Accueil Chronique de concert Kaolin
Lundi 17 janvier 2022 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Kaolin

Kaolin  en concert

le café de la danse - Paris 10 Novembre 2010

Critique écrite le par

Suite à l'interview réalisée de Kaolin le 25 Août dernier, à découvrir à la rubrique concernée, il était fort logique que je me retrouve à la veille de ce grand week-end du 11 novembre devant cette merveilleuse salle du Café de la Danse à Paris, quartier Bastille. Kaolin joue ce soir et cette date peut être considérée comme un événement important pour le groupe. Plusieurs raisons à cela, les garçons viennent de sortir leur nouvel album fin octobre chez Cinq7 sobrement appelé Kaolin, leur 4ème après 4 années d'absence niveau discographie, sans compter bien sûr l'album solo "Les Ballons Rouges" du leader Guillaume Cantillon sorti en 2008.



Après quelques concerts donnés en guise de tour de chauffe depuis 2 mois et ce nouveau disque, c'est la 1ère date à Paris. Un concert qui permet de prendre la température à tous les niveaux. Est ce que le public va suivre?. Est ce que les médias vont les soutenir ? Est ce que les nouveaux morceaux vont être appréciés par les vieux fans et permettront de séduire un nouveau public?

A 19h, une belle rangée de personnes s'est déjà formée et en rentrant dans la salle à 20h, je constate que la salle est pleine à craquer.



Nous aurons droit ce soir à une 1ere partie mais comme souvent, je ne me souviens plus du nom, des parisiens qui chantent en anglais et qui jouent une musique à la sauce Midlake, pour ceux qui connaissent, mais en moins bien. Rien de suffisamment puissant et fort pour que je m'en souvienne dans les mois qui suivent.

Il est 21h et contrairement au concert d'Erik Truffaz donné dans ce même lieu le 28 octobre dernier, pas de rideau rouge sur le mur en fond de scène ce soir qui permet de voir ce fameux mur de pierre qui rend la salle et la scène encore plus magiques.

Quel bonheur de les voir débarquer un par un sous une certaine obscurité à 21h pétantes, c'est pas que j'attendais ce moment avec impatience mais presque.


Il faut dire que j'ai tant aimé leur rock mélangé à la douceur que l'on trouve sur leurs trois premiers disques sauf le titre "Partons Vite", bien trop "Bob Dylan" à mon goût, que là, ces changements m'ont quelque peu perturbé, et puis, j'ai le droit de moins aimer, non ?


Rayon nouveauté, ils ont joués entre autres Tu m'emmerdes, Le Geste, Bang Bang, Crois-moi, On s'en va, Shanana en ouverture, Plus rien. Pour ce titre d'ailleurs, c'est Ludwig Martins dit Lulu qui chantera comme sur un autre morceau d'ailleurs. J'ai adoré ce musicien, ce qu'il dégage, son énergie simple et efficace qui pour moi représente un gros atout dans ce groupe, un ange mais pas si ange que ça en somme. Lulu, un album solo un de ces jours ? Oui ? Non ? En tout cas, tu es le chouchou de ma chère mère qui était dans la salle en plus, ah là là, "lui, il est merveilleux disait ma chère maman à la sortie", à bon entendeur, Ludwig.

Le reste, ça joue vraiment bien, évidemment les vieilleries comme

J'irai mélanger les couleurs, Je reviens et toutes les autres passent formidablement. Guillaume finira par remercier son public et explique qu'ils sont très heureux de revenir ensemble, d'être là à Paris et de poursuivre l'histoire du groupe.


Ce soir, ce furent donc les retrouvailles car c'est plutôt un public de vieux fans qui ont répondu présents mais on est au début de la tournée en même temps. Guillaume souhaite faire danser les gens sur cette tournée aidé en cela par ce nouvel album et je peux constater que la sauce prend. Bien que certains nouveaux titres sur le disque ne m'aient pas trop excité, sur scène, les chansons passent beaucoup mieux et concernant le clavier, vu que c'est un sample, il est moins mis en évidence et c'est tant mieux. Le rappel aura lieu après 1h15 de concert avec trois titres en acoustique.

Le groupe terminera donc en version calme, tous alignés en rang face au public et pour finir un Partons vite sympa mais toujours pas extraordinaire à mes oreilles. Il est un peu plus de 22h30 et c'est déjà la fin.


