Accueil Chronique de concert Julien Doré and the Bash + Greg Fontaine
Lundi 18 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Julien Doré and the Bash + Greg Fontaine

Julien Doré and the Bash + Greg Fontaine en concert

Château de l'Emperi - Salon de Provence 17 juillet 2009

Critique écrite le par

Dans le sud il y a environ 55 jours de pluie par an, il était donc tout naturel que lorsque je me rende à un concert en plein air, il pleuve. Au dernier moment j'arrive devant le château de l'Emperi et malgré une légère pluie une queue d'environ soixante mètres s'est déjà constituée devant les remparts de la forteresse. Sur le coup je pensais passer pour un vieux dans un public exclusivement constitué de pré adolescentes -boutonneuses-. Ce fût donc une grande surprise de voir que toutes les générations avaient fait le déplacement pour venir admirer un pur produit de la télé, Julien Doré, le vainqueur de la nouvelle star, l'émission qui découvre "des talents". Ayant peu d'intérêt pour toutes ces stars sortant du petit écran et plus particulièrement de reality shows à l'américaine, c'est avec la curiosité de voir ce que pouvait donner ce type "d'artiste" sur scène que je suis venu.



Avant de passer aux choses sérieuses, c'est à un jeune artiste avignonais que revient la lourde tache d'ouvrir. Le back-line de Julien Doré étant entièrement bâche à cause des averses, c'est dans un étrange décor que Greg et son pote entament leur set avec une pensée pour l'ouvrier décédé au stade vélodrome lors de la construction de la scène pour Madonna. Pour casser le silence qui règne les deux compagnons commencent à jouer. Une musique sans complexe, des textes bien écrits tels sont les atouts des deux jeunes artistes.



Ce n'est jamais une chose évidente de faire une première partie, peut être encore plus lorsqu'après il y a un artiste pour lequel les gens ont investi du temps et de l'argent. Cependant Greg Fontaine s'en tire bien, même s'il ne fait pas l'unanimité auprès du public une bonne majorité semble conquise. Mais c'est peut être bien lorsque le groupe se risque à une reprise de Sufjan Stevens " Lakes of Canada" qu'il fédère le plus de monde. Même si certaines groupies de JD ne sont pas d'accord avec moi, Greg fut, quoi qu'on puisse en penser, un choix judicieux pour mettre dans le bain les spectateurs.



Pendant le changement de plateau je discute avec les groupies des premiers rangs. C'est avec une ferveur à toute épreuve que l' on essaie par A+B de me démontrer à quel point Julien Doré est un artiste original, décalé et extraordinaire. Pour ma part je préfère attendre de le voir sur scène pour porter un jugement bien que je me sois déjà fait une petite idée de ce type de chanteur... Sur le plateau un tas d'objets kitch sont installés, une renard empaillé, une tête de biche, une télé vintage ou encore une immonde lampe. Les spectatrices m'expliquent que c'est la marque de fabrique du chanteur, le décalage. A cet instant je comprends pourquoi Julien Doré est devenu la risée des Guignols de l'info... Comble du mauvais goût, pour nous faire patienter nous avons le droit en fond sonore à des chansons d'amour italiennes.



Le temps achève les longs couchés de soleil propre au Sud de la France. Le château est plongé dans la pénombre. Devant l'ambiance est palpable. Julien Doré entre soudainement sur scène, cymbales en main à la façon d'Arno, l'apprenti dandy ne retient pas ses coups. Il faut dire qu'avec " Piano Lys" je suis plutôt étonné. C'est agréable et entrainant, si l'ensemble du concert est à l image de ce premier morceau, il se pourrait que je puisse revenir sur mes idées reçues. En échangeant les cymbales pour la guitare JD parle enfin au public qui est déjà sous le charme. "Bonjour, peignoir, Bonsoir Baignoire ... ", en repensant à ma précédente discussion avec les fans, je saisis le côté décalé du personnage.



Tout ce passe bien jusqu'au moment où, dans le public, une bagarre éclate en plein milieu de la foule. Ca se cogne, ça s'insulte ça crie, à tel point que Julien Doré est obligé d'arrêter la chanson qui venait d'entamer. La sécurité n'arrivant pas, ce sont des spectateurs qui ont dû intervenir. De son côté JD le yeah-yeah se transforme en JD l'énervé, c'est peut être le seul moment où l'artiste paraît sincère; "Vous arrêtez un peu de faire chier les gens!? Vous avez cas dégagez, de toute moi je m'en fous j'ai pas payé 27€ (ndlr 30 euro en vérité) pour être là !". Malgré ça, dans la fosse ça continue de taper. Hors de lui, il prend une bouteille qu'il vide sur les querelleurs. Une fois leurs ardeurs refroidies le concert reprend de plus belle.



