Accueil Chronique de concert Midi Festival : Hifiklub featuring Robert Aaron + Why ? + James Chance & the Contorsions
Samedi 12 juin 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Midi Festival : Hifiklub featuring Robert Aaron + Why ? + James Chance & the Contorsions

Midi Festival : Hifiklub featuring Robert Aaron + Why ? + James Chance & the Contorsions en concert

Villa Noailles - Hyères 25 Juillet 2008

Critique écrite le par

Direction la Villa Noailles à Hyères pour la soirée d'ouverture de la quatrième édition du Midi Festival. Ce festival que j'ai repéré déjà depuis quelques étés a une programmation très pointue et je suis assez excité pour cette première fois...




De forts embouteillages estivaux me font tirer un trait sur une éventuelle baignade dans les eaux varoises et aussi sur le groupe américain programmé en ouverture (à 19h30) : Girls.



Enfin, heureusement les organisateurs du festival ont pensé à réaliser un fléchage très précis dès qu'on arrive dans Hyères. Car la Villa Noailles se trouve sur les hauteurs de Hyères... Un cadre assez idéal, même si vu mon arrivage en retard je n'ai pas vraiment le temps d'apprécier le paysage comme je l'aurais souhaité.



La Villa Noailles est un immeuble de style art moderne qui a été construit en 1924 ( conçue par l'architecte Robert Mallet-Stevens) et qui a reçu dans ses murs beaucoup d'artistes célèbres notamment Man Ray.



Une bien belle bâtisse, entourée de nombreux jardins, et qui propose une vue assez exceptionnelle sur Hyères. Evidemment, le revers de tout ceci (lieu arty, programmation pointue) : l'audience est un peu branchi-brancha.



Mais bon pas tant que ça. Et surtout, je n'ai pas trouvé l'ambiance pesante comme dans certaine soirées où certain gens de "bons goûts" trouvent "vulgaire de se déhancher tel un animal" alors que "la musique est un plaisir cérébral", n'est-ce pas.



Non ça va, on trouve un peu de tout dans le public, même 1 ou 2 baba/grunge. Et puis, certain ont eu la bonne idée de venir en famille. Et la présence de mignons petits enfants dans les premiers rangs apporte une touche rafraîchissante.



Hifiklub, groupe varois dont j'avais déjà entendu parler, démarre son set alors que le public n'est pas encore massé devant la scène.
Ils ont beau être varois et pas forcément très connus par ici, ils ont déjà un beau "palmarès" et de nombreuses collaborations prestigieuses à leur actif notamment avec un des guitaristes de Bowie : Earl Slick.



Ce soir, ils ont invité Robert Aaron, qui est un multi instrumentiste (saxo, claviers, flûte traversière...) new-yorkais de renom, et qui a notamment joué avec Richard Hell, Blondie, Bowie,...Pour ma part, il me fait surtout penser à Vincent Schiavelli, ce comédien au physique étrange notamment vu dans "Vol au-dessus d'un nid de coucous"...



Au départ, je ne savais pas si j'avais vraiment envie de les voir, mais finalement Hifiklub est une très bonne surprise. Du pop/rock tendance actuelle , c'est-à-dire fortement influencé 80s, avec une touche électro, due notamment à quelques samples envoyés par Aaron. Le chanteur/bassiste fait un peu jeune et tendre je trouve, mais c'est certainement moi qui suis vieux et dur. En revanche son regard pétillant passe plutôt bien.



Bref, on tape du pied, on retient facilement certain refrains, comme ce "Ah aha aha ah ah" écrit au dos de sa basse. Et tout doucement, on finit par se dire "putaing, mais c'est bien ça". Une belle entrée en matière. [ A la fin le James Chance est même venu pousser du saxo]

Direction la buvette, pendant le changement de plateau. Et là, j'ai quelques petites doléances : le choix est un peu maigre, deux types de sandwichs froids... bon ça pourrait être pire pas de choix du tout...et puis niveau boisson pour les "alcooliques" ça peut aller : rosé, vin blanc, bières... mais pour les soft : coca ou bien eau... alors que je rêvais d'un bon jus de fruit pour me donner du peps. Dommage, un petit picnic taboulé/rosé/pastèque ça aurait été carrément bien dans cette jolie pinède. Et puis, pas de trace de la moindre poubelle...



