Accueil Tindersticks en concert
Vendredi 1er juillet 2022 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.


Habillée par les arrangements impeccables des Tindersticks, la voix superbement grave de Stuart Staples subjugue l'auditeur fan de pop classieuse. En 2016, les Tindersticks ont fait paraître l'album The Waiting Room (22 janvier 2016 - City Slang), qui a été joué lors d'une tournée française... Après l'album "No Treasure But Hope", paru le 15 novembre 2019, les Tindersticks publient le 19 février 2021 via City Slang un nouvel opus nommé "Distractions" (chronique du disque à lire en un clic ici) ! A l'occasion de leurs 30 ans de carrière, les Tindersticks se lancent dans une tournée anniversaire avec orchestre (ou quatuor à cordes) et invités qui passe par Le Théâtre Sébastopol, à Lille, le 26 avril 2022 et Le Grand Rex, à Paris, le 27 avril 2022, puis par Lyon, Nîmes, la Roche-sur-Yon, Bordeaux et Saint-Malo en octobre 2022 !

Tindersticks : vos chroniques d'albums
Site

Tindersticks : les dernières chroniques concerts 23 avis

Tindersticks (Past Imperfect Tour 2022)

Critique écrite le 01 mai 2022, par Lady Laure

Le Grand Rex, Paris 27 avril 2022

Tindersticks (Past Imperfect Tour 2022) en concert

Quand tout invitait à l'amour dans les rues de Paris, le vent d'ouest, les vacanciers en nombre, les terrasses ensoleillées, les affiches dans le métro, manquaient pourtant l'insouciance et la sensualité. Peut-être à cause des bombes aux frontières de l'Europe, du rendez-vous manqué des dernières élections, des flirts virtuels dorénavant préférés... City sickness ("Oh I'm hurting babe, In the city there's no place for love") Alors oui, ce concert des Tindersticks était exceptionnel, pas seulement parce qu'il célébrait les 30 ans d'une discographie irréprochable, parce que les treize violons sur scène sublimèrent les arrangements somptueux des sieurs Dickon H. et David B., du xylophone, de la batterie, des claviers ou des guitares impeccables mais parce qu'elle nous menait finalement ici l'invitation à l'amour ! Nous étions prêts, en public attentif et exigeant "Show me... Lire la suite

Tindersticks (Ultime répétition avant la tournée No Treasure But Hope)

Critique écrite le 30 janvier 2020, par Pierre Andrieu

Imago, Cébazat 27 janvier 2020

Tindersticks (Ultime répétition avant la tournée No Treasure But Hope)   en concert

Juste avant de partir en tournée partout en Europe, aux Etats-Unis et jusqu'en Russie pour promouvoir leur magistral dernier disque, "No Treasure But Hope", les Tindersticks se sont retrouvés au pôle de création musique/image Imago à Cébazat (près de Clermont-Ferrand) pour répéter au calme leurs futurs concerts. A l'issue de trois jours de travail, à peu près soixante personnes étaient conviées dans un des studios du lieu pour assister à un concert privé. Petit compte rendu d'un moment intimiste en compagnie d'un groupe toujours aussi classe... Imago est un lieu qui est en général réservé aux musiciens et artistes pour travailler sur leur projets en cours, c'est donc à l'occasion de ce show case qu'on découvre l'endroit (fonctionnel et flambant neuf) qui se trouve derrière la salle du Sémaphore, à Cébazat. On arrive pile à l'heure (pour une fois), on décapsule une petite bière (on sait recevoir ici !) et on pénètre dans le studio, où il n'y a pas de scène mais qui ressemble fort à une salle de concert avec lumières, système de son etc. Des tables et des chaises ont été disposées pour accueillir les invités. Toutes les conditions sont réunies pour l'arrivée des musiciens... Venus en voisins et amis, Stuart Staples habite... Lire la suite

