Accueil Chronique de concert Black Stone Cherry + Hell Of The Ride
Jeudi 21 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Black Stone Cherry + Hell Of The Ride

Black Stone Cherry + Hell Of The Ride en concert

La Maroquinerie Paris 2 mars 2012

Critique écrite le par





Archi-complet depuis des lustres, le concert de Black Stone Cherry faisait figure d'évènement pour les amateurs de rock en ce vendredi soir à la Maroquinerie dans le 20ème. Il n'y avait qu'à voir la longue file d'attente qui s'était créé devant la salle à 19 heures. Le public prouve donc ce soir qu'il est motivé comme jamais.
Le groupe Black Stone Cherry est revenu en France à Paris quatre mois après leur dernier passage dans la capitale en compagnie d'Alter Bridge mais c'était au Zénith dans une salle bien plus grande mais moins pleine par la même occasion. Il est quand même bien plus sympa et plaisant de les voir dans une petite salle blindée à mort que dans un grand zénith rempli au tiers seulement. Ceux qui auront assisté aux deux concerts ne pourront dire le contraire. En guise d'apéro ce soir, un groupe que je ne connaissais point, Hell Of The Ride.



Le temps que tout le monde rentre dans la salle ou presque, ce qui est plutôt rare ici pour une première partie, on n'assiste pas du coup à l'arrivée sur scène du groupe. Quand nous parvenons dans le chaudron, l'ambiance est déjà bouillante et ça envoie la purée, c'est peu dire.
J'essaie de me faufiler pour les voir d'un peu plus près mais ce n'est pas si simple. Oh, surprise, Djej le chanteur parle en français à la fin d'un titre. J'étais loin de douter, à ce moment-là, qu'ils étaient originaires de notre beau pays tellement ils sonnent... pas français du coup mais américain genre gros rock US. Ils sont un peu à l'étroit sur scène avec le matos de Black Stone Cherry qui prend la moitié de la surface mais ils font au mieux avec ces conditions pas forcément idéales pour eux. Le public est réceptif et à l'écoute, le groupe se donne et assure plutôt bien. Ils sont 5 sur scène dont la charmante Jihane qui tient la basse et qui offre par sa présence un peu de douceur dans ce monde de brutes. Les compos sont bien torchées et accrocheuses. Je ne suis pas fan du style pratiqué (c'est dû à mon grand âge) mais le rendu est fort plaisant. Djej a une voix puissante et derrière, les musiciens tiennent la route.



Leur premier Ep "Fast As Lightning" est sorti il y a quelques mois, avant probablement un 1er album qui devrait suivre dans les semaines, les mois prochains?. Même si je ne suis pas le mieux placé pour parler de leur musique, Hell Of The Ride devrait plaire aux jeunes rockeurs, ceux qui aiment le néo métal ou des groupes dans la veine Norma Jean, Nickelback et consorts. Avant de nous quitter après 30 minutes prometteuses, ils nous donnent rendez-vous au Hard Rock Café à Paris le 22 mars prochain pour un concert qui a coup sûr s'annonce bouillonnant. Il va donc falloir les suivre de plus près à l'avenir.




C'est la pause maintenant et elle dura 25 minutes avant que ne débarque Black Stone Cherry. Les personnes qui se trouvent dans le public sont plutôt des trentenaires, des quadras et des types qui ont plus de 50 balais même s'il y a des jeunots ce soir mais ils sont plus rares. D'une manière générale des groupes tels que BSC, The Answer attirent les nostalgiques et les accros au rock des seventies, ceux qui adorent le revival rock.

20h25, Ils débutent leur set par "Change" un morceau extrait de leur excellent troisième album sorti en 2011 "Between The Devil and The Deep Blue Sea". Le rondouillard charismatique chanteur Chris Robertson a les cheveux courts maintenant et il est particulièrement en voix.
Je me souviens à l'époque de la sortie de leur premier disque en 2006, sa voix m'avait bluffé surtout pour un garçon de son âge. Les similitudes avec celle de Chris Cornell (Soundgarden) m'avaient fortement marqué.



