Accueil Chronique de concert Belphegor'z + LaFayette + the Last
Vendredi 3 juillet 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Belphegor'z + LaFayette + the Last

Belphegor'z + LaFayette + the Last en concert

L'Escale - MJC Aubagne / Aubagne 29 janvier 2011

Critique écrite le par

Si l'on pénètre dans une salle obscure depuis l'extérieur où il pleuviotte sur un début de nuit frileux et désertique et que l'audience y est clairsemée, on se presse instinctivement vers le fond, contre la console, et on tente de s'acclimater à la soudaine pression sonore en découvrant le spectacle. A partir de là, c'est quitte ou double. Et comme le spectacle est brutal, j'aime tout de suite.

Belphegor'z. Le Larousse des enfants du rock est jeté sur le sol dallé de l'Escale, tailladé par les rais obliques de projecteurs rouges qui bavent sur ce quatuor saisissant qui sent immédiatement la sueur. On voudrait parler de rescapés mais ce serait stupide, le mieux c'est encore de jouir de cet incroyable spectacle : deux icônes écornées portent en bandoulière l'héritage de ce rock frappé de la malédiction des idoles brûlées, aux côtés de deux mercenaires embrigadés à l'intérieur de leur roadster cahoteux. Une chanteuse délicieusement rauque, encornée léopard, moulée dans un short paillette, perchée sur des escarpins et scotchée dans son trip électrique de révolte ouvrière échange une complicité potache avec un bassiste émacié et casquetté tout droit sorti des backrooms new-yorkais des 80's au milieu d'un déluge foutraque de gimmicks crasseux.



Un red-neck casquetté pilonne une batterie minimaliste à l'aide de biceps sérieusement ouvragés, et bien plus placidement, sur la gauche de la scène, un guitariste à l'antithèse no-trend plaque ces riffs qui font, défont et refont l'histoire de la musique électrique depuis la moitié du siècle dernier, sans sourciller. C'est tout à la fois grossier, poisseux, sexuel, lourd, blasé, assourdissant, poseur, décalé, c'est profondément régalant, essentiel, sans la moindre tentative d'exceller. C'est con comme du rock. J'adore.



Changement de plateau. Changement clair d'atmosphère. Audience clairsemée. Samedi soir semi-pluvieux. Quand LaFayette envoie ses premiers accords, la pression acoustique prend inévitablement quelques degrés trapus, que l'on a à peine le temps de digérer avant que la front-woman n'entre en scène, comme une créature.
Dès le départ, on comprend qu'il va s'agir d'un truc rodé à la ceinture, issu d'heures de mises en places soigneusement réfléchies. Le total contre-pied des Blephegor'z, en somme.
Elle est immense, sublime, sexy, elle est impressionnante, sauvage, offensive, omniprésente, échevelée de blanc, provocante, rugissante, phéromonée à mort, lascive, ultra-lookée et... elle le sait.
Ouch.
Ca oui, elle le sait.
Au début, c'est franchement drôle. Ca fonctionne sans le moindre problème, ses quatre Sidemen envoient un pilon decibelistique un peu poseur mais de bon augure que l'ingénieur du son met un temps raisonnable à préciser, et le décor se plante : on navigue allègrement en plein revival fusion 90's, de TM Stevens à King's X en passant par Parliament, Satriani ou Pearl Jam, et la fille nous décompose la palette des "female rock stars" en ressuscitant successivement, et sans barrières, le souvenir emmêlé de Tina Turner, de Skin, de Janis Joplin mais aussi de Lenny Kravitz, d'Ebony Bones ou de Corey Glover.



Le hic, c'est qu'au bout de quelques minutes à peine le mood commence à dévier : visiblement, la modestie de l'audience la rend acerbe, et ne satisfait ouvertement pas une envie violente de starisation charismatique exigeant le délire extatique d'une foule compacte... De premières mauvaises apostrophes fusent depuis la scène, et l'on se surprend à se sentir houspillé de façon vaguement désagréable, entre ironie et provoc, avant que... l'ironie ne prenne définitivement le pas, à quelques centimètres à peine d'une aigreur, puis d'une agressivité de mauvais augure. Dès lors, pente descendante : au fur et à mesure que le set se déroule, la placidité des quelques 100 personnes découvrant les encore peu connus LaFayette va faire monter la belle créature dans les tours. Bien que le groupe délivre un show exemplaire, sans un seul instant donner l'impression de jouer à l'économie face à la rareté quelque peu démotivante de l'audience, leur rock s'empoussière finalement vite, et bien qu'exécuté d'une main de maître, ne parvient pas à maintenir l'effet de surprise du premier morceau. Par-dessus, par devant, tout autour, tout dedans, la front-woman alterne auto-motivation et harangues qui deviennent toutes deux d'un too-much exponentiel, avant de finir invariablement par flinguer un show que l'on sentait "calibré pour le succès".