Ensuite, place au hip-folk (moi je dirai plutôt hip-pop) des californiens Why ?
Signés chez Anticon, les chansons que je connaissais d'eux étaient plus hiphop expérimental que ce qu'ils nous ont délivré ce soir.
Apparemment, avec leur nouvel album ils ont entamé un virage plus pop, et c'est une très très bonne surprise.



Je suis pour ainsi dire tomber amoureux. Déjà ces petits gars, avec leur look d'étudiants un peu timides et presque trentenaire, donnent l'impression d'être gentils comme tout (bon les impressions, je sais...) et leur musique est souvent d'une douceur qui fait carrément du bien.



Le batteur a une sacrée bonne bouille et je me dis que je le verrai bien dans les Beastie boys. Quand j'ai appris qu'il s'appelait Josiah et son frère, le chanteur, Yoni j'ai mieux compris la parenté avec les BBs...



Tous les quatre sont des multi-instrumentistes, avec même un passage basse+grosse caisse pour Josiah.
Le xylophone accentue le côté poétique et propice à la rêverie de certaine de leurs chansons.



Dans le public, un japonais (?) à casquette bleue et à grandes lunettes écoute ça religieusement avec les mains croisées... Parfois, Why ? se fait un peu plus énergique, tout en gardant sa personnalité.
Au final, un moment vraiment tendre et magique là où je m'attendais à de l'expérimentation cérébrale...



Deuxième changement de plateau, et j'en profite pour faire un petit tour et pour contempler le panorama nocturne sur Hyères...tripant.



Ensuite, c'est au tour du sauvage James Chance (aussi connu sous le nom de James White) et ses Contorsions [+ Robert Aaron] d'investir la scène. James Chance est un artiste mythique, précurseur de la no-wave à la fin des 70s. La no-wave est un style qui brasse jazz-punk et rythmes afro hypnotiques. Un improbable mélange de musiques cérébrales et de rythmiques très organiques, avec un chant assez barré...



James dans sa veste 50s trop grande et avec sa banane, fait d'emblée penser à une sorte de cousin de Jerry Lee Lewis. Mais quand la musique démarre et qu'il braille ou entonne des parties de saxo dissonantes là on pense plus au jazzman détraqué de Lost Highway.

Bon je n'ai pas trop accroché au personnage et certains titres un peu plus blues étaient limite chiants mais en revanche dans les moments les plus épileptiques c'est carrément la transe des grands soirs !



Celui qui m'a en fait le plus rendu dingue est cet incroyable batteur, au regard magnétique (un peu maquillé, non ???) et qui semble faire corps avec son instrument. Il envoie des rythmiques charley limite techno couplées avec des roulements primitifs qui me font bien décollé du sol. En plus, c'est le beau gosse absolu, je trouve. Bon, allez ce soir je fais mon coming out...



Finalement, après être aller uriner pendant un blues un peu chiant et après que le James ait invité sur scène une danseuse frénétique du public, avec qui j'avais un début de ticket... RaaaahhhhannnhHaaa...... Ils terminent par une reprise complètement détraquée de James Brown. Il me semble bien avoir reconnu Mashed Potatoes.

Puis, ils reviennent pour un petit rappel malgré le timing limité des sets.
Et à nouveau ils partent dans une reprise foutraque de James Brown et cette fois-ci je crois bien qu'il s'agit de Hot Pants...
Un final orgiaque qui rattrape les quelques moments légèrement moins passionnants.