Tous ensemble, public et musiciens reprennent le morceau d'Alizée, tient elle aussi issue d'une émission télé, "Moi Lolita". La reprise est plaisante et à mon sens bien mieux que l'originale, certes ce n'était pas très dur. Tout à coup un second batteur se glisse derrière la batterie, la remake se transforme rapidement en un véritable brouhaha. Julien Doré veut être partout sauf là où on l'attend. Une joueuse de golf débarque de nulle part, après avoir délicatement posé la balle par terre. JD pointe son club en direction des chamailleurs de toute à l'heure, fou rire dans le public. Sans surprise il tire et rate la balle, finalement il a peut être bien fait de choisir la musique...



Sans transition aucune, le dandy de la nouvelle star interprète "Les limites ". Pour être honnête, version disque il me fut impossible d'écouter la chanson jusqu'à la fin et je suis forcé d'avouer qu'en live ça a quand même une tout autre allure. Dans un registre un peu plus blues, Julien Doré entame un strip tease sur " First Lady ". Comme en transe, le jeune artiste décide de grimper sur la structure métallique de la scène, ce n'est qu'après avoir glissé et risqué de faire une chute d'une dizaine de mètres qu'il décide finalement de descendre. Si le concert avait dû s'arrêter là il ne fait aucun doute que l'image que j'avais de Julien Doré se serait améliorée. Malheureusement une fois les tubes joués, les autres morceaux se révèlent peu intéressants. A l'image des " Bords de Mer " qui en plus d'être un des morceaux les plus ennuyeux du concert, était surtout inaudible à cause de la basse qui couvrait les autres instruments .



" I Wanna Go To Winnipeg With You " annoncée avec un humour que l'on jurerait pompé sur Stéphane Guillon fait inlassablement penser à un mauvais générique de séries télé des années 80. Faire du neuf avec du vieux reste la règle d'or dans le milieu de la télévision, et Julien Doré qui doit son succès à ce milieu respecte parfaitement cette règle. Entre deux rappels, il s'amuse à faire pour la énième fois une boutade sur la baston précédente, "Ce soir j'ai envie que ça soit un soir concert bataille". Puis à un moment il faut bien s'arrêter, c'est la déception pour les fans, le soulagement pour moi. Néanmoins il semblait trop difficile pour Julien Doré de finir de façon conventionnelle par conséquent tout le petit monde sur scène reprend son instrument pour conclure le concert sur un morceau sans queue ni tête, étonnant hein ?... "I want to play my country to save the world ", à force de vouloir être décalé JD se révèle être avant tout prévisible et d'un conformisme à toute épreuve.



En outre pas vraiment d'originalité, une entrée sur scène similaire en tout point à celle d'Arno, un cynisme emprunté à Mademoiselle K, l'humour de Stéphane Guillon, la gestuelle de Jim Morrison... Quand on dit que la TV ça lave le cerveau ce n'est peut être pas pour rien. Pour être franc un concert de Julien Doré c'est du 50/50, une première partie surprenante et une seconde partie totalement décevante. Peut être que je regarde trop Arte pour pouvoir comprendre la subtilité d'un artiste entièrement conditionné par un système qui croit que la culture se résume à faire une bonne reprise de Céline Dion. Je comprends qu'on puisse apprécier mais de là à payer 30 euro pour voir ça, j'avoue quand même qu'une telle ferveur me sidère.

Myspace de Greg Fontaine : www.myspace.com/gregfontaine
Myspace de Julien Dore : www.myspace.com/juliendoremusic
www.splityourmother.com

Greg Fontaine : les dernières chroniques concerts

Greg Fontaine en concert

Greg Fontaine par Mcyavell
Fnac Centre Bourse - Marseille, le 12/02/2010
Quinze jours après son showcase à Lollipop, Greg Fontaine en propose deux autres dans les Fnac Marseille Centre Bourse et Aix-en-Provence. Entre temps il a donné un concert au... La suite

Greg Fontaine en concert

Greg Fontaine par Mcyavell
Lollipop Music Store - Marseille, le 29/01/2010
Un petit showcase à Lollipop avant de se rendre à la Cité de la Musique pour l'avant-première de Poum Tchack ? C'est compatible. A condition que le retard ne soit pas excessif.... La suite

