Accueil Chronique de concert Cambarada + Catalogue + Stygmate
Dimanche 27 septembre 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Cambarada + Catalogue + Stygmate

Cambarada + Catalogue + Stygmate en concert

La Salle Gueule, Marseille 23 février 2018

Critique écrite le par

La Salle Gueule , petite cave aquarium dans le ventre de Marseille, nous emmène ce soir en roadtrip. On démarre tout en douceur avec le post-rock ambiant de Cambarada , soit Yann, son bonnet, sa guitare et ses 1500 pédales.


Il nous télescope dans les virages de sa bande-son, entre ambiances feutrées et climax assourdissant, égrenant des notes au tapping ou faisant vibrer une symphonie de pédales d'effets parfaitement maitrisées. On s'aventure en terre inconnue ; les émotions se croisent et nous chavirent par vague, explosent en altérations. Bouquet final de springking, aka la pédale Danelectro avec ce petit rond en caoutchouc sur lequel Yann appuie et qui emplit la salle d'une reverb monumentale, avant d'achever net son set, ce qui lui vaudra un "waw" spontané de l'assistance épatée. Good shot !


Un sirop de pêche plus tard -à défaut d'un pac à l'eau, cocktail peu crédible pour Cookie au bar, dérouté dans son lever du poignet à la pression- je retourne dans le vortex de la cave pour retrouver Catalogue en plein accordage et taillage de bout de gras sur la bonne piste à envoyer. Heureusement le batteur est plutôt conciliant et nos trois cordeux commencent à trancher l'air pour un set crescendo tout en énergie brute. Raphael envoie une basse grasse et lourde qui fait vibrer notre gravité et fissure nos points de suture ; Eric, au déhanché dandy, se balade sur les accords tranchants devant sa guirlande de pédales, tandis qu'Emma, guitare rythmique au bois maltraité, auréole l'ensemble de sa voix douce-amère, fragile et puissante, trafiquant une mélancolie en révolte. Entre deux lampées d'un mi flasque-mi thermos, le chant oscille entre l'anglais et le français, résonnant efficacement avec des couplets assénés comme des couperets acérés, slogans scandés de façon entêtante. Le public se resserre et l'ambiance monte d'un cran.


Et puis après une recharge au bar en pleine invasion parisienne (Oh Manu, tu t'es perdu ?!) vient le tour de Stygmate , nouvel album, nouveau line-up, de retour à Marseille avec un enthousiasme non dissimulé. Stygmate , c'est David qui lui donne corps depuis plus de vingt ans, avec sa guitare contestataire et fragile, ses paroles de poète des rues, blasé mais qui s'émerveille pourtant à chaque coin de rue, et son air de môme éternel qui joue comme si sa vie en dépendait. Le nouveau line-up ne se passe pourtant pas de Paul, aka petit Paul Péchenart avec autant de chien que son père et cette fois-ci à la quatre cordes. L'ancien guitariste aussi batteur envoie une basse mélodique et un charisme rock'n roll. Quant au batteur, nouvelle recrue, il assène ses coups comme il assassine nos oreilles, avec une violence et une endurance de machine de guerre. Bonne pioche. Le tout pour un Stygmate incisif, resserré et ultra efficace enchainant nouveautés bien ciselées et pépites d'hier ( La sœur des Pauvres , Le mur d'en face ) dont le splendide Tu vois ce que je vois , cousu de bal populaire et de notes tendres. Stygmate nous emmène à Paris-Paname, de Belleville à Ménilmontant ; il nous invite à ne pas faire semblant de ne pas voir les clochards qui tapissent les bancs de son quartier.


Il nous embarque dans les sillons de ces rues nostalgiques, nous bascule la tête dans l'amertume, avant de nous donner une grande tape dans le dos et de nous montrer la lumière. Lise Cabaret , montée sur scène pour un morceau écrit par Pierrick ‘caméléon' Starsky, nous rejoint dans l'arrière salle d'un bistroquet enfumé avec passion et douceur. Et puis c'est au tour d' Elvis de montrer le bout de sa gomina avec un That's all Right Mama revisité à la dynamite. Fin du set, foule compacte, on a envie de prolonger les festivités tant qu'un peu d'espoir s'accroche au bout des cordes.

photos Laureline et Lise Cabaret

Catalogue : les dernières chroniques concerts

Computerstaat - Catalogue en concert

Computerstaat - Catalogue par Agent Massy
L'Intermédiaire Marseille, le 04/05/2019
Très bonne ambiance ce soir là à l'Intermédiaire. Sincère envie de fêter cette sortie d'album de Catalogue : High Grey Effective. Magnifique titre, dont je peine un peu à... La suite

Sam Karpienia & Nicolas Dick + Parade + Catalogue (Concert de soutien à la Machine à Coudre #1) en concert

Sam Karpienia & Nicolas Dick + Parade + Catalogue (Concert de soutien à la Machine à Coudre #1) par Pirlouiiiit
Le Molotov, Marseille, le 28/12/2018
Décidément c'est le mois des concerts de soutien ... après les concerts de soutien aux sinistrés de la Rue d'Aubagne, ceux en soutien aux inculpés de la Plaine, hier c'était le... La suite

Catalogue + Walking Idiots + Usken en concert

Catalogue + Walking Idiots + Usken par pirlouiiiit
Machine à Coudre, Marseille, le 02/02/2018
Avant hier j'étais vraiment fatigué ... aussi le truc raisonnable en sortant du gala des glaces (pendant lequel j'ai pu apprécié les talents cachés de certains et me rendre... La suite

No More + Catalogue en concert

No More + Catalogue par Phil2guy
La Machine à Coudre - Marseille, le 20/09/2017
Le groupe allemand No More qui s'était fait connaître au tout début des 80's dans le registre " Cold Wave " synthétique (aujourd'hui, les amateurs parlent plutôt de " Dark Synth"... La suite

La Salle Gueule, Marseille : les dernières chroniques concerts

Giz Medium + The Sobers (8 ans de la Salle Gueule) en concert

Giz Medium + The Sobers (8 ans de la Salle Gueule) par Philippe
La Salle Gueule, Marseille, le 11/09/2020
Presque 7 mois sans voir un concert ! Une première, une dernière, espérons-le ? Il a fallu que je croise son taulier chauve à la friterie pour me rappeler que la vaillante Salle... La suite

Endogames + Idiopathique + Jackline  en concert

Endogames + Idiopathique + Jackline par Pirlouiiiit
Salle Gueule, Marseille, le 18/07/2020
Mine de rien ma dernière chronique de concert remontait au 21 juin dernier ... et sans le passage de Pierre à Marseille cela aurait pu attendre encore. En effet ce confinement et... La suite

Los Bankalos + Burn In Hell en concert

Los Bankalos + Burn In Hell par Philippe
La Salle Gueule, Marseille, le 01/09/2019
C'est déjà la rentrée à la Salle Gueule (qui n'a peut-être pas fermé de l'été, d'ailleurs ?). Mais c'est encore l'été et donc, il y fait une chaleur torride : 30 degrés au... La suite

Gériatrie, La Flingue, x25x (en soutien à la Machine à Coudre #2) en concert

Gériatrie, La Flingue, x25x (en soutien à la Machine à Coudre #2) par Philippe
La Salle Gueule, Marseille, le 11/01/2019
Deux semaines après un premier concert au Molotov (que j'ai raté hélas), et avant un troisième concert le 23.02 à l'Embobineuse, la scène rock (à peine un peu poussée au cul par... La suite