Accueil Chronique de concert Bilal + Dj Sioul
Mercredi 12 août 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Bilal + Dj Sioul

Bilal + Dj Sioul en concert

La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand 19 novembre 2019

Critique écrite le par



J'aurais dû faire mes devoirs avant de venir. J'ai eu la flemme. Trop confiant le gars Jérôme. Un peu paresseux aussi. La faute à la météo, à la saison, à la raclette. J'avais bien été faire un tour sur le net pour écouter vite fait un ou deux titres comme ça. J'avais trouvé ça sympa, un peu love, version lumière tamisée, bougie parfumée, bas qui glissent et tétons qui pointent. Sympa, un peu easy listening. Et puis totale confiance au maître des lieux, au programmateur de jazz à la coopé. Donc je suis allé totalement confiant écouter Bilal au club de la Coopérative de Mai en ce mardi soir. Evidemment, un concert de soul après trois heures de répétitions punk, c'est déjà un peu osé, surtout avec uniquement un Lemmy dans le ventre (un tiers de Jack deux tiers de coca). Mais une arrivée un peu tardive pour la fin du set de Dj Sioul me permit tout de même de me mettre gentiment en condition avec quelques bons disques bien envoyés.



Placé sur un côté de la salle, moyennement remplie, afin de profiter d'un son qui sera bien entendu très bon, ce qui est la moindre des choses lorsque c'est monsieur Didier Lamaze derrière la console, j'attends l'arrivée de Bilal. Afin, tout de suite, d'éviter les erreurs d'interprétation, le Bilal en question n'a rien à voir avec la réincarnation ratée de Marie Myriam, vous savez celui qui se prend pour un roi mais qui n'est qu'une triste caricature de lui même. Non le Bilal de ce soir est un prince, un seigneur, un artiste, un vrai. Accompagné de Conley "Tone" Whitfield à la basse, de Randall Runyon à la guitare et de Joseph "Joe Blaxx" Grissett à la batterie, Bilal entre sur scène vers 21h30, vêtu d'un pardessus. Le mec est classe, d'entrée de jeu, il a le truc, le côté félin, sensuel, un peu perché, bien perché même, un physique à la Prince, un charisme aussi fort que retenu.



Côté musique, ça joue. Le trio l'accompagnant est stupéfiant bien que visiblement fatigué. C'est en place, c'est propre, ça sonne. Les mecs jouent comme des monstres mais sans jamais passer les uns devant les autres. Tout est équilibré, prêt à offrir à Bilal un écrin nacré pour sa prestation. Le gamin de Philadelphie transpire d'influences multiples et pas des moindres. Il y a du Prince dans la voix, c'est indéniable, mais aussi du Coltrane dans la tonalité, dans les envolées vocales, dans les bouts de reprises (Naïma...), du Marvin Gaye dans le côté soul lover. Les ombres des ces trois maîtres et de tant d'autres planent sur le corps de Bilal, prennent possession chacun leur tour de son âme et de sa voix, de sa folie.... Et c'est là qu'il m'a perdu.



Malgré le talent énorme du garçon, malgré la classe de ses musiciens, je n'ai pas réussi à entrer dans son univers, ou plutôt dans son multivers. Un peu comme un Elric de Mélnibonée, je me suis perdu dans les limbes, parfois en pleine communion avec la musique, parfois rejeté sur les rives d'un monde trop étranger à mes oreilles. J'aurais dû mieux me préparer à ce concert. Je m'attendais à un truc soul, facile, doux, sexy, et je me suis retrouvé au milieu d'une tempête musicale, bousculé, transbahuté de droite et de gauche sur le navire perché du génial Bilal. Il y en avait trop pour moi ce soir, trop d'influences, trop de changements de style. J'ai perdu pied. C'était agréable quand même car joué avec une maestria énorme, mais je ne suis pas rentré dedans, je n'ai pas réussi à monter dans son vaisseau, à décoller avec lui. J'ai regardé le train passer, en rêvant d'être dedans. C'était pas le bon jour pour moi, tant pis.

Photos : Yann Cabello www.yanncabello.com, www.facebook.com/yann.cabello.7, twitter.com/YannCabello, instagram.com/yanncabello...


La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand : les dernières chroniques concerts

Bertrand Belin + Elliott Murphy + Red (20ème anniversaire de La Coopé) en concert

Bertrand Belin + Elliott Murphy + Red (20ème anniversaire de La Coopé) par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 03/03/2020
Dans le cadre des festivités pour le 20ème anniversaire de La Coopé (dont le "point d'orgue" était la venue des dramatiques Indochine quatre jours plus tard, il est bon de... La suite

Indochine (20ème anniversaire de la Coopérative de Mai) en concert

Indochine (20ème anniversaire de la Coopérative de Mai) par Didlou
Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 07/03/2020
Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de la Coopérative de Mai, vingt ans ça se fête et la salle clermontoise sait le faire avec plein de concerts à l'affiche (IAM, Mustang, Iggy Pop,... La suite

Pomme (Les Failles Tour) en concert

Pomme (Les Failles Tour) par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 20/02/2020
Grande Coopé quasi complète pour la pétillante et mélancolique Pomme, venue présenter de manière touchante, drôle et assurée son très beau deuxième album d'obédience chanson folk,... La suite

The Mystery Lights + Rod Hamdallah (Les Nuits de l'Alligator 2020) en concert

The Mystery Lights + Rod Hamdallah (Les Nuits de l'Alligator 2020) par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 13/02/2020
Animée chaque année par les efforts de moult cadors rock 'n roll blues, la caravane du festival itinérant Les Nuits de l'Alligator passe une nouvelle fois par La Coopé en ce... La suite