La loi du concert est dure : jouer loin de chez soi devant très peu de gens reste une expérience violemment déplaisante, dont on sait qu'il n'existe que peu d'échappatoires : tenter de galvaniser l'auditoire circonspect, affaibli par l'absence d'effet de masse, et réussir. Tenter de galvaniser l'auditoire circonspect, affaibli par l'absence d'effet de masse, et échouer.
Là, en l'occurrence, LaFayette échoue.
Rien à reprocher, au demeurant. Il faut au contraire louer sans le moindre bémol l'énergie, la motivation et le professionnalisme du combo qui met tout en œuvre pour délivrer ce show à priori imparable. Mais voilà, quand la mayonnaise ne prend pas, il devient stérile de s'acharner dessus, au risque de frôler une situation où l'énergie du désespoir, de porteuse, vire pathétique. LaFayette et sa chanteuse auront sauté à pieds joints dans ce piège implacable, et en plus de leur set, nous aurons été forcé de partager aussi leur rancœur, leur déception, leur rage et leur frustration. Et ça, ma foi, c'était pas vraiment agréable à partager, à vrai dire. Cette salle clairsemée, pourtant attentive, pourtant presque séduite, du coup, s'est caparaçonnée dans une forme d'inquiétude mi-amusée mi-craintive tandis qu'au milieu d'eux, implorante mais dominatrice, harangueuse mais orgueilleuse, suppliante mais directive, la splendide créature rugissait sa colère à son encontre. Peut-être eut-il été plus sage de maintenir ce niveau de qualité sur scène, et de circonscrire ce concert difficile à un set enlevé, carré, puissant, accrocheur, sans chercher à s'emparer d'un public obéissant à contrecœur à cette succession d'ordres éructés à "faire la fête". LaFayette a passé un mauvais moment en notre compagnie, ce soir là, à Aubagne. De fait, ce fut mutuel.



Le dernier changement sera rapide, et là où l'on aurait pu s'attendre à une raréfaction létale de cette audience déjà maigre, l'inévitable départ des couche-tôt n'aura pas été fatal à the Last, qui a la difficile tâche de donner suite à cette montée d'aigreur précédente. Double peine pour les quatre pub-rockers : ils sont là en "remplacement" de Dissonant Nation, young power trio en pleine ascension, activement soutenu localement, ayant subitement déclaré forfait à la dernière minute en laissant sur le carreau une fan-base dépitée.



Qu'à cela ne tienne : les Last font soudainement exploser une vague de bonne humeur débridée purement salvatrice, à l'aide d'un rock délicieusement ventru servi par une tripotée de titres aussi courts qu'efficaces enchaînés sans aucun temps mort, et avec classe. On ne peut s'empêcher de re-découvrir ce combo qui a eu tendance à s'engluer dans le syndrome "rock à l'anglaise" de façon un peu paillarde et trop débraillée : des heures de travail sont visiblement passées par là, car les Last que l'on voit ce soir sont métamorphosés : le set est parfaitement maîtrisé, frais, puissant, dansant, really catchy, les gars se donnent à fond dans une bonne humeur communicative, et pourtant ils occupent ce soir-là la "place du mort" en délivrant leur show après que minuit ait sonné... Il semble évident que ces quatre lascars se sont fermement décidés à se tailler une place sur la scène rock hexagonale, et ma foi, on ne peut que reconnaître qu'ils s'y emploient à merveille...

>


Que ceux qui, comme moi, avaient un peu trop rapidement catalogué les Last au rayon des garage-bands à écouter à la titube se reprennent : il semble qu'il soit temps de suivre the Last car on tient là un groupe, un vrai.
Hurrah.

> Réponse le 03 février 2011, par Mkhelif

Super chronique qui nous baigne complètement dans l'atmosphère de ce concert. J'ai eu le même sentiment pour la prestation de LaFayette. Une claque sur la première chanson qui laisse rapidement place à de la lassitude de se faire crier dessus.  Réagir

> Réponse le 08 février 2011, par zorbek

Analyse très juste. Ce n'est pas The Belphegor'z mais Belephegorz. J'ai beaucoup aimé le guitariste des The Last. Erik Zorbek (guitariste des Belphegroz)  Réagir


