Accueil Chronique de concert !!! + Hot hot Heat + Sahara Hotnights + the Dirtbombs (Siren Festival 2003)
Jeudi 27 janvier 2022 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

!!! + Hot hot Heat + Sahara Hotnights + the Dirtbombs (Siren Festival 2003)

!!! + Hot hot Heat + Sahara Hotnights + the Dirtbombs (Siren Festival 2003) en concert

Coney Island - Brooklyn 19 juillet 2003

Critique écrite le par



Affiche séduisante cette année encore pour la troisième édition de ce Festival gratuit organise par le nom moins gratuit Village Voice. Deux scènes qui accueillent The Pattern, The Kills, !!!, Sahara Hotnights, Hot hot heat, The Datsuns, Modest House pour la main stage et The Witnesses, Oneida, The Dirtbombs, Northern State, Ted Leo/Pharmacists, Radio 4 et Idlewild sur la Stillwell stage.



J'arrive a l'heure pour retirer mon pass et file au rendez vous pour aller bruncher a coup de varenikis, salade d'Olivier et de bière russe (c'est le quartier - vous avez vu le film Little Odessa ?). Il fait beau, c'est en bord de mer ... on prend son temps et du coup lorsqu'on arrive sur la scène principale The Kills que j'aurais bien voulu voir ont fini (pas grave ils repassent a Southpaw a la rentrée) et les !!! (prononcer par exemple chk chk chk) sont en train de s'installer. En attendant on deguste quelques prunes et cerises qu'un fille en avait marre de porter (par cette chaleur c'est agreable) .. du coup leur set commence sans que je m'en rende compte ...



je croyais que le chanteur s'amuser a deconner sur les rythmes techno de la sono ... Un peu a la manière des Moving Units, !!! nous sert la un rock sur une base légèrement tour a tour dance-techno-disco, ce qui a l'avantage d'être assez entraînant. La seule chanson dont je me souviens des paroles avait pour refrain "I don't give a shit, I don't give a fuck" (tout en finesse). Le chanteur avait plutôt la pêche, visiblement ravi d'être la. Il a meuble tant qu'il a pu lorsqu'ils ont eu quelques problèmes avec leur clavier et lorsqu'ils ont du s'arrêter tant que le trottoir de droite n'était pas dégagé.



Sur scène ils sont assez nombreux (ce qui ne se sent pas toujours au niveau de la musique) : cuivres, percussions diverses, guitares, basse, clavier, batterie ... et bougent dans tous les sens. Même si il manque encore un petit quelque chose pour que j'adhère a fond (plus de son peut être) ils nous ont fait passer un bon moment.

Petit tour sur la deuxième scène située a deux rues de la, mais le temps de s'extirper de la foule qui se densifie a vue d'œil ... lorsque nous arrivons The Dirtbombs sont en train de terminer.



On a le droit a de gros soli de guitare et c'est fini. Juste le temps de remarquer que le public est un peu plus âgé que devant l'autre scène. Comme il fait assez chaud (cea aurait pu etre nettement pire cela dit), petit tour en bord d'eau pour se rafrachir puis redirection la scene principal dans le but de voir les Hot Hot Heat. A notre arrivée, ce sont encore les Sahara Hotnights.



4 nenettes assez énervées qui nous assènent un rock brut entre celui de Hole et de Babes in Toyland, avec un peit quelque chose de Elastica. Assez sympa, mais cette fois j'ai la flemme de faire le grand tour pour aller prendre des photos devant.



Apres elles grosse attente, en essayant de rester a l'abri du seul arbre dans le coin ... puis les Hot Hot Heat font leur apparition. Je suis tout de suite frappé par la ressemblance entre la voix du chanteur et celle de Robert Smith.



En fait sa façon de chanter me fait penser aux Cure mais aussi un peu a Kevin Rowland and the Dexy Midnight Runners. La encore grosse patate qui me donne le courage d'aller un peu devant dans l'espace VIP, press and co ... presque aussi peuplé que derrière la barrière.



Apres eux la chaleur et surtout le monde auront raison de notre résistance et après un petit tour de Cyclone (l'une des plus vieilles montagne russe tout en bois avec ses 75 ans d'existence) d'où j'aurais pu faire de super photo de la scène située juste en contrebas, si on ne m'avait pas empêcher de prendre mon appareil photo a bord ...



Pas vu les autres groupes donc (a revoir dans Manhattan), mais d'après Ray, le set des Modest House était particulièrement impressionnant ("bien meilleur que tout le reste").

Site du Festival des Sirènes (avec le liens de la plupart des groupes) : https://www.villagevoice.com/siren

Hot Hot Heat : les dernières chroniques concerts

(mon) Rock en Seine 2005, 1/2 : Flying Pooh, The Sunday Drivers, Arcade Fire, Hot hot heat, Queens of the Stone Age, Jurassic 5, Vitalic en concert

(mon) Rock en Seine 2005, 1/2 : Flying Pooh, The Sunday Drivers, Arcade Fire, Hot hot heat, Queens of the Stone Age, Jurassic 5, Vitalic par Philippe
Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud, le 25/08/2005
C'est avec grand plaisir qu'on se rend pour la deuxième année consécutive à Rock en Seine, le petit dernier des gros festivals, dont la programmation est encore globalement un... La suite

Hot Hot Heat + Tegan & Sara par samuel charon
Boule Noire, Paris, le 21/05/2003
Deux jeunes groupes, ambassadeurs du Canada anglophone, effleuraient pour la première fois les planches d'une salle française et confirmaient que Radical productions, tourneur indépendant angevin, sait dénicher de futures valeurs sûres. Tegan & Sara, troublantes jumelles (seule un piercing permet de les distinguer), distillent une pop... La suite

Hot hot heat + Tegan & Sara par Invisiblefab
La boule noire, Paris, le 21/05/2003
Amis melomanes, enfants du rock, dancers in the dark, bonjour ! Mercredi soir, je suis rentré à Villemorte à 00 H 45. Non pas que la soirée fut interminable voire mémorable, mais le périphérique étant fermé entre Porte Maillot et Porte de Briançon, je me suis un peu égaré... (Je suis sûr que c'est Delanoé qui installe des couloirs de... La suite

The Dirtbombs : les dernières chroniques concerts

The Dirtbombs par Pierre Andrieu
La Maroquinerie, Paris, le 31/08/2004
La première fois, à Bourges en 2002, les Dirtbombs nous avaient joliment troué le cul avec un set en prise directe avec l'énergie made in Detroit. Deux ans plus tard, dans le cadre parfait de la Maroquinerie à Paris, ils ont méchamment enfoncé le clou à grands coups de punk rock soul, laissant le public pantois devant tant de classe, exténué...... La suite

The Dirtbombs + Zen Guerrilla + Mclusky (Le Printemps de Bourges 2002) par Pierre Andrieu
Germinal Bourges, le 11/04/2002
Mclusky Lors de cette nouvelle soirée au Printemps de Bourges, c'est le groupe Mclusky qui commence à jouer en premier, et d'entrée, il nous envoie en travers de la tronche un hardcore punk très violent. Tant mieux : on aime bien ça la violence musicale ! Le guitariste/chanteur hurle comme un possédé en jouant des parties de guitare... La suite