J'ai trouvé un leader sympa mais plutôt timide qui pourrait un peu forcer sa nature. Je reproche juste au groupe, en fait à Guillaume, de ne pas avoir fait exploser son public par un set un peu trop propre et pro. Heureusement que Ludwig est là pour envoyer un peu la sauce par son attitude et son jeu. Vivien a la basse n'est pas en reste non plus et apporte une énergie supplémentaire, le batteur, lui, est efficace et discret. Les gens auraient mangé dans leurs mains, le groupe pouvaient en faire ce qu'il voulait de ces fans et résultat, seulement 50% du potentiel énergie a été exploité ce soir. Ce qui n'a pas empêché de passer une merveilleuse soirée en leur compagnie, que j'ai qu'une envie, c'est de les revoir, que ce nouvel album passe bien mieux du coup même si c'est pas mon préféré et que les prochains concerts devraient être de plus en plus enflammés voire explosifs. Je ne sais pas si ce que je viens d'écrire à l'instant, c'est un désir ou un appel que je lance au groupe, à vous de deviner.....C'est peut-être les deux mon général.

En tout cas, Kaolin est toujours un de mes groupes français préférés en 2010, c'est une certitude.


En tournée actuellement dans toute la France et en 2011 également.

Photos remerciements Julien Perez
A vivien
et bien sûr Rachel Cartier de l'agence Ephelide
https://www.myspace.com/kaolinmusic

Kaolin : les dernières chroniques concerts

Kaolin + Les Shades en concert

Kaolin + Les Shades par Mkhelif
Cabaret Aléatoire - Marseille, le 02/12/2010
Ce soir direction le Cabaret aléatoire à Marseille, première fois pour moi dans cette salle. En arrivant au cabaret j'ai un doute sur l'horaire ou la date du concert tellement il... La suite

Kaolin (Interview)  en concert

Kaolin (Interview) par lebonair
Paris, le 25/08/2010
Kaolin nous revient enfin après une pause de 4 ans avec un nouvel album, le 4ème, qui sortira le 18 octobre 2010 chez Cinq7/Wagram. Plaisir, fraîcheur, spontanéité, sexy,... La suite

Kaolin + Keden par M.
Poste à Galène - Marseille, le 05/04/2007
Deuxième concert pour les Kaolin, ici à Marseille, où le printemps boude quelque peu cette année, et faut croire que le public aussi ! La soirée commence a 21h30 avec pour première partie Keden, un groupe rock originaire de Marseille même. Je n'accroche pas au premier morceau , et ni après d'ailleurs. A mon goût, la voix à la Bertrand Cantat du... La suite

Un Trimestre à La Coopérative De Mai (de septembre à décembre 2006) par Jean-Michel
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 21/12/2006
Coup d'œil rapide sur le premier trimestre de la saison 2006/2007 à la Coopérative de Mai. C'est la rentrée... Ayant échappé à Seb Martel et consort, ma saison ne débute que le 23 septembre par la présentation de la compile MC1 made in coopé. Il semble que cela est d'ailleurs bien marché au vue de la nombreuse foule présente. Vous... La suite

le café de la danse - Paris : les dernières chroniques concerts

Jean-Louis Murat en concert

Jean-Louis Murat par Kid
Café de la Danse, Paris, le 10/12/2018
Il y a peut-être une chose que l'on peut reprocher à Murat, qui se tient là derrière les portes, non pas de Naples, mais du Café de la Danse : sa bonne humeur. On a souvent comparé... La suite

Fantastic Negrito en concert

Fantastic Negrito par Samuel C
Café de la Danse - Paris, le 04/11/2018
Alors qu'un mois de novembre fort en commémorations débute, voir débouler Fantastic Negrito au Café de la Danse livrer un show époustouflant file le baume au cœur qui manquait... La suite

MIEN en concert

MIEN par Samuel C
Le Café de la Danse - Paris, le 24/09/2018
Dans un Café de la Danse à l'éclairage judicieusement tamisé, une invitation à une expérience spatio-temporelle était proposée par MIEN, un groupe composé de membres de The Black... La suite

Mark Lanegan Band en concert

Mark Lanegan Band par Samuel C
Café de la Danse - Paris, le 25/11/2017
Deux légendes vivantes qui ont définitivement marqué les grandes décennies noisy et (post) grunge ont foulé les planches du Café de la Danse en moins d'une semaine. Thurston... La suite