Accueil Chronique de concert No One is Innocent
Vendredi 15 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

No One is Innocent

No One is Innocent en concert

Le Moulin - Marseille 08 décembre 2015

Critique écrite le par

1 MINUTE DE BRUIT, 1H30 DE CLAQUE

La tournée Propaganda Tour des No One is Innocent passait par Marseille le 08 décembre. C'est au Moulin, haut lieu marseillais bien connu des mélomanes avertis, que nous avons rendez-vous. Arrivés très tôt, nous sommes parmi les premiers à découvrir que la grande salle n'est pas ouverte. Seul le "Club", d'une capacité de 350 personnes, a été prévu pour nous accueillir. Cet espace se transformera rapidement en cocotte-minute compte tenu du nombre de personnes ayant répondu présent. En contrepartie, la proximité est immédiate entre le public et les musicos. On aura l'occasion de le vivre à plusieurs reprises au cours du show.
Les hostilités débutent vers 21 h avec le groupe Beat Sayzz qui assure la première partie. Ce groupe de rock local a la lourde tâche de chauffer la salle, qui s'est maintenant bien remplie. Le batteur, très généreux en termes de frappes, martyrise littéralement ses toms. Malheureusement, sa grosse caisse n'y résistera pas et le groupe est obligé de capituler avant la fin de son set.

Quelques minutes s'écoulent, puis Kémar, Shanka, Thunder B, Popy et Gael entrent enfin en scène devant un public déjà acquis à leur cause. Shanka se saisit immédiatement du micro pour nous présenter un texte de son cru. Il dénonce la barbarie parisienne du 13 novembre par un discours martelé : non, il ne capitulera pas ; oui il continuera à faire vibrer sa guitare. Et ce n'est pas une minute de silence qu'il nous demande, c'est bien une minute de bruit.



S'en suivra plus d'1h30 de gros son et une grosse claque. D'abord par le son, roots mais bien carré qui fait résonner nos tripes. Puis par le légendaire jeu de scène de Kémar toujours autant rempli d'énergie et qui semble se sentir à l'étroit sur cette petite scène. Et enfin par ces morceaux que le groupe nous assène, bien structurés, qui pénètre nos tympans sans jamais vouloir en ressortir.



Le groupe attaque par 4 titres de leur dernier opus : Drones, Silencio, Barricades et Kids. C'est le feu d'emblée. C'est carré, c'est énorme, on en prend plein la face. Kémar, fidèle à son habitude, gesticule et balance ses textes en nous haranguant. Les lumières nous flashent littéralement et le public, comme les membres du combo, sont survoltés. Le rythme s'adoucit légèrement - mais alors très légèrement hein - avec les standards Nomenklatura et Revolution.com.



Kémar prend le temps de kiffer : quelques mots pour entrer en connivence totale avec les marseillais. Et nous aussi, on kiffe. Le set rentre dans son rythme de croisière, le public est à l'unisson des musicos. Ça saute et ça pogote devant moi, sur le tempo imprimé par la section rythmique des No One.



Shanka parle à sa guitare pour en extirper le son distorsionné de sa voix sur quelques refrains. Effet garanti ! Puis Kémar fait entrer en scène LE punk de Cassis (il n'en existe qu'un, il se reconnaitra). Il imprime une touche mélodique appuyée grâce à sa flute traversière sur Massoud. La magie opère, ça fonctionne très bien et le public en redemande.




Les morceaux s'enchainent, entrecoupés de messages toujours engagés que Kémar adresse au public. C'est de la quasi-totalité de leur dernier opus que No One nous gratifiera. Soudain, au milieu de leur set, un long break, une pause dans cette avalanche de décibels. On reprend un peu nos esprits en nous demandant ce qui nous attend.
C'est Shanka qui mettra fin à cette accalmie : il avance sur le devant de la scène pour faire hurler sa gratte. Il nous l'a affirmé au début du concert : sa détermination pour jouer est intacte, nous en avons la preuve.



Son solo enchaine de suite sur un riff qui permet à Kémar d'inviter le public sur scène. C'est une coutume chez No One - Kémar insiste bien là-dessus -, et la scène est envahie. Kémar en profite pour quelques stage diving, continuant de hurler ses refrains ravageurs au milieu du public.

