Accueil Chronique de concert Monkomarok
Dimanche 5 décembre 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Monkomarok

La Gare, Coustelet (84) 22 février 2002

Critique écrite le par

Qu'est ce que ca fait du bien d'entendre ca !!
Ca, c'était Monkomarok et c'était tout simplement de la musique, de l'imaginaire, de l'énergie.

Enfin, quelque chose qui change de l'air du temps qui tend à s'asphixier un peu je trouve, non ?
D'accord, il y a de la chanson souvent de bonne qualité mais 1000 fois entendue, du festif pour s'amuser mais bon ..., de l'electro mis à toutes les sauces, ... Soit.
Bref, je trouve qu'il y a plein de choses de bonne qualité mais rien qui vraiment ne procure une émotion forte, une sensation de vie, de découverte, de remise en cause, de jubilation, d'amour ou de colère ...
De la musique forte quoi !
Meme Sanseverino et qui est passé à La Gare 15 jours avant pour un concert ultra sympathique, et dont j'adore le tube et la voix et que tout ce qu'il fait est bien et sincère... OK, certes, mais c'est déjà si connu de nous tous que j'ai l'impression que ca tient pas dans les meninges très longtemps. C'est terrible de dire cela, non? Suis-je normale ? Est-ce une course effrénée et aride à l'éternelle nouveauté ? Je ne sais pas...

Bref, en tout cas, me voilà en ce vendredi à La Gare, un de mes endroits préférés. Ce soir, non loin de là à Cavaillon, il y a aussi de l'"Electro-Jazz" avec La Phaze et Cosmik Connection. Mais bon, mon copain Adrien m'a fait ecouté le premier opus d'un groupe toulousain, monk o maroc, "din din dan" , écoute-ca qu'il m'a dit. Bon voyage déjà, avec ce disque plein de fraicheur jazz-orientale, alors allons-y...
Et voilà, arrivée dans la salle 2 minutes avant leur arrivée sur scène vers les 22h. C'est bon signe :-) Une grosse centaine de personnes en ce debut de concert.
Ils s'installent donc à leur place ... et je ne sais pourquoi, mais c'est déja hypnotique, attirant !?
Le sax a une clarinette basse et un gros fatras (de samples) sur une table. Chouette. La chanteuse, dreadlocks colorées en l'air, est là, bien là. Une table de percussions et d'objets est posée à coté de la batterie. Enfin, le bassiste est accroupi, en attente derrière un beau fourre-tout de pédaliers et machines à sons.

Et c'est parti. D'entrée, c'est mystique, tout en nuance puis en puissance. Un grosse énergie se dégage sur l'intro en forme de transe orientalisante aux accents electro, le public crie, moi aussi.. Puis, ça repart tout bas, en silence pour une histoire de petit garcon Theo qui finit en afro-beat. Après, je ne sais plus, mais ce que je sais, c'est que ca ne s'arrêtera qu'à la pause (corde cassée du bassiste) ...
La reprise est magique, on ne s'ennuie pas une seconde. On écoute, on danse, puis on sourit. C'est beau, intense, risqué, jubilatoire.
Alima, la chanteuse est magnifique et tellement différente de ce qu'on attend d'une chanteuse. Une Brigitte Fontaine maghrebine? La paire rythmique est absolument hors-normes, que dis-je étourdissante, incroyable meme (j'ai jamais vu ça de ma vie auparavant ! ). Les sons générés par le saxophoniste et mixeur, toujours étonnants. Les mélodies sont subtiles et accrocheuses, ou simplement belles.
C'est souvent l'Orient qui fait le lien dans leur musique. Une espèce de musique du voyage. Et puis, à partir de là, la surprise est quasiment toujours là, soit dans l'improvisation jazz, soit dans le texte surréaliste, soit dans les sons électro, soit dans l'énergie carrément rock (le bassiste est en transe du début jusqu'à la fin).
Plein d'images me sont passées dans la tête. Cette histoire de Lune...de théo ... cette basse au son electro-didjeridoo ... ces chants incantatoires ... ces mélopées du monde ... cette histoire de Michaux.... et ce final tout en joie et en danse pour se défouler.
Ah oui, j'oubliais la techno bosniaque suivi de "din din dan" , énorme !! Ils sont seulement les 3 instrumentistes à ce moment-là.
Il est vrai que leur prestation instrumentale est tout simplement impressionante et que ca scotche la plupart des gens (au vu des commentaires entendus après "ca fait plaisir d'entendre des vrais musiciens").
2 rappels, forcément et tout le monde finit un peu hagard !!
Comme tout ca s'est passé trop vite, je viens d'acheter le 2nd disque, "au plafond" à la Fnac d'Avignon. Oui, c'était bien cela. Il est superbe.

 Critique écrite le 04 mars 2002 par dédé


Monkomarok : les dernières chroniques concerts

MONK O MAROK + GUS WEG Watergang par Barnabulle
Cave a Musique / Macon , le 03/03/2001
Soirée découverte, musiques nouvelles ce samedi là.Description alléchante de la cave à musique: on parle de Crimson, de jazz, d'Akosh et de Lo'jo qui traine.Affiche alléchante: Le Gus Weg Watergang de Marseille qui s'est fait sa petite réputation avec son jazz trash rock déjanté et un groupe toulousain dont j'ai entendu parler plusieurs fois (des... La suite

La Gare, Coustelet (84) : les dernières chroniques concerts

GoGo Penguin en concert

GoGo Penguin par Flag
La Gare - Maubec, le 10/04/2015
Vendredi dernier, La Gare du Coustellet ouvrait ses bras à un trio de jazz au nom improbable de Gogo Penguin. Les trois musiciens monteront sur scène pratiquement sans un... La suite

Hugh Coltman + The Red Rum Orchestra en concert

Hugh Coltman + The Red Rum Orchestra par Lionel Degiovanni
Gare de Maubec - Coustellet, le 14/03/2013
Un soir de semaine, que faire de mieux que d'aller à un concert, passer une bonne soirée avec de bons artistes..... c'est donc chose faite en allant voir Hugh Coltman à la Gare... La suite

Dupain en concert

Dupain par Celine
la gare Maubec, le 09/03/2013
"Dupain se reforme et propose un concert à la Gare le 9 mars?!!! OUHAIAIAIAI!! Venez on y va!!" Et nous voilà parties à Maubec voir Dupain à la Gare, autant dire : nous voilà... La suite

Owlle en concert

Owlle par Lionel Degiovanni
La Gare - Coustellet, le 05/02/2013
Ce soir, direction la Gare de Coustellet pour aller découvrir une jeune artiste qui commence à passer sur les ondes radio ; beaucoup de gens autour de moi me disent " ah oui, tiens... La suite