Accueil Chronique de concert Lou Doillon
Mardi 1er décembre 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Lou Doillon

Lou Doillon en concert

Cargo de Nuit - Arles 2 février 2013

Critique écrite le par

Ce soir direction le Cargo de Nuit pour découvrir une nouvelle artiste dans le domaine. Je précise domaine de la musique car l'artiste en question, est aussi une artiste dans d'autres domaines (cinéma...) mais personnellement, je ne sais absolument rien d'elle, si ce n'est qu'elle est la fille de Jane Birkin. Mais comme elle me l'a dit elle-même, "on est tous l'enfant de quelqu'un". Cette artiste que je vais découvrir ce soir sur scène, c'est Lou Doillon.

Le concert affiche complet depuis plusieurs jours. Cela montre donc l'engouement qui se presse autour de cette artiste. Je l'ai juste entrevue lors de son passage à l'émission Taratata et j'avais trouvé ça pas mal du tout. Calme certes, mais bien fait, et efficace.

Ce soir salle comble et déjà première surprise, Lou Doillon arrive à réunir un public très divers et varié : des jeunes ados, des petits, et pas mal de gens de la quarantaine, cinquantaine. Sont-ils là par souvenir à Jane ? Des nostalgiques ? On peut se poser la question.



Mais après tout, ce qui compte c'est ce que va rendre le concert, "fille de" ou pas, si ça n'accroche pas, le public le fera savoir. A l'heure dite, le show démarre. La scène est bien pleine : une batterie, une basse, une guitare électrique, un clavier et Lou à la voix et parfois à la guitare acoustique. L'ambiance qui se dégage est une ambiance zen. Elle arrive sur scène, le public est bien chaud, il l'attend avec impatience. J'ai rarement vu le public du Cargo aussi à fond sur un nouvel artiste !



Une femme très simple, timide, presque gênée d'être là. Si des personnes s'attendaient à voir une bête de scène comme on peut l'entendre, ils ont fait fausse route. Mais dès le départ, dès les premiers couplets, je commence à comprendre pourquoi elle est ici.
Elle a un charisme, une présence. Une présence qui "n'impose pas", mais une présence douce, qui attire le calme, et une sorte de mélancolie aussi.

Son grain de voix sur ses chansons me fait penser au groupe Moriarty ; parfois un peu nasillard, parfois guttural. Ça lui correspond, on sent qu'elle ne joue pas un rôle, c'est un bon départ. Les arrangements de son album sont signés par Etienne Daho qui a su mettre en valeur cette personnalité. Le piano bien lourd donne un effet un peu rétro comme sur le morceau Jealousy. Son début fait penser à un vieux standard. Le rythme est plutôt lent, la voix posée, et en fond une guitare électrique qui pose quelques notes planantes, l'effet est là.



Je pense qu'il a fallu composer avec cette voix très spéciale, un peu cassée parfois, comme je le disais précédemment. Sa fragilité donne de l'émotion, comme si elle allait se rompre. Tout au long du concert, Lou Doillon n'aura de cesse de boire du thé (je suppose) pour soigner sa voix. C'est son style, bref elle est elle-même. C'est ce qui frappe le plus ; Vu son passé, on aurait pu penser qu'elle veuille suivre les traces de... et en puis en fait non ; je pense que son choix est tout à son honneur. Ce soir là elle interprétera le titre qui a été lancé en premier. Le fameux ICU .



Le début de cette chanson démarre avec ce piano et sa voix ressort alors de manière formidable. Son grain est là. Dans la salle du cargo, personne ne disait un mot. La mélodie, un peu mélancolique quand même, il faut bien l'admettre, nous laisse rêveur. Quand on se penche sur les paroles, on comprend mieux le pourquoi du comment. Le manque d'une personne, disparue, partie ? Cela a dû tous nous arriver, et cette sensation de mélancolie, spleen, chacun y trouvera son adjectif.
L'alliance de cette ambiance et de ces paroles forment une belle œuvre collant parfaitement avec le personnage de Lou Doillon .



Pour l'anecdote, elle nous racontera comment sont nées ses chansons. Elle raconte qu'elle les a faites dans sa cuisine toute seule et qu'elle espérait toujours des gens comme nous, public du Cargo, pour l'accompagner sur ses refrains. La communication avec le public est très bonne, et l'assistance du Cargo de Nuit se réjouit de la présence de cette artiste. Tout au long de la soirée, les cris de satisfaction, les applaudissements après chaque chanson ne cesseront de se faire entendre. Lou a l'air très surprise à chaque fois, et très humblement, elle ne cessera de remercier ce chaleureux accueil.

Lors de ce concert, elle jouera l'intégralité de son album. Des titres comme Devil or Angel feront ressortir une certaine fraicheur ; la guitare qui se détache par des notes aigues, pigmentant la chanson, une basse bien assise, et toujours ce piano naturel réalisant le nappage de la chanson. Elle dira " nous sommes tous un peu des deux ; parfois ange, parfois démons, suivant la situation".



