Accueil Chronique album : Danger Mouse & Daniele Luppi - Rome, par Pierre Andrieu
Samedi 23 octobre 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Critique d'album

Danger Mouse & Daniele Luppi : "Rome"

Danger Mouse & Daniele Luppi :

Pop - Rock

Critique écrite le 13 mai 2012 par Pierre Andrieu

Projet pharaonique et atypique, l'album de pop 'n western spaghetti Rome est le résultat d'un patient travail de composition et d'enregistrement - 5 ans ! - mené conjointement par l'omniprésent producteur musicien américain Danger Mouse (Dark Night Of The Soul, Gnarls Barkley, Broken Bells, Black Keys, Beck, Gorillaz... ) et le compositeur arrangeur italien Daniele Luppi, qui a souvent collaboré sur les travaux de Mr Mouse... Ce vibrant hommage aux œuvres intemporelles du génial Ennio Morricone - les mêmes studios (Forum à... Rome), musiciens et choristes que les siens ont été utilisés pour les séances... -, bénéficie, en plus, des présences vocales des illustres Jack White et Norah Jones, qui apportent leurs pierres à ce très impressionnant édifice musical. Sonnant admirablement vintage et se révélant aussi planant que générateur d'images cultes (duels sanglants, scènes d'amour, ambiances tendues, visions paradisiaques... ), l'album Rome est une sorte de bande originale rêvée d'un film imaginaire de type Western, avec dans les rôles principaux, que des bons, peu de brutes et aucun truand. Abasourdi par un tel étalage de talent conjugué au présent, l'auditeur se prend en pleine gueule des atmosphères chères au grand Ennio Morricone (cascades de cordes, guitare électriques surf 'n western, notes qui font se dilater le temps, chœurs épiques... ), et cela lui fait véritablement un effet énorme. Car le duo Danger Mouse & Daniele Luppi a réussi à s'inspirer très fortement sans plagier, ce qui donne une belle série de réussites. Réussites évoquant celles d'autres grands admirateurs du compositeur fétiche du cinéaste Sergio Leone : Pink Floyd, Serge Gainsbourg, Jean-Claude Vannier, Portishead, Air, Massive Attack ou Morcheeba... Les quinze titres présents sur Rome permettent donc de faire un pittoresque voyage à couper le souffle : pas une seule seconde de répit n'est laissée, impossible de s'ennuyer à l'écoute de ses magistrales pièces, qu'elles soient principalement instrumentales, subtilement habillées de sublimes harmonies vocales ou chantées avec maestria par Mister White (The Rose With The Broken Neck, Two Against One et The World) ou Miss Jones (Season's Trees, Black et Problem Queen). Un must ce disque !

Liens : https://romealbum.com, www.facebook.com/RomeAlbum, www.dangermousesite.com, www.danieleluppi.com, www.facebook.com/DanieleLuppiMusic.

16 Mai 2011 (Capitol - EMI)
Vignette Pierre Andrieu

 Critique écrite le 13 mai 2012 par Pierre Andrieu
 Envoyer un message à Pierre Andrieu

Norah Jones : les chroniques d'albums

Norah Jones : ... Little Broken Hearts

Norah Jones : ... Little Broken Hearts par Philippe
04/05/2012
C'est curieux comme souvent, la toute première impression est la bonne. Autant on a su dès la dixième seconde qu'on aimerait pas le stéroïdien album de la baudruche Lana del Rey, autant on a encore plus vite compris qu'on aimerait le modeste ...... La suite