Accueil Chronique de concert Overkill + Prong + Enforcer
Lundi 18 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Overkill + Prong + Enforcer

Overkill + Prong  + Enforcer en concert

Le Vox à Toulon 3 novembre 2014

Critique écrite le par


Pour commencer ce mois de novembre chargé en concerts dans la region (une fois n'est pas coutume heing !), en voilà une bien belle affiche, et inédite qui plus est !
Overkill en France, c'est déjà très très rare. Alors par chez nous, encore plus ! Rajoutez y Prong, que je n'avais toujours pas pu voir depuis 20 ans que je les ai découvert, et c'etait déjà pour moi une pure joie ue de bouger mes fesses jusqu'à Toulon en ce lundi frisquet !
Les "jeunes" d'Enforcer seront la cerise sur le gateau decibellique pour completer ce bien bandant package.

Le public ne s'y est pas trompé, en remplissant une bonne petite moitié du Vox. Et parmi ledit public, des tronches pas vues depuis la fin des années 90, ça faisait très très plaisir de recroiser des habitués des lieux rock de l'epoque. Mais les vieux briscards n'avaient pas le monopole de l'audience, en effet pas mal de metalheads plus jeunes etaient de la partie, et le tout donnait une ambiance de connaisseurs assez festive et ultra sympa. Notons la gentillesse du personnel, les tarifs très honnetes du bar, ou le merchandising très fourni pour chaque formation, et vous comprendrez que cette soirée etait déjà une réussite en soi.
Et les trois groupes se sont mis au diapason de l'atmosphere générale, pour en faire une réussite totale.

En premier lieu, je ne m'attendais pas à ce qu'Enforcer, groupe de heavy/speed suedois ayant 10 ans d'existence dont j'avais entendu pourtant pas mal de bien, soit aussi bonnard sur les planches ! De vrais bons riffs, une bonne aggressivité, du son, des soli et des harmonies... le seul bémol, comme d'habitude pour moi avec ces combos clairement orientés vers la NWOBHM et autre groupes cultes des 80s, c'est la voix, souvent trop suraigue et mal maitrisée. Ben meme ça, ça ne m'a pas dérangé outre mesure ! Pas la perfection niveau justesse dans les screams, mais largement audible.

Et c'est rare que je sois emballé sans connaitre un morceau en plus. Ben là, en 30 minutes, ils ont conquis le Vox et donné envie de les revoir plus longtemps prochainement.
Par contre on a toujours pas compris pourquoi ils jouaient sans bassiste, vu qu'il etait en Espagne la veille, mais ca prouve bien que la basse n'est pas indispensable dans un groupe de Metal ! Oso, si tu me lis...

Après ce hors d'oeuvre bien goutu, passons au plat de résistance en ce qui me concerne, à savoir les americains de Prong ! Ils etaient la raison première de ma venue. 20 ans que "Cleansing" est sorti, 20 ans que j'ai pris une sacrée claque dans la gueule, 20 ans que j'essaye de les chopper sans succès.
Mais cette fois sera la bonne, et putain c'etait jouissif ! Aussi puissant que ce que j'attendais. Meme si je n'ai plus trop suivi après "Rude awakening", les titres inconnus ne dépareillaient pas par rapport aux hits tels "Beg to differ", "Unconditional" ou bien sur les quatre premieres compos de "Cleansing" !

Tommy Victor est charismatique et assure avec une fantastique energie ses lyrics et ses parties de gratte. C'est son groupe, et il y croit plus que jamais. Ses deux acolytes ne sont pas en reste, faisant de la section rythmique un vrai rouleau compresseur qui fait violemment banguer ! Le bassiste punky s'en décroche la nuque maintes et maintes fois.

J'ai pas vu le temps passer, c'etait vraiment explosif, heavy, tranchant. Une démonstration de "fist in your face" et "neck snapper" ! Pas besoin de plus. Brillant !


Setlist :


For Dear Life
Beg To Differ
Unconditional
Eternal Heat
Lost And Found
Ruining Lives
Cut-Rate
Rude Awakening
Turnover
Carved Into Stone
Broken peace
Another Worldly Device
Whose Fist Is This Anyway?
Snap Your Fingers, Snap Your Neck


Enfin, en dessert plus que corsé, les autres amerloques au vert improbable, j'ai nommé la bande à Bobby Blitz. Infatigable leader, toujours aussi sec et en muscles, mais tout sourire. Ah il etait content d'etre là, ça fait chaud au coeur tiens !
Comme à leur habitude, ils ont tout défoncé. Et que ce soit à la maison, avec les potes, plutot qu'à Londres ou en Allemagne, ça rajoutait un petit plus qui faisait la différence.

Meme si je ne suis pas leur plus grand fan sur album, loin de là, je continue à penser que c'est un des meilleurs combos thrash on stage. Ca tient beaucoup à son duo charismatique Blitz/DD Verni bien sur, à la qualité de l'interpetation, furieuse, et aux compos ravageuses qui sont entrées dans l'histoire du Thrash avec un grand T.
Impossible de ne pas aller gentillement se frotter aux autres fans lorsque retentit "Rotten to the core" ou "Hello from the gutter" ! Impossible de ne pas gueuler comme un goret en rut pendant "Elimination". Et bien sur, impossible de ne pas faire de gros doigts d'honneur sur "Fuck you" !
Un groupe qui fédère son public pendant la petite heure et demie de boucherie sans concessions. Et avec un bon son (comme pour tous les groupes), ce n'en etait que plus bonnard !

Voilà une soirée idéale pour les fans de heavy/thrash/power/ce que vous voulez tant que ça envoie les watts. Trois groupes qui ont une foi inebranlable en leur zik, et des fans à l'unisson. Hell yeah !



Setlist (table de mix) :

Armorist
Overkill
Electric Rattlesnake
Wrecking Crew
Black Daze
Rotten to the Core
Bring Me the Night
End of the Line
Long Time Dyin'
Under One
Pig
Hello From the Gutter
Ironbound

Rappel:

Bitter Pill
Elimination
Fuck You


Gandalf

OVERKILL : les dernières chroniques concerts

Overkill par Rama
CCO - Lyon, le 18/02/2010
Présent au plus haut niveau depuis des années, mais évoluant dans la discrétion la plus totale, OVERKILL n'est pas assez sulfureux ou glamour pour s'attirer les faveurs du grand public et l'attention des médias. Malheureusement, le combo n'a que trop rarement lutté dans le haut du tableau, et a surtout frôlé la relégation ces dernières... La suite

Overkill en concert

Overkill par Gandalf
Academy Islington - Londres, le 20/02/2009
De retour à Londres, 3 ans et demi après le Live 8 2005... ENFIN de retour à Londres, ville chérie, ville cosmopolite, ville vivante, ville orgueilleuse, ville musicale... Bref... La suite