Accueil Chronique de concert AaRON
Vendredi 3 juillet 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

AaRON

AaRON en concert

Espace André Malraux Six-Fours 28 novembre 2015

Critique écrite le par

AaRON ... Groupe portant le même nom que leur premier LP : Artificial Animals Riding on Neverland. Si on fait aussi référence à ce prénom biblique, on retrouve dans l'étymologie un caractère "Brillant" et "Eclairé".



La lumière que dégage ces musiciens : c'est l'élément qui me frappe immédiatement lorsque débute Magnetic Road.
"I'm facing this magnetic solitude. Oh, I'm getting bigger, as the sun goes down".
AaRON suit depuis sa création en 2004 cette belle route magnétique. Une lumineuse alchimie entre Simon et Olivier, qui a débuté au lendemain de leur rencontre, par les premières notes du morceau Endless Song.



Très vite jailliront de leur collaboration les morceaux du premier album dont U-Turn Lily, morceau qui révèlera le groupe au public, en le hissant en tête des charts sur itunes.

AaRON ne finit pas de nous surprendre avec ce troisième opus présenté au public dans le cadre d'une longue tournée qui prendra fin en mai prochain.





Ce tout nouvel LP présenté ce soir sera-t-il la poursuite logique amorcée depuis la naissance du groupe ? Le flow qui tel un battement de cœur traçant une trajectoire émotionnelle forte, se chargera t-il en électricité à chaque déferlante d'énergie soutenue par les riffs puissants d'Olivier ? L'univers empreint de nostalgie nous rappellera-t-il que derrière la voix de velours de Simon se cache une émotion palpable ? La musique imagée que nous devinons, et ce jalonnement de mots, de sons et d'idées, qui ont construit la genèse de ce duo seront-ils au rendez-vous ?

Quand on s'approprie un groupe au cours de son histoire personnelle, quand on feuillette les différents chapitres de son évolution et des virages qu'il a choisi de prendre, on attend sans doute beaucoup des mêmes musiciens qui nous ont étonnés, fait vibrer et jaillir au plus profond de nos émotions un sentiment de bonheur et de beauté véritables ...

Et nous le savons, tout virage est un risque. Le risque de perdre un public, mais aussi le risque d'en conquérir un nouveau. Celui d'avancer dans tous les cas sur un chemin choisi et assumé.

Alors ce soir, le plaisir de retrouver ce groupe est au rendez-vous. L'attente est gourmande. Le public bouillonne.

Évidemment ce soir aussi pour tous ceux venus assister à ce concert, c'est aussi une joie mêlée de chagrin. Cette semaine de deuil national restera tatouée dans nos cœurs encore meurtris. La plaie n'a pas vraiment cicatrisé et Simon nous accueille par un chaleureux remerciement pour notre présence ici ce soir.
Nous sommes heureux de partager ce moment complice tous ensemble, unis sans soute ce soir plus que jamais, dans l'Amour de la musique et l'espérance d'un monde apaisé.

Les premières notes déferlent, dans un flot de sons électroniques et des frissons parcourent le public qui d'un seul corps se soulève au rythme saccadé impulsé par les musiciens. On retrouve ici l'essence du groupe, dans un son plus dépouillé.
Oui. AaRON joue à nu. Il se dévoile. Le mystère est percé.



J'éprouve le sentiment immédiat d'un cœur qui bat, d'une vérité qui nous est livrée. Pas de nostalgie, pas de retour possible même si les morceaux du passé resurgissent. C'est différent. Les contours se redessinent, l'esquisse est nouvelle, le prisme du groupe atteint une quintessence absolument aboutie. Si le fil avec les précédents albums est présent, AaRON a muri son projet. Il n'abandonne pas dans cette volonté d'évoluer en se débarrassant de cette nostalgie et de ce caractère parfois triste que certains ont pu trouver trop présent sur quelques morceaux.



Ce soir, le répertoire sera résolument chanté en anglais, tout comme le style qui converge aussi vers un électro tribal. Je regrette malgré cette nouvelle empreinte de ne pas retrouver le sublime Tunnel d'Or. C'est peut-être la volonté du groupe : se débarrasser de ses fantômes et s'il possède parfois une certaine noirceur, dépasser l'essence qui le définit en s'affranchissant du passé : franchir la frontière et partir vers un côté joyeux et assumé.

D'ailleurs des morceaux comme Blouson noir ou encore The Leftlovers sont résolument orientés dancefloor.



AaRON c'est un son très créatif à la limite entre l'intime et le cinéma. On imagine très bien certains morceaux illustrant musicalement des scènes, un peu dans un style à la Woodkid sans doute moins emphasé, un style à part, bien à lui.

Certains morceaux me rappellent aussi par moment le son de Robert Smith, notamment en écoutant le morceau Thousand Wars qui je trouve plonge son inspiration dans l'atmosphère feutrée de l'album Pornography.



Olivier véritable dandy musicien joue sans relâche, concentré et déterminé.



Simon aussi bien à l'aise avec le public que le groupe transmet une énergie palpable, un courant joyeux, tout au long du concert. Il saute et occupe toute la scène. Il nous fait chanter, crier voire hurler, se confie, et nous livre là sa version authentique de la vie. Sa joie de partager ce moment avec nous se lit jusque dans ses yeux rieurs et espiègles et confère à cette soirée un caractère pétillant, drôle, détaché des vicissitudes et du sérieux solennel parfois un peu trop marqué dans la sphère électro.