Depuis, j'avais un peu lâché l'affaire mais leur dernier disque m'avait remis en selle il y a peu. Les trois albums sont bien représentés et ça sent bon l' esprit Southern Rock avec ce gros parfum aux triple senteurs Kérosène, sueur et bière version survitaminée.
Ben Wells, le guitariste blondinet dont sa Gibson est presque aussi lourde que lui s'envoie comme un beau diable. Il court partout, assure le show comme un malade en montant régulièrement sur l'enceinte placée devant lui. Son compère Jon Lawhon à la basse fait de même et on les voit tout d'eux, régulièrement prendre de la hauteur par rapport au chanteur/guitariste qui lui reste au sol et au milieu d'eux. Ils s'échangent plusieurs fois leur côté de scène et que dire du batteur John Fred Young qui joue de la batterie telle un grand malade. Ce type est incontestablement un grand batteur à l'énergie qui n'a d'égal que celle de son gratteux Ben Wells. L'ombre de John Bonham planera ce soir totalement en raison de son jeu remarquable. L'heure est pratiquement passé à la vitesse d'une fusée qu'ils partent déjà sauf le batteur qui va nous offrir un drum solo plutôt intéressant avant que ne revienne le groupe dans sa totalité. Chris Robertson s'assoit à ce moment-là pour un interlude acoustique version "sévèrement burné".

Pas mal de personnes chantent les chansons et Chris n'a pas trop de mal à faire participer son public qui est conquis totalement. Il remercie le public chaleureusement et précise qu'on est les meilleurs de leur tournée européenne même si ce n'est pas forcément vrai. En même temps on s'en fout un peu d'ailleurs, tant que le groupe assure et c'est bien le cas ce soir. Cela rock à mort et les fans affichent un large sourire. Par contre, certains auraient dû aller au bistrot au lieu de venir à ce concert car parler tout le temps, ça me saoule comme un relent de mauvaise cuite. Si on parle trop, on ne profite pas du concert les gars, non ?

Pour conclure, les Américains termineront par "Lonely Train" et un beau salut à leur public bras dessus, bras dessous comme au théâtre.
En conclusion, voilà un groupe qui prend tout son sens en live !



Remerciements :
Karine SANCHO/WEA

Pour accéder à toute la galerie photo de ce concert, visitez :
https://www.yog-photography.com
Photos : © 2012 Nidhal Marzouk / Yog Photography
Toute reproduction interdite sans autorisation écrite du photographe.


Set list :

Change 

Maybe Someday 

Blind Man 

Such A Shame 

Creek 

In My Blood 

Rain Wizard 

Roll (cover ?) 

Killing Floor 

White Trash Millionaire 

Drum Solo 

Stay 

Things My Father Said 

Won't Let Go 

Blame It on The Boom Boom 

Lonely Train

Black Stone Cherry : les dernières chroniques concerts

Alice Cooper + Black Stone Cherry en concert

Alice Cooper + Black Stone Cherry par jorma
Le Dôme, Marseille, le 03/09/2019
Black Stone Cherry "God Bless you! We love You so much..." Voilà, c'est tout ce que je peux dire du concert de Black Stone Cherry puisque c'est sur ces belles paroles, si... La suite

La Maroquinerie Paris : les dernières chroniques concerts

New Model Army en concert

New Model Army par lol
La Maroquinerie, Paris, le 09/10/2019
Comme tous les ans, Justin Sullivan et son groupe New Model Army viennent rendre visite aux Parisiens. Cette année, c'est à la Maroquinerie que le public fervent d'habitués qui... La suite

Zebrahead en concert

Zebrahead par Lebonair
La Maroquinerie, Paris , le 24/09/2019
Les Américains de Zebrahead étaient de passage à Paris à la Maroquinerie, dans le 20ème, pour leur unique date en France le mardi 24 septembre. En pleine tournée européenne,... La suite

J Mascis en concert

J Mascis par Samuel C
La Maroquinerie - Paris, le 06/07/2019
Il a souvent été décrit comme une personne oisive voire adepte du "jemenfoutisme". Avec son air d'éternel slacker... de 55 balais, sa casquette de base-ball et son t-shirt informe,... La suite

Jon Spencer And The HITmakers en concert

Jon Spencer And The HITmakers par Samuel C
La Maroquinerie - Paris, le 17/05/2019
Retrouver Jon Spencer à la Maroquinerie, en pleine forme, cela ravive forcément des souvenirs. C'est en effet une histoire qui dure depuis près de 25 ans : sur cassette, vinyle et... La suite