Tindersticks : Minute Bodies

Critique écrite le 13 février 2017, par Pierre Andrieu

Musée d'Art Roger Quilliot, Clermont-Ferrand 9 février 2017

Tindersticks : Minute Bodies en concert

Après The Waiting Room, un superbe ciné-concert dévoilé l'année dernière dans l'écrin du Pocoloco, à Clermont-Ferrand, les Tindersticks étaient de retour cette année encore en Auvergne avec une nouvelle création image, Minute Bodies, toujours à l'initiative du Festival International du Court Métrage... C'est dans l'Atrium du Musée d'Art Roger Quilliot que le concert a lieu, devant un très respectueux parterre de fans du groupe de Stuart Staples. La soirée se déroule en deux parties, avec tout d'abord l'interprétation en direct de la bande son du film Minute Bodies, magnifique montage des œuvres filmées du biologiste Frank Percy Smith, précurseur du time lapse et auteur d'images saisissantes de fleurs, d'insectes et de diverses plantes et êtres vivants aux contours aussi poétiques que trippants... Les Tindersticks, concentrés et en grande forme, jouent en même temps que la projection du film, et très rapidement, on se laisse happer par les images, très psychédéliques, et mises en musique avec subtilité et originalité. " Magique " parait être le mot le plus approprié pour décrire cette heure passée en apesanteur, complètement captivé par le film et les notes fascinantes choisies par Stuart Staples, David Boulter,... Lire la suite

Festival Generiq 2016 : Tindersticks + Christine Ott

Critique écrite le 17 avril 2016, par Cabask

Grand Théâtre - Dijon 24 février 2016

Festival Generiq 2016 : Tindersticks + Christine Ott en concert

Mes accompagnateurs étant fans de Tindersticks depuis quasiment leurs débuts il y a plus de 20 ans, ce passage à Dijon dans le cadre du festival Generiq ne pouvait être manqué. C'est donc sous la pluie que nous nous rendons au Grand Théâtre, lieu classe, et finalement assez adapté à l'esprit des albums les plus récents de la formation anglaise. Christine Ott La première partie est assurée par Christine Ott, multi-instrumentiste, spécialiste des ondes Martenot. Seule au clavier, elle propose une musique particulière parsemée de sons bizarres. On s'évade avec elle et on se retrouve facilement au beau milieu d'un film. On assiste à de jolies balades au début et ça devient ensuite plus conceptuel... Des nappes de cordes et des voix enregistrées émaillent les morceaux. C'est plutôt spécial et bien qu'agréable au départ, nous nous en lassons malheureusement assez rapidement. Ça n'est clairement pas notre style et autant ça doit coller parfaitement à certaines images, autant dans ce cadre, ça sonne parfois un peu décalé. Tindersticks Après une longue attente, la formation de Nottingham fait son entrée sur scène. Durant une petite heure et demie, elle jouera des titres de sa longue carrière avec un accent net sur son... Lire la suite

Tindersticks : les chroniques d'albums

Tindersticks : Distractions

Chronique écrite le 19/02/2021, par Pierre Andrieu

Tindersticks : Distractions

Après la parution fin 2019 de l'album "No Treasure But Hope", très bon opus qui a malheureusement vu sa tournée promo écourtée suite à la pandémie de Covid-19, les Tindersticks ont passé une bonne partie de l'année 2020 à composer et expérimenter en studio entre la Creuse et Londres. Le résultat de ce long "travail" libéré de tout carcan commercial est l'aventureux et bien nommé disque "Distractions"... Présenté sous une superbe pochette, l'objet permet de découvrir sept titres longs en bouche et étranges, autant d'œuvres composées ou reprises de manière très personnelle par Stuart Staples & Co, toujours au top quand il s'agit de partir de leurs qualités de songwriting et d'interprétation pour aller ailleurs que là où on le attend. Tout commence par une longue divagation nocturne (et pluvieuse) de plus de 11 minutes, "Man Alone (Can't Stop the Fadin')", qui s'inspire avec classe des trips électroniques pour créer une prenante atmosphère ultra spleenétique idéale pour illustrer un film de type road movie trouble. Houlala, ça démarre fort ! Le reste du disque permet d'apprécier des titres tous plus saisissants et/ou surprenants les uns que les autres. Que ce soient le contemplatif "I Imagine You", où le discret vibrato de Mister Staples... Lire la suite