Conclusion : le vrai grand concert de la soirée reste pour moi celui de Why ?, même si les deux autres groupes ont aussi bien assurés, donnant au final une soirée d'une qualité rare. Je reste vraiment emballé par ce Midi festival et je regrette un peu de ne pouvoir rester pour les deux soirées suivantes...A l'année prochaine.

 Critique écrite le 18 août 2008 par Roo_Ha_Kim


Midi Festival : les dernières chroniques concerts

House Of The Molly + Empath + Moïse Turizer (Midi Festival) en concert

House Of The Molly + Empath + Moïse Turizer (Midi Festival) par Sami
Port des créateurs, Toulon, le 26/10/2019
Une nouvelle édition du festival MIDI c'est toujours l'occasion de passer un bon moment avec des découvertes indie ou electro. Si je n'ai pas pu me rendre à la première soirée avec... La suite

Midi Festival 2013 : The Horrors, Peter Hook & The Light en concert

Midi Festival 2013 : The Horrors, Peter Hook & The Light par Sami
Hippodrome de la Plage, Hyères., le 26/07/2013
Alors que les autres bons festivals Varois (Rockorama et Plages De Rock) ont du malheureusement annuler leur édition cette année, on est plutôt content de pouvoir se rendre à la... La suite

Bon Iver + Thurston Moore's Chelsea Light Moving + Arthur Beatrice (MIDI festival 2012) en concert

Bon Iver + Thurston Moore's Chelsea Light Moving + Arthur Beatrice (MIDI festival 2012) par pirlouiiiit
Hippodrome de Hyères, le 28/07/2012
Après avoir assisté au très bon concert de Aline à la Villa Noailles, avoir pris un Nnorvégien et son pote en stop à l'arrière d'une AX sur une demi banquette à la mousse cuite... La suite

Aline (MIDI festival) en concert

Aline (MIDI festival) par Pirlouiiiit
Villa Noailles - Hyères, le 28/07/2012
Depuis que j'ai compris que cet été je ne pourrai pas prendre de vacances, je suis content de m'être engagé à l'avance sur quelques trucs les week-end, sinon je serais resté chez... La suite

Hifiklub : les dernières chroniques concerts

The Spitters + Grand Balcony Twang Machine + Hifiklub en concert

The Spitters + Grand Balcony Twang Machine + Hifiklub par zOrg
Korigan - Luynes, le 10/05/2014
C'est suite à un clic gauche accidentel sur une page web, que j'apprends que HIFIKLUB joue ce soir au Korigan. Ouah super ! Découvert lors de l'édition 2013 du festival THIS IS NOT... La suite

Get Back Guinozzi + Hifiklub en concert

Get Back Guinozzi + Hifiklub par Sami
Le Lounge - Marseille, le 09/10/2010
Pour mon premier concert post-Marsatac, retour à la triste réalité des soirées rock indé marseillaises. Ce n'est pas pour faire le rabat joie mais un groupe encensé par les... La suite

(mon) Marsatac 2007 : Architecture in Helsinki, HifiKlub, The Divine Comedy, The Dead 60s, The Young Gods, Gus Gus, Simian Mobile Disco en concert

(mon) Marsatac 2007 : Architecture in Helsinki, HifiKlub, The Divine Comedy, The Dead 60s, The Young Gods, Gus Gus, Simian Mobile Disco par Philippe
Esplanade Saint-Jean, J4 de Marseille, le 28/09/2007
Alors d'abord je tiens à dire que toutes les chroniques postées jusqu'ici sur ce festival sont vraiment particulièrement nazes ! Non c'est bon, je plaisante les gars... C'est au... La suite

The Dead 60s, the Divine Comedy, Architecture in Helsinki, Swayzak, Nathan Fake, Hifiklub, Henry et Georgette... en concert

The Dead 60s, the Divine Comedy, Architecture in Helsinki, Swayzak, Nathan Fake, Hifiklub, Henry et Georgette... par stéphane sarpaux
festival Marsatac, J4, Marseille, le 28/09/2007
Il fut un temps où le festival Marsatac, mieux reconnu en France que dans sa bonne vieille ville de Marseille, ne savait pas trop où poser ses scènes. Et c'est vraiment par... La suite

