Accueil Chronique album : Parade - Parade - Ep, par Philippe
Dimanche 23 janvier 2022 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Critique d'album

Parade : "Parade - Ep"

Parade :

Pop - Rock

Critique écrite le 10 septembre 2020 par Philippe

Thank you for the ride ! Ainsi se terminait notre chronique de la Rue du Rock 2019, que le quatuor Parade avait conclue de fort belle manière, en tête d'affiche sur la grande scène des Danaïdes. Ainsi s'appelait aussi leur chanson la plus séminale, repérée par nos cortex vibrant (in)habituellement à son contact... Pour nous, au moins depuis un concert épiphanique dans un bar de quartier début 2019... Et pour d'autres, aficionados mâles ou photographes femelles, depuis l'été 2018, les premiers concerts du groupe (alors en trio) ayant généré un buzz largement mérité. Tout ça, c'était donc il y a 1 an et demi, dans le monde d'avant...
Mais on reparla aussi de la superbe Thank you for the ride pendant le confinement 2020, captée qu'elle fut en jolie session "lockdown". Quoi qu'il en soit, il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis - et que les malins qui n'écrivent pas leurs setlists : elle s'appelle désormais Mountains, cette chanson, et elle ouvre le très prometteur EP des 4 marseillais.e.s de Parade : ladies & gentlemen, please meet Mathieu, Marine, Nicolas and Jules !
A ce stade, cette petite collection de titres plus ou moins véloces constitue un point d'étape nécessaire et à n'en pas douter, une belle carte de visite produite et éditée par le grand Rudy Romeur & Lollipop Records (who else ?), avant des développements plus rock ultérieurs, annoncés par l'enthousiasmante Highway, et attendus de pied ferme. Autumn Leaves, plus tranquille en apparence mais avec une colère à peine contenue, nous laisse ainsi un tant soit peu au milieu du gué, hélas... Car si ce Parade EP est un bien bel objet à la couverture très stylée, 5 chansons, c'est évidemment affreusement trop court...
Alors dans l'attente, voici un truc bon à savoir, déjà, pour ce groupe dont la géométrie a varié dans sa jeunesse. Si son tout est évidemment supérieur à la somme de ses parties, après les avoir découverts trois, on a déjà vu aussi sur scène la moitié de Parade, et même son quart (le "petit" Jules Henriel en solo), et ça restait intéressant - ce garçon ayant un charisme et une voix blanche (d'un blanc un peu coloré, tout de même), marquée par Ian Curtis, qui retiennent dessuite l'attention. Musicalement, on peut penser lointainement à Joy Division, mais aussi à The Cure ou (bien vu, Pirlouiiiit !) à la pop élégante des regrettés Pulp (Hope) : notez SVP que ces comparaisons ne sont pas gratuites.
Bravant le contexte actuel, et malgré de nombreuses annulations de sa tournée à venir, Parade a heureusement pu donner un vrai concert de lancement tout récemment, et participera, croisons les doigts, au Printemps de Bourges 2020, contre vents et marées à la mi-septembre ! Ne doutant pas qu'ils y retiendront l'attention, on espère donc les revoir très bientôt en live, où ils prennent leur pleine mesure, avec dans nos souvenirs un poil de sauvagerie et de folie supplémentaires, qui en font potentiellement de futurs grands de la scène rock nationale. Et si des fois ça virait à l'international - on est pas tout à fait à l'abri - promis, pour l'export, on prendra l'habitude de dire plutôt, euh, "Peurayde"... C'est tout le mal qu'on leur souhaite !
(L'Autre distribution / Lollipop Records #58, 2020)
Vignette Philippe

 Critique écrite le 10 septembre 2020 par Philippe
 Envoyer un message à Philippe