Alexandre Varlet + Greg Fontaine + Francis Moderne + Orson Jesenska  en concert

Alexandre Varlet + Greg Fontaine + Francis Moderne + Orson Jesenska par Pirlouiiiit
le Baby, Marseille, le 23/05/2009
Soirée marathon au Baby .... comme le notera très justement Alexandre Varlet qui passera en 3ème ("bravo, vous avez bien du courage de venir voir 4 groupes ... rester attentif... La suite

Julien Doré : les dernières chroniques concerts

Arcade Fire, Temples, Pixies, Julien Doré, Len Sanders, Le fils du facteur, l'Orchestre Tout puissant Marcel Duchamp XXL (Paléo festival 2017) en concert

Arcade Fire, Temples, Pixies, Julien Doré, Len Sanders, Le fils du facteur, l'Orchestre Tout puissant Marcel Duchamp XXL (Paléo festival 2017) par Lionel Degiovanni
Paléo festival, Nyon, le 19/07/2017
Len Sanders Pour le deuxième jour du Festival Paléo 2017, je démarre les concerts par Len Sanders qui est une jeune suisse. On peut définir sa musique comme de l'électro-pop... La suite

Jamiroquai, Sting, Phoenix, Texas, Julien Doré, Kery James, Justice, Vianney, Petit Biscuit, LP, Olivia Ruiz, Lee Fields, Last Train, Cocoon, Royal Republic, Calypso Rose, Birdy, Lulu Gainsbourg... (Festival Musilac 2017)   en concert

Jamiroquai, Sting, Phoenix, Texas, Julien Doré, Kery James, Justice, Vianney, Petit Biscuit, LP, Olivia Ruiz, Lee Fields, Last Train, Cocoon, Royal Republic, Calypso Rose, Birdy, Lulu Gainsbourg... (Festival Musilac 2017) par Lily Rosana
Aix-Les-Bains, le 13/07/2017
"Les 15 ans de Musilac !", "Déjà !" diront les musilakiens de la première heure. "Seulement !" crieront les gourmands. J'ai eu la chance de pouvoir être spectatrice des 4 jours... La suite

Iggy Pop + Julien Doré + Matmatah (Aluna Festival 2017) en concert

Iggy Pop + Julien Doré + Matmatah (Aluna Festival 2017) par fred
Ruoms, le 15/06/2017
Premier jour de la dixième édition du Festival Aluna à Ruoms. Nous débarquons au fin fond de l'Ardèche (et installons notre tente dans un camping à proximité) principalement pour... La suite

Julien Doré en concert

Julien Doré par Marcing13
Silo Marseille, le 28/01/2015
Quand j'ai dû annoncer à mes amis que j'avais programmé de critiquer un concert de Julien Doré, la plupart d'entre eux en sont tombés des nus. Moi, le fan de musique anglo-saxonne,... La suite

Château de l'Emperi - Salon de Provence : les dernières chroniques concerts

Cali en concert

Cali par Ratwoman13
Chateau de l'Empéri - Salon de Provence, le 25/07/2011
Ce soir, rendez-vous dans l'enceinte du château de l'Empéri pour la suite du Festival des Éclats, après les Ogres vendredi pour se mettre en appétit, maintenant au tour de Cali... La suite

Les ogres de Barback + Et qu'ca swingue en concert

Les ogres de Barback + Et qu'ca swingue par audrey
Festival les Eclats Chateau de l'Emperi (Salon de pce), le 22/07/2011
Nous voilà de nouveau cette année au Château de l'Emperi pour le Festival Les Eclats. Ce soir nous retrouvons les quatre frères et sœurs qui composent Les Ogres de... La suite

Grupo Compay Segundo + Caligagan en concert

Grupo Compay Segundo + Caligagan par bertrand
Festival les Eclats Chateau de l'Emperi (Salon de pce), le 15/07/2011
La saison des festivals bat son plein, et c'est tout le charme de varier les styles, les lieux. C'est ce soir en haut du château de l'Emperi à Salon de Provence que le festival... La suite

Bob ti Zion + Jamse en concert

Bob ti Zion + Jamse par bertrand
Place André Passelaigue Salon de pce, le 11/12/2010
Voila les paramètres : on est mi Décembre, en plein centre de Salon de Provence. Le froid est tombé, dans les rues on à droit à des enceintes un peu partout qui nous balance du... La suite