Tindersticks : No Treasure But Hope

Chronique écrite le 15/11/2019, par Pierre Andrieu

Tindersticks : No Treasure But Hope

Savoir que les Tindersticks existent toujours en 2019, sortent régulièrement de nouveaux albums et donnent des concerts pour les promouvoir devant un public fidèle partout en Europe et en particulier en France - la terre d'adoption de leur leader Stuart Staples - pourrait amplement suffire à notre bonheur à l'heure des affligeants (on essaye de rester poli, hein !) NRJ Music Awards, Aya Nakamura, Rihanna, Booba, Angèle et PLK. Mais, non content d'être toujours en vie, le groupe anglais actif depuis 1992 poursuit une route à la fois singulière, personnelle et rassurante en sortant quand il en ressent le besoin de superbes disques de pop mélancolique sertis de parties vocales imparables, d'arrangements classieux et de mélodies enveloppantes. Publié le 15 novembre 2019, le dernier opus en date s'intitule "No Treasure But Hope", et le moins qu'on puisse dire c'est qu'il ne risque pas de déparer l'impeccable discographie des Tindersticks ! Car, à l'image du très beau single "Pinky In The Daylight" - une chanson d'amour dédiée à la femme de Staples, Suzanne Osborne -, il fréquente une nouvelle fois les plus hauts sommets de la pop orchestrale, se révélant être à la fois sombre, lumineux, suave et contemplatif. Elaboré et... Lire la suite

Tindersticks : The Waiting Room

Chronique écrite le 22/01/2016, par Pierre Andrieu

Tindersticks : The Waiting Room

Magnifique nouvel album des Tindersticks, The Waiting Room se fait fort de poursuivre logiquement les très belles aventures du groupe de Stuart Staples, aka " le baryton à la voix de velours ", tout en disséminant quelques surprises au niveau des orchestrations (basse slappée, cuivres etc), des arrangements (typés fanfare soul jazz et que l'on doit au très bon Julian Siegel), des invités (la chanteuse de Savages et la regrettée Lhasa) ou des bonus (chaque titre est accompagné d'un mini film )... La troupe de musiciens (avec en plus du leader, chanteur et songwriter déjà cité, David Boulter, Neil Fraser, Earl Harvin et Dan McKinna) a encore une fois travaillé dans le Limousin au studio Lucky Dog, un endroit qui semble hors du temps et vintage, ce qui permet aux enregistrements qui en sortent d'être à la fois empreints de calme, de sobriété et de classe. Avec cette dream team, déjà responsable de multiples chefs d'œuvre et placée dans des conditions idéales, il n'y a rien de très étonnant à ce que The Waiting Room regorge de réussites bouleversantes, parmi lesquelles nous citerons Hey Lucinda, le très très dépouillé et particulièrement émouvant duo capté en 2009 avec l'inoubliable Lhasa De Sela, How We Entered, le plus beau titre du lot,... Lire la suite

Tindersticks : The Something Rain

Chronique écrite le 13/02/2012, par Pierre Andrieu

Tindersticks : The Something Rain

A l'approche du cap des vingt ans de carrière pour les Tindersticks, le fameux groupe anglais de pop capiteuse ajoute un mirifique nouvel album à sa discographie, déjà bien pourvue à ce niveau-là... Le disque s'appelle The Something Rain, il est composé de neuf titres plus longs qu'à l'accoutumée et il a été mis en boîte dans le studio de Mr Staples, Le Chien Chanceux, à La Souterraine, France, après un an de travail. Comme sur le dernier opus, le noyau dur des nouveaux Tindersticks - David Boulter (storytelling, claviers, glockenspiel, cloches, percus), Neil Fraser (guitare électrique), Earl Harvin (batterie, percussions), Dan McKinna (basse, claviers, choeurs) et Stuart A. Staples (chant, guitare, enregistrement, mixage) - bénéficie des interventions lumineuses de musiciens doués pour apporter un plus en à peine quelques notes : Terry Edwards (sax), Andy Nice (violoncelle, soprano sax), Thomas Bloch (crystal baschet), Gina Foster (voix), Julian Siegel (clarinette basse, tenor sax) et Will Wilde (harmonica). Autour de la voix toujours sublime de profondeur et d'expressivité de Stuart Staples, la troupe réussit une fois encore à créer des atmosphères feutrées qui permettent à l'auditeur d'embarquer illico presto dans de magnétiques titres... Lire la suite

Tindersticks : Vidéo











Tindersticks : écoute