Lafayette : les dernières chroniques concerts

Dum Dum Girls + Kill The Young + Lafayette en concert

Dum Dum Girls + Kill The Young + Lafayette par Kristhelheim
Cabaret Aléatoire - Marseille, le 23/04/2011
Samedi soir, soirée rock que j'attendais avec impatience. Je m'y suis rendu tranquillement, en un temps record je crois bien, personne sur la route, tout le monde se préparant... La suite

Dum Dum Girls + Kill The Young + Lafayette en concert

Dum Dum Girls + Kill The Young + Lafayette par sami
Cabaret Aléatoire - Marseille, le 23/04/2011
Belle soirée rock dans un Cabaret pas trop vide malgré le contexte (mauvais temps, week end de Paques...) peu propice à attirer du monde. Lafayette, nous voilà. Groupe... La suite

The BelpheGorZ : les dernières chroniques concerts

Festival Phocea Rocks : Belphegorz + Coyotes Dessert + Shun and the Happy Family en concert

Festival Phocea Rocks : Belphegorz + Coyotes Dessert + Shun and the Happy Family par pirlouiiiit
Lounge - Marseille , le 13/07/2013
Plus d'un mois après et de nombreux concerts plus tard, pas facile de se replonger dans cette soirée (pourtant sympathique) au Lounge ... mais mieux vaut tard que jamais. Ce soir... La suite

Sonny Vincent + Belphégor'z en concert

Sonny Vincent + Belphégor'z par Odlizz
La Machine à Coudre - Marseille, le 03/06/2009
C'est fou de rentrer dans une salle de concert et de constater que pour les mêmes genres de concerts, on croise un public tout neuf à chaque fois, qui doit sortir ses beaux... La suite

The Last : les dernières chroniques concerts

The Last + Panic Room + Give Me An Aim en concert

The Last + Panic Room + Give Me An Aim par Jul
Muzikomania - Marseille, le 15/10/2011
Un Samedi soir, le 15. De quel mois, on ne sait plus trop tellement il fait chaud. On est mi-octobre. Dans ce bar, Club, salle de concerts... Muzikomania à Marseille, 3 groupes se... La suite

the Last + LSnBB + Drowning On Dry Land + Emma&Luk + Strawberry for Charly ... (Fête de la Musique 2011) en concert

the Last + LSnBB + Drowning On Dry Land + Emma&Luk + Strawberry for Charly ... (Fête de la Musique 2011) par Pirlouiiiit
plages du Prado - Marseille, le 21/06/2011
J'ai coutume lorsqu'on me demande ce que je vais faire pour la fête de la musique, de répondre que la fête de la musique c'est toute l'année, et en général je finis à la Maison... La suite

The Last + Nation All Dust en concert

The Last + Nation All Dust par Sami
Poste à Galène, Marseille, le 19/06/2010
Si après une semaine pluvieuse au son des Vuvuzelas, vous vous êtes dit "J'entends plus la guitare", c'est au Poste à Galène qu'il fallait être ce samedi pour une belle affiche... La suite

Plastic Bag + Splash Macadam + Dissonant Nation + The Last en concert

Plastic Bag + Splash Macadam + Dissonant Nation + The Last par Billy Bones
Le Baby - Marseille, le 09/05/2009
Note de Live In Marseille : après vérification, cette chronique a été écrite par un membre de Plastic Bag, ce qui pour nous le décrédibilise totalement, surtout après les attaques... La suite

L'Escale - MJC Aubagne / Aubagne : les dernières chroniques concerts

Nafas + Temenik Electric en concert

Nafas + Temenik Electric par Marcing13
L'Escale - Aubagne, le 21/02/2014
Le plateau de la soirée proposé par la MJC d'Aubagne annonçait une soirée très variée en terme d'influences musicales, avec toutefois un dénominateur commun : la musique nord... La suite

L + AimbAss en concert

L + AimbAss par Flag
l'Escale - Aubagne, le 17/12/2011
AimbAss + L Amis lecteurs, écartez les enfants de cet écran.La première partie de cette chronique n'est pas à mettre entre tous les yeux. L'arrivée à l'Escale d'Aubagne se fait... La suite

Soma + Skip the Use en concert

Soma + Skip the Use par Mkhelif
L'Escale - Aubagne, le 08/04/2011
Ce soir deux groupes que je suis depuis un petit moment : Soma en première partie de Skip the Use à l'Escale d'Aubagne. Arrivé sur place je récupère ma place et demande les... La suite

Nasser + Success en concert

Nasser + Success par Delphine D.
L'Escale - Aubagne, le 05/11/2010
UNE ESCALE À SUCCÈS... Vendredi 5 Novembre, l'air est froid, le ciel noir, le brouillard nous accompagne sur l'autoroute direction Aubagne. L'heure a changé, faudra s'y faire... La suite