James Chance : les dernières chroniques concerts

(Mon) Art Rock 2008 : The Noisettes, BB Brunes, Daniel Darc, James Chance & The Contorsions, Des Jeunes Gens Mödernes (növö), Poni Hoax en concert

(Mon) Art Rock 2008 : The Noisettes, BB Brunes, Daniel Darc, James Chance & The Contorsions, Des Jeunes Gens Mödernes (növö), Poni Hoax par Philippe
Place Poulain Corbion / Forum Passerelle, St Brieuc, le 09/05/2008
Le tourisme de festival est décidément une bien belle et enviable activité ! Pour changer des grosses Eurocks/Rock en Seine, on est passé récemment aux Artefacts, et nous voici à... La suite

James Chance & the Contortions par Bob Arctor
Le Montévidéo, Marseille, le 09/05/2007
James Chance passe sous mon nez, ventrou engoncé dans son costard orange, banane Eddymitchellienne posé sur gros crane vieilli. Il porte le poids du rock sur ses épaules. Quel fardeau pour un type qui insultait les gens aux Bains Douches en leur reprochant d'être idiots d'écouter toujours la même merde. Faut le comprendre. James Chance est comme... La suite

Why ? : les dernières chroniques concerts

Why? + Naytronix en concert

Why? + Naytronix par Sami
Embobineuse, Marseille, le 25/11/2012
On a un peu trop l'habitude de voir des concerts annulés au dernier moment que quand l'inverse se produit l'enthousiasme est de mise. Annoncée seulement une semaine avant, la venue... La suite

Sigur Ros, Tindersticks, Girls In Hawaii, Poni Hoax, The Breeders, Why ?, No Age, The Notwist, Adam Kesher, French Cowboy, The Ting Tings, The Do, The War On Drugs, Pivot, Menomena, Midnight Juggernauts (La Route du Rock 2008) en concert

Sigur Ros, Tindersticks, Girls In Hawaii, Poni Hoax, The Breeders, Why ?, No Age, The Notwist, Adam Kesher, French Cowboy, The Ting Tings, The Do, The War On Drugs, Pivot, Menomena, Midnight Juggernauts (La Route du Rock 2008) par Pierre Andrieu
Fort de Saint-Père, Saint-Malo, le 16/08/2008
Très bonne édition de la Route du Rock 2008, un "petit" festival qui - après une période difficile cette année - semble reparti du bon pied grâce à une programmation classieuse... La suite

Villa Noailles - Hyères : les dernières chroniques concerts

Aline (MIDI festival) en concert

Aline (MIDI festival) par Pirlouiiiit
Villa Noailles - Hyères, le 28/07/2012
Depuis que j'ai compris que cet été je ne pourrai pas prendre de vacances, je suis content de m'être engagé à l'avance sur quelques trucs les week-end, sinon je serais resté chez... La suite

François Virot + the Wave Pictures + Jeremy Jay + Skeleton$ (MIDI festival 2009 - jour 3) en concert

François Virot + the Wave Pictures + Jeremy Jay + Skeleton$ (MIDI festival 2009 - jour 3) par Pirlouiiiit
Villa Noailles - Hyères, le 26/07/2009
Je comptais d'attendre d'avoir fini un article (beaucoup plus) scientifique avant de m'attaquer la narration de ce troisième jour du festival MIDI, mais je suis tombé sur les... La suite

Air par Monsonge
Villa Noailles, Hyères, le 27/06/2002
Un peu déçu par rapport à la grandiose performance du Moulin à Marseille, mais c'était quand même bien sympa. Le concert fut court, (moins d'une heure) mais l'ambiance était assez magique, avec les arbres qui ondulaient au souffle du vent. Les morceaux restaient dans un ton planant, d'ailleurs le public était assez endormi me semble-t-il au début,... La suite