Accueil Chronique de concert Nevchehirlian + Luciole
Vendredi 22 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Nevchehirlian + Luciole

Nevchehirlian + Luciole en concert

Escale Saint Michel - Aubagne 14 Mars 2009

Critique écrite le par

L'Escale Saint Michel à Aubagne est située dans la MJC de cette petite (pas si petite que ça, mais bien dans l'ombre de Marseille) ville. Elle accueille des artistes pour des concerts avec une bonne régularité sous la houlette d'une de ces associations que j'adore. Une de ces associations motivées qui se bougent et sans lesquels ces villes ressembleraient à des déserts musicaux. A la MJC d'Aubagne, comme dans la plupart de ces salles associatives, l'accueil est chaleureux, et on sent que les gens qui sont là sont passionnés par ce qu'il font. Ce soir-là, ils recevaient Luciole et Nevchehirlian pour une soirée... "slam". Même si Luciole et Fred Nevchehirlian ont cette étiquette slam clouée dans le dos, cette soirée n'aura, jusqu'à la dernière partie (une scène ouverte "un poème = une boisson offerte") pas vraiment des airs de soirée slam... Et j'en suis fort aise...

Après une rapide présentation des artistes, et l'annonce du décès d'Alain Bashung, qui plombe complètement le début de la soirée, Luciole et ses deux musiciens (Jérôme Plasseraud, un guitariste "né à Aubagne" et Antoine Arroyo batteur / bassiste / sampleur) arrivent sur scène. Heureusement, le peps de la petite et charmante Luciole remonte un peu le moral d'un public très attentif et mélangé (composé pour une moitié de familles au complet, de la grand-mère souriante au gamin remuant, et pour l'autre d'un public plus habitué aux salles de concert rock).



Luciole captive apparemment la salle, et je me laisse prendre au jeu pendant les premières chansons. Malheureusement, la lassitude arrive vite, et même si je n'ai pas grand chose à reprocher à ses textes, à la musique qui l'accompagne, ni à la maîtrise qu'elle a de sa voix, je dois avouer que son univers ne me touche pas vraiment... Je venais en totale inconnaissance de ses chansons, ayant juste lu un article élogieux sur son récent album dans un hebdomadaire qui venait de lui distribuer des fff. Une seule de ces chansons me fera penser que Luciole peut arriver à m'accrocher, une des dernières de son set (moi aussi je suis resté attentif) sur laquelle elle scandait un énergique "Elle ne pense qu'à ça"...



Après un rappel, Luciole laisse la place au quatuor composé de Fred Nevchehirlian, Christophe Rodomisto (à la guitare), Julien Lefevre (violoncelle, guitare acoustique et basse) et Stéphane Paulin (à la batterie ce soir-là à la place de Tatiana Mladenovitch). Une première pour moi qui suit ce que fait Nevchehirlian depuis ses début en solo (sur son myspace), et depuis un concert atypique (unique et magnifique) donné en novembre dernier à Arles (concert en collaboration avec Guylaine Renaud et Antoine Chao) ... Une première pour moi, donc... Une première pleine d'attente, d'espoir et d'interrogation.



Le Set commence fort avec La grande bourge et Dans le stade, deux chansons de l'album à venir de Nevchehirlian (Monde nouveau, monde ancien qui sort fin avril). Deux chansons qui font monter le son et le ton. La grande bourge démarre tranquillement, presque chuchotée ("on peut avoir un peu pitié du bonheur des gens qui crèvent la dalle"), sur un rythme primitif, pour monter crescendo, et permettre à Dans le stade d'exploser en imposant un autre de ces rythmes envoûtant. Le texte est posé ("et maintenant, je les vois dans le stade autour, TOUT autour de nous"), le ton est combatif ("des gueules de boxeurs, des mecs qui envoient") et le son pur (même si l'acoustique de la salle paraît perfectible)... Sous des airs de morceaux rocks se cachent des textes splendides qui, ceux-ci, me touchent en plein cœur.



L'homme troué qui suit, sur un air plus calme, des harmonies plus sages, et un phrasé qui me fait penser à Dominique A y arrive également. La tension retombe avec les deux morceaux suivants. Deux titres magnifiques, mais nettement moins rocks (le superbe Des milliers de gestes et La beauté des jours qui se lèvent). Heureusement, Fred et ses acolytes relancent la machine avec L'univers parmi nous, un des plus beaux titres de cet album à venir. TOUT y est: le rythme lancinant de la guitare claire de Fred, les nappes fascinantes de celle de Rodomisto, la batterie et la basse qui martèlent, et un texte digne de ceux chantés par le défunt du jour... Frisons assurés si on écoute le texte, bougeotte obligatoire si on se laisse entraîner par la musique. TOUT ce que j'aime !