Dernier morceau puis c'est le rappel. Ou plutôt, c'est un entracte puisque ce ne sont pas moins de six titres qui sont assurés par le combo durant cette "deuxième" partie. Et aucune perte de régime de la part du groupe. Kémar ne peut se retenir de venir se mélanger directement à nous. Les dernières notes qui viendront chatouiller nos cages à miel seront celles de Charlie.



Les lumières se rallument, on redescend doucement sur terre. 1h30 de claques qui m'ont à la fois scotché et re-boosté. Et manifestement, je n'étais pas le seul à ressentir ce double effet kiss-cool. Du coup, on en redemande, on n'est pas rassasié. C'est où leurs prochaines dates ? OK, je réserve mes billets de TGV.

Setlist :
Drones
Silencio
Barricades
Kids Are on The Run
Nomenklatura
Revolution.com
Putain si çà Revient
Massoud
Johny Rotten
Fire
Drugs
20 ans

Rappel
Djihad Propaganda
La Peau
Gazoline
Chile
Charlie

No One Is Innocent : les dernières chroniques concerts

No One Is Innocent + Tagada Jones en concert

No One Is Innocent + Tagada Jones par Aulie
Le Moulin, Marseille, le 24/11/2018
Samedi 24 novembre 2018, direction le Moulin à Marseille pour assister à une soirée 100 % rock engagé avec les groupes Tagada Jones et No One In Innocent pour leur "Bruit dans... La suite

No One Is Innocent (+ Ricine + Digital Nova)  en concert

No One Is Innocent (+ Ricine + Digital Nova) par Lisa
Salle Guy Obino, Vitrolles, le 13/04/2018
No One Is Innocent, ça commence par une acclamation à un public de fidèles en folie. Le moins que l'on puisse dire c'est que ça met directement dans l'ambiance ! C'est survolté,... La suite

No One Is Innocent (release party de l'album Frankenstein) en concert

No One Is Innocent (release party de l'album Frankenstein) par Lebonair
Bus Palladium, Paris, le 28/03/2018
A l'occasion de la sortie deux jours plus tard de son 7ème album, nommé "Frankenstein", No One is Innocent nous proposait de faire la fête dans une salle mythique parisienne,... La suite

Tagada Jones + No One Is Innocent en concert

Tagada Jones + No One Is Innocent par Sodis Xiii
L'Usine, Istres, le 28/04/2017
En cette période électorale, les deux groupes phares et bruyants de la scène punk rock française sont sur la route pour une mini-tournée, afin d'éveiller les consciences mais aussi... La suite

Le Moulin - Marseille : les dernières chroniques concerts

Camélia Jordana + Siem Folknomade en concert

Camélia Jordana + Siem Folknomade par Sami
Moulin, Marseille, le 09/11/2019
Les voix féminines et la Méditerranée sont à l'honneur au Moulin, qui, contrairement à ce qui était annoncé, est en configuration "petite salle" ce soir. Siêm Folknomade Pour... La suite

La Maison Tellier +  Blind Cinema en concert

La Maison Tellier + Blind Cinema par Sami
Le Moulin, Marseille, le 24/05/2019
Le Moulin a toujours été une des salles les plus ponctuelles de Marseille, beaucoup plus que les transports en commun en tout cas. Du coup comme souvent on aura juste le temps... La suite

Bukowski + Ultra Vomit en concert

Bukowski + Ultra Vomit par Philippe
Le Moulin, Marseille, le 10/05/2019
Soirée (évier) metal potentiellement débile et bien régressive, avec les quasi-mascottes du Hellfest : les fameux Ultra Vomit de Nantes ! Le public devant l'entrée semble... La suite

No One Is Innocent + Tagada Jones en concert

No One Is Innocent + Tagada Jones par Aulie
Le Moulin, Marseille, le 24/11/2018
Samedi 24 novembre 2018, direction le Moulin à Marseille pour assister à une soirée 100 % rock engagé avec les groupes Tagada Jones et No One In Innocent pour leur "Bruit dans... La suite