"Souvenir d'un premier rendez-vous avec vous". Nous savons déjà quand il nous murmure tout bas ce message, que ce seront les paroles de U-Turn Lily qui viendront s'évanouir sur le fil de nos mémoires. Oui certes mais ... C'est une version différente qui là encore nous surprend. Une variation nouvelle et inédite, au son électro pour redécouvrir un morceau si souvent fredonné.



Il faudra attendre le rappel pour découvrir la version de Blouson Noir jouée sous un ciel de laser aux tons verts et électrisant. Nous nous soulevons tous, nous accompagnons le rythme et le son explose en sonorité puissante. La fosse se transforme en dancefloor le temps de reprendre nos esprits et de nous amener vers une fin à nouveau en rupture avec le reste du concert, surprenante et magique.

Une guitare, une voix. Pas un micro. Deux cœurs qui battent pour l'amour de la musique et nous hypnotisent sur la version la plus dépouillée de Mister K qu'il a été donnée d'écouter jusqu'à ce soir.

AaRON va bien, je ne m'en fais pas...
Je sais déjà que j'aurai plaisir à retrouver Simon et Olivier un soir, à la croisée d'un chemin, ici ou ailleurs, tout comme le public qui déjà s'amasse vers la boutique à souvenirs, le sourire aux lèvres, totalement conquis.



Set List

Magnetic Road
Onassis
Blow
Seeds of gold
Rise
Ride On
O song
Arm your eyes
A thousand Wars
U-turn
Invisibles stains
Maybe on the moon
Ludlow L.
We cut the night


Rappel
Blouson Noir
Shades of blue
Little love
The leftlovers


Unplugged
Mister K





AaRON : les dernières chroniques concerts

Muse, The Lumineers, Aaron, Lia, Grand Blanc, Courtney Barnett, Last Train, The Deaf (Paléo Festival 2016) en concert

Muse, The Lumineers, Aaron, Lia, Grand Blanc, Courtney Barnett, Last Train, The Deaf (Paléo Festival 2016) par Lionel Degiovanni
Nyon, le 19/07/2016
Nous voilà ici, de retour en Suisse, pour assister au Paléo 40+1 !!! La barre des 40 est passée, et l'ambiance du Paléo est toujours présente. On y retrouve aussi pas mal de... La suite

Aaron + Yanis en concert

Aaron + Yanis par Cathy VILLE
Radiant-Bellevue à Caluire et Cuire, le 30/01/2016
Concert de Aaron ce soir au Radiant-Bellevue avec une première partie assurée par Yanis, un jeune homme qui n'en est pas à sa première expérience musicale. Précédemment connu... La suite

Aaron + Rover en concert

Aaron + Rover par Ysabel
Espace Julien - Marseille, le 14/10/2011
Je dois reconnaitre que j'ai été un peu déçue lorsque j'ai découvert que ce n'était plus Nadéah qui assurait la première partie du concert de ce soir à l'Espace Julien. Elle ma ... La suite

(mes) Eurockéennes 2011, 3/3 : Katerine, Beady Eye, Aaron, Carte blanche Katerine + Cabaret New Burlesque, Arctic Monkeys en concert

(mes) Eurockéennes 2011, 3/3 : Katerine, Beady Eye, Aaron, Carte blanche Katerine + Cabaret New Burlesque, Arctic Monkeys par Philippe
Presqu'Ile du Malsaucy, Evette Salbert, le 03/07/2011
La veille, c'est par ici ! Ce dimanche, troisième et dernier jour d'un festival décidément copieux et pratiquement sans faute de goût (citadelle d'Arras, suivez mon regard),... La suite

Espace André Malraux Six-Fours : les dernières chroniques concerts

Popa Chubby en concert

Popa Chubby par Janfi
Espace André Malraux, Six Fours les plages, le 18/10/2018
L'espace André Malraux de six-fours les plages accueillait jeudi 18 octobre 2018 l'excellentissime Bluesman POPA CHUBBY. Ce New Yorkais de 58 ans, de son nom de naissance... La suite

Dominique A en concert

Dominique A par Calie-cotto
Espace André Malraux Six-Fours-Les-Plages, le 27/04/2018
Dominique A est actuellement en tournée pour présenter au public son travail sur l'album "Toute latitude", un disque accompagné d'images grâce à la précieuse collaboration de... La suite

Nostromo + Hatebreed en concert

Nostromo + Hatebreed par Sodis Xiii
Six-Fours-la-Plage, le 14/06/2017
Pour beaucoup de metalleux, ce mercredi est une journée sous le signe de l'excitation et du stress. Excitation car c'est la veille du départ pour le HELLFEST, et stress car on a... La suite

Asaf Avidan en concert

Asaf Avidan par Anas
Espace Malraux - Six Fours, le 09/10/2016
Ses titres phares on les a tous entendu, à travers ceux-là on pouvait déjà percevoir l'ombre d'un personnage atypique doté d'une voix exceptionnelle dans un univers bien à lui. Le... La suite