Le titre One day after another sonnera un peu plus "blues, rock", avec une intro batterie, une guitare légèrement crunchy, et sa voix toujours rocailleuse. Un titre un peu plus "rythmé" sera Defiant . La rythmique sera marquée par le piano en lui-même qui remplit tout l'espace. Sur ce titre, le public sera très réceptif, et les corps bougeront !! Les titres s'enchaineront pendant environ une heure et demi. Lou Doillon nous fera aussi l'honneur d'une reprise tout en douceur d'un titre pourtant très rock and roll. Il s'agit de should I stay or should I go



Elle a dû revenir après son rappel car le public du cargo la réclamait. Triomphe pour elle !!! Surprise de ce deuxième rappel, reste simple et très humble devant cet engouement du public .
Je vous invite à découvrir cet artiste sur Concertandco.com : www.concertandco.com/artiste/lou-doillon Vous y trouverez toutes ses dates de concert !!

Lou Doillon : les dernières chroniques concerts

Dadju, Jane Birkin, Lou Doillon, Youssoupha, Patrick Bruel, Phanee de Pool, Orchestre de chambre de Lausanne, Jazzy Bazz, The Gardener and the Tree (Paléo Festival 2019)  en concert

Dadju, Jane Birkin, Lou Doillon, Youssoupha, Patrick Bruel, Phanee de Pool, Orchestre de chambre de Lausanne, Jazzy Bazz, The Gardener and the Tree (Paléo Festival 2019) par Lionel Degiovanni
Nyon, Suisse , le 28/07/2019
Phanee de Pool Le dimanche au Paléo Festival, je démarre avec un très bon concert au Club Tent. Il s'agit de Phanee de Pool. Cette jeune artiste déborde d'énergie, elle... La suite

(my) This Is Not a Love Song (TINALS) Festival 2019, 2-3 : Poutre, Off the Wagon, Lou Doillon, Big Thief, DTSQ, OPTM, Courtney Barnett  en concert

(my) This Is Not a Love Song (TINALS) Festival 2019, 2-3 : Poutre, Off the Wagon, Lou Doillon, Big Thief, DTSQ, OPTM, Courtney Barnett par Philippe
Paloma, Nîmes, le 31/05/2019
Day two of three, au plus merveilleux des petits festivals rock du monde... Pour cette deuxième journée, celle du vendredi, on avait bien repéré une sorte de trou d'air (à notre... La suite

John Cale présente l'album The Velvet Underground and Nico (+ invités : Carl Barat et Pete Doherty des Libertines, Mark Lanegan, Etienne Daho, Lou Doillon, Saul Williams, Animal Collective)  en concert

John Cale présente l'album The Velvet Underground and Nico (+ invités : Carl Barat et Pete Doherty des Libertines, Mark Lanegan, Etienne Daho, Lou Doillon, Saul Williams, Animal Collective) par lol
Philharmonie de Paris , le 03/04/2016
Comme pour beaucoup de monde, le Velvet Underground est à mes yeux un groupe majeur, qui a bousculé et changé la face du rock en y transfigurant son côté obscur, arty et... La suite

John Cale présente <i>The Velvet Underground and Nico</i> (avec Carl Barat et Pete Doherty des Libertines, Mark Lanegan, Etienne Daho, Lou Doillon, Saul Williams, Animal Collective) en concert

John Cale présente The Velvet Underground and Nico (avec Carl Barat et Pete Doherty des Libertines, Mark Lanegan, Etienne Daho, Lou Doillon, Saul Williams, Animal Collective) par Charliii
Philharmonie de Paris, le 03/04/2016
Après une recherche désespérée de place pour ce concert unique, me voici à la Philharmonie de Paris pour voir John Cale et ses invités interpréter l'album The Velvet... La suite

Cargo de Nuit - Arles : les dernières chroniques concerts

Interview de Bertrand Belin  en concert

Interview de Bertrand Belin par Lartsenic
Cargo de Nuit, Arles, le 17/03/2016
De passage au Cargo de nuit de Arles, Bertrand Belin nous a consacré un petit quart d'heure. Nous continuons de creuser quant à ce qui se passe hors cadre: l'homme est brillant, ce... La suite

Bjorn Berge en concert

Bjorn Berge par jorma
Le Cargo, Arles, le 06/03/2015
De retour dans le Sud après plusieurs années d'absence, le serial picker de cordes Norvégien Bjorn Berge pose ses guitares acoustiques et sa grosse voix au Cargo d'Arles pour la... La suite

FISH en concert

FISH par Jacques 2 Chabannes
Le Cargo de Nuit Arles, le 10/02/2015
"A Fist Of Consequences !" (Une °poignée de conséquences !) ° Je sais que c'est traduit "à la louche", mais bon... c'est bien comme "ça" aussi, non ? Après un épisode... La suite

Raul Midon en concert

Raul Midon par Lionel Degiovanni
Cargo de Nuit - Arles, le 10/10/2014
Pour ce soir, direction le cargo de Nuit, la petite salle d'Arles qui reçoit Raul Midon. Ce personnage, cet artiste est vraiment hors norme. Il avait débuté sa carrière musicale... La suite