions supersoniques de "you're gonna miss me" du 13th floor elevator, "jumpin in the night" des flamin'groovies, "women" des easybeats, "midnight hour" de wilson pickett, "now" des plimsouls.Il a aussi légèrement calmé le jeu sur une magnifique version de "two angels" présente sur son 2ème album solo.

Les PLAYBOYS se sont déchainés et ont proposé à PETER CASE de faire aussi leur 496ème version live (ou 497 ème, je hésite !) du "gloria" des them de van morisson avec auparavant un medley de derrière les fagots de "farmer john des searchers / hang on slooppy des mc coys.
Je dois surement aussi oublier quelques autres pépites millésimées bien amenées par PETER CASE.

Au final, un concert extraordinaire où chacun a eu l'impression de s'être retrouvé dans une autre dimension .Le passage de PETER CASE marquera l'histoire du rock à NICE, territoire trop sevré de ce type d'évènement. Ce moment a rendu les gens heureux ! Incroyablement, le public était content avant le concert !

Au passage, il faut signaler que notre ami de 30 ans s'est avéré être un personnage : affable, abordable pour tous, d'une sincérité à toute épreuve et d'une énergie débordante une fois sur scène.

PS. : Tous les albums des PLIMSOULS, de PETER CASE en solo et des PLAYBOYS son hautement recommandés.

PS BIS : ce concert avait lieu au " VOLUME".Cette salle est en DANGER ! Menacé de fermeture prochainement, ce haut lieu de la création musicale à Nice a besoin de votre soutien : signer la pétition de soutien en allant sur son site ! C'est un ordre !

Les Playboys : les dernières chroniques concerts

The Mockers + Les Playboys en concert

The Mockers + Les Playboys par Jul
Le Poste à Galène - Marseille, le 18/02/2011
" Du rock des années 60 ". Pourquoi pas, ça me rappellera la jeunesse de... heu,...mes parents. En plus j'aime beaucoup Le Poste à Galène et leur programmation, ayons confiance.... La suite

Les Playboys par MANZO
Intermediaire - Marseille, le 14/06/2008
c'est toujours pareil ! je me disais : tu vas encore te taper Les playboys ! comme un mécréant j'avais même oublié la date( c'est dire ! heureusement que Pascaloo passait par là !).En fait ,tant de concerts exceptionnels vécus au cours des années me fait toujours un peu rappeler avec ce genre de groupe culte le vieil adage " qui aime bien châtie... La suite

Le Volume - Nice : les dernières chroniques concerts

Adam Bomb en concert

Adam Bomb par Gandalf
Le Volume à Nice, le 05/12/2008
Comment débuter ce compte rendu... Dire que Adam Bomb est un génie loser dans sa plus belle incarnation ? Que le Volume de Nice, salle associative, nous a donné l'occase d'une... La suite

Merakhaazan en concert

Merakhaazan par pirlouiiiit
Le Volume - Nice, le 28/12/2006
Le concert des Neurotic Swingers au Poste a Galene devait être mon dernier de l'année 2006 .. c'était sans compter ce petit tour par le Volume a Nice. Cela fait des années que... La suite

The Needs par Jimmyjazz
Le Volume Nice, le 13/10/2006
L'influence des astres peut parfois être néfaste. Les Needs n'ont guère eu le loisir de voir la lune, encore moins de la décrocher. Mauvaise donne en ce vendrdi 13. Le public niçois n'était pas au rendez-vous si ce n'est un groupuscule aussi austère que Dey, le songwritter maniaco-depressif. Pas facile de faire le show quand on a froid semblait-il... La suite

Veines par Rémi
Le Volume - Nice, le 08/03/2008
Excellent groupe punk rock qui sonne "enfin" vraiment 77. Le son, l'attitude et surtout les chansons. Le set claque d'entrée de jeu, enchainements rapide, deux chanteurs aux voix différentes mais complémentaires en même temps. On pensera parfois aux DOGS ou aux OLIVENSTEINS, mais le chant est presque toujours en français, ce qui ne gâte rien. Rien... La suite