Accueil Chronique album : L (Raphaële Lannadère) - Initiale, par Philippe
Dimanche 31 mai 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Critique d'album

L (Raphaële Lannadère) : "Initiale"

L (Raphaële Lannadère) :

Pop - Rock

Critique écrite le 16 mai 2011 par Philippe

Ce qui nous a pris un moment pour pouvoir écouter enfin ses paroles avec attention, c'est de déterminer si on aimait, ou pas, la voix de Raphaële "L" Lannadère . La petite demoiselle blonde aux yeux inquiets est en effet dotée d'un organe étrange, tout en souffle, qui ne ressemble à rien de connu à part peut-être à celui de Barbara. C'est décidé donc, cette voix, on ne l'aime pas trop. Mais ça n'engage que nos oreilles et ça n'empêche pas de reconnaître que ses compositions musicales sont très réussies, tour à tour chaloupées (tango ou trip hop, par exemple) ou minimalistes (une petite moitié des titres a été enregistrée avec un orchestre de chambre).
Et surtout de célébrer la beauté de ses textes, des joyaux de poésie et de délicatesse, qui résistent à plusieurs écoutes avant de se livrer. Car L parle de l'amour comme personne avant elle : déclaration impudique et poignante d'amour fraternel (Mon Frère), ou bien aubade à une prostituée noire et sans-papiers - son émouvante et très sensuelle Petite lui a valu un buzz pour une fois amplement justifié.
La chanteuse se livre également par petits morceaux de puzzle, dans une série d'auto-portraits touchants, voire bouleversants : avec Initiale ou Mescaline, elle livre peu à peu ses clefs à qui lui cède l'ensemble de son temps de cerveau disponible. Inutile d'espérer comprendre où elle veut vous emmener si vous n'êtes pas pleinement à l'écoute ! Auto-déclarée emmerdeuse et amoureuse, elle parle aussi de Jalousie dans les termes les plus imagés qu'on puisse imaginer... Tout comme des divers états d'âme de la rupture à travers la triste et songeuse Je Fume, puis l'agacée et finalement virulente Pareil.
Mais elle nous emporte aussi dans des lieux inattendus, par de magnifiques specimens de poésie géographique inédite : les trottoirs de Pigalle vus sous le prisme du cinéma (Romance et Série Noire), un mystérieux paradis artificiel, onirique et glauque à la fois (Chateau Rouge). Et plus étonnant encore, Les Corbeaux, dernier titre du disque, mettent en scène un village à l'abandon qui, à la première personne, regrette l'agitation et la vie des temps anciens. Un sacré voyage donc, l'écoute de l'album Initiale, avec cette jeune fille rêveuse, et magnifique conteuse : donnez-lui seulement toute votre attention et en retour, L, elle vous emmènera très, très loin. Beau printemps de la chanson féminine que celui de 2011 : avec l'album de Daphné sorti à peu près en même temps, nous sommes vraiment gâtéEs...
(2011)
Vignette Philippe

 Critique écrite le 16 mai 2011 par Philippe
 Envoyer un message à Philippe

RaphaŽle LannadŤre : les chroniques d'albums

Raphaële Lannadère : L.

Raphaële Lannadère : L. par Lartsenic
11/12/2015
Raphaële Lannadère (ex L) revient avec un fort bel album après quatre ans de silence, ellipse temporelle qui lui aura permis de poser sa voix autrement, limpide et profonde, et d'aiguiser sa plume: le lexique est plus riche, la poésie gagne en... La suite