Accueil Chronique album : Turner Cody - Gangbusters, par Pierre Andrieu
Dimanche 23 janvier 2022 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Critique d'album

Turner Cody : "Gangbusters"

Turner Cody :

Pop - Rock / FolkPopRock

Critique écrite le 09 février 2010 par Pierre Andrieu

Le songwriter américain Turner Cody revient sur la devant de la scène avec un superbe disque enregistré avec Herman Dune au grand complet - David-Ivar, Neman et Dr Sho Sho - et un nombre incalculable de musiciens (dont les excellentissimes Jon Natchez et Kelly Prath de Beirut aux cuivres et la bienvenue Dawn Landes aux chœurs). En découvrant Gangbusters, l'auditeur constate immédiatement que les obsessions pour Bob Dylan, Leonard Cohen et le Velvet Underground sont toujours présentes, ce qui n'empêche aucunement Turner Cody de proposer sa propre version du truc folk rock blues avec un zeste bienvenu de pop fantaisiste. Bien entouré et doué pour le job, notre homme chante d'une voix nonchalante et un peu nasillarde des sortes de mini tubes folk pop légèrement groovy, habillés de percussions vintage et joliment cuivrés, comme Back In The Land Of The Living et Au Revoir. Les meilleurs moments d'Herman Dune ne sont vraiment pas très loin quand on écoute, en se régalant, les titres cités à l'instant ou encore The Only One I Had Is Gone, When We Go et Jackson Heights... C'est en effet ensoleillé, inspiré, décalé, poétique et parfois finement drôle dans les textes. Même si l'on trouvera des folk songs boisées, alanguies et spleenesques - les très réussies Lost As Lost Can Be, avec son violon et ses arpèges de guitare poignants, et la parfaite conclusion qu'est You Know That About Me -, la plupart du temps les clichés du folksinger soi disant pleurnichard sont donc largement battus en brèche. Tel un troubadour 2010, Turner Cody raconte ses petites histoires en musique, avec sobriété et simplicité certes, mais avec dans ses bagages une belle collection d'enviables qualités, comme le sens mélodique et la maîtrise des arcanes de l'écriture. En plein hiver, un disque comme celui-là réchauffe le cœur. Et en été ? Il donne envie de profiter pleinement des plaisirs de la vie. Un disque à écouter toute l'année donc, et à découvrir sur scène, où le New Yorkais excelle...

A lire également, une chronique de concert de Turner Cody en février 2010.

Sites Internet : www.turnercody.com, www.myspace.com/misterturnercody, www.byrecords.com, www.differ-ant.fr.

Janvier 2010 (BB Island - Differ-ant)
Vignette Pierre Andrieu

 Critique écrite le 09 février 2010 par Pierre Andrieu
 Envoyer un message à Pierre Andrieu

Turner Cody : les chroniques d'albums

Turner Cody : First Light

Turner Cody : First Light par Pierre Andrieu
08/04/2008
Brillant disciple anti folk de Bob Dylan, Turner Cody vient de publier un impeccable disque entre folk près de l'os, pop portée par de superbes mélodies, rock new yorkais groovy et arrangements jazz classieux... Découvert sur scène en tant que... La suite