La suivante, Où vont-elles ? enchaîne avec un de ces rythmes que j'ai qualifié de "primitif" plus haut... Un rythme tribal et entêtant. Une voix désespérée qui porte un texte de haute couture... Ce n'est plus seulement l'ombre de Dominique A qui plane, mais celles de Diabologum (#3), Bertrand Cantat et celles de TOUT autre artiste ou groupe français que j'aime... Je suis sur un nuage, Fred Nevchehirlian semble l'être aussi... En tout cas, il faudra un petit accrochage au début de La mer pour qu'il revienne parmi nous et se reconcentre totalement avant de nous donner un Les filles, les garçons sobrement et excellemment interprété : Fred et Julien Lefevre seuls, le premier plaçant ses mots avec sourire, le second jouant du violoncelle comme on gratte une guitare sèche.



TOUT peut arriver à présent. TOUT, une chanson écrite par Ronan Chéneau, et donc l'interprétation par Fred Nevchehirlian et son groupe à Marsatac l'an dernier avait fini de me mettre l'eau à la bouche concernant ce fameux album à venir (je n'y étais pas, mais la vidéo de cette performance se trouve sur le net). TOUT, un mot martelé : "[...] TOUT est beau et actif et risible, TOUT à la classe est confortable parfait limpide agressif [...] TOUT est magique et dansant, TOUT n'est pas tromperie chimère mensonge foutaise ou faux-semblant [...]". Quasiment TOUT Nevchehirlian est là, dans ce texte, cette chanson, mélange de douceur et d'agressivité, de bonheur et de désespoir... On aimera alors que TOUT nous soit offert, TOUT, jusqu'au final Tant cendre que poussière de circonstance. Nevchehirlian et ses musiciens nous ont donné un pur moment de bonheur ce soir là.



Soir pendant lequel j'ai pris la contre allée, me suis emporté, transporté avec la force décuplée des perdants qui nous a fait danser ensemble à se donner la main. L'ombre d'un géant planait dans le silence ou dans le bruit, l'ombre de celui dont les bras connaissent les impasses et les grands espaces, et même s'il n'était pas question que j'perde le feeling, il fallait bien cette performance de Nevchehirlian pour que cette ombre laisse percer une légère éclaircie.




Nevchehirlian : les dernières chroniques concerts

Catherine Ringer chante Les Rita Mitsouko + Sovox + Fred Nevché (Fiesta des Suds 2019) en concert

Catherine Ringer chante Les Rita Mitsouko + Sovox + Fred Nevché (Fiesta des Suds 2019) par Sami
J4, Marseille, le 10/10/2019
C'est parti pour la 28ème édition de la Fiesta des Suds, encore une fois au J4 pour trois soirées évidemment toujours très courues. L'endroit est plus visuellement beau que les... La suite

Shooting Stars (Nevchehirlian, Etevenard, Rodomisto) - feat. Marilyn Monroe & Kurt Cobain en concert

Shooting Stars (Nevchehirlian, Etevenard, Rodomisto) - feat. Marilyn Monroe & Kurt Cobain par Philippe
Théatre du Merlan, le 18/11/2016
Avant d'être un événement culturel, ce fut un événement sportif. Car cette soirée a permis à l'auteur de valider une hypothèse déjà plusieurs fois étudiée mais non approfondie :... La suite

Interview Nevche en concert

Interview Nevche par Sami
Théâtre Le Merlan, Marseille, le 20/05/2016
Une conversation. Où les silences comptent autant que les mots, les sourires autant que les regards. Au bord de l'eau #10 - Nevche par LARTSENIC Merci Frédéric... La suite

Jeanne Added + Fred Nevchehirlian en concert

Jeanne Added + Fred Nevchehirlian par Sami
Théâtre Le Merlan, Marseille, le 20/05/2016
Une fois n'est pas coutume le concert de la soirée ne se passe ni dans une des salles habituelles ni en centre-ville, mais dans les quartiers nord et plus précisément au Théâtre Le... La suite

Escale Saint Michel - Aubagne : les dernières chroniques concerts

Nafas + Temenik Electric en concert

Nafas + Temenik Electric par Marcing13
L'Escale - Aubagne, le 21/02/2014
Le plateau de la soirée proposé par la MJC d'Aubagne annonçait une soirée très variée en terme d'influences musicales, avec toutefois un dénominateur commun : la musique nord... La suite

L + AimbAss en concert

L + AimbAss par Flag
l'Escale - Aubagne, le 17/12/2011
AimbAss + L Amis lecteurs, écartez les enfants de cet écran.La première partie de cette chronique n'est pas à mettre entre tous les yeux. L'arrivée à l'Escale d'Aubagne se fait... La suite

Soma + Skip the Use en concert

Soma + Skip the Use par Mkhelif
L'Escale - Aubagne, le 08/04/2011
Ce soir deux groupes que je suis depuis un petit moment : Soma en première partie de Skip the Use à l'Escale d'Aubagne. Arrivé sur place je récupère ma place et demande les... La suite

Belphegor'z + LaFayette + the Last en concert

Belphegor'z + LaFayette + the Last par the Vaccuopilot
L'Escale - MJC Aubagne / Aubagne, le 29/01/2011
Si l'on pénètre dans une salle obscure depuis l'extérieur où il pleuviotte sur un début de nuit frileux et désertique et que l'audience y est clairsemée, on se presse... La suite