Accueil Chronique de concert Overkill
Lundi 18 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Overkill

Overkill en concert

Academy Islington - Londres 20 fevrier 2009

Critique écrite le par

De retour à Londres, 3 ans et demi après le Live 8 2005... ENFIN de retour à Londres, ville chérie, ville cosmopolite, ville vivante, ville orgueilleuse, ville musicale... Bref bref bref, retour à Londres à l'occasion du Priest Feast le samedi, à la base.
Mais comme un bonheur n'arrive jamais seul, nous apprîmes une fois les billets pris, que la veille se produisaient Overkill/Exodus/Gama Bomb/Torture Squad. Initialement prévue à l'Underworld de Camden, cette affiche a été déplacée à l'Academy d'Islington à trois stations de métro de là, afin d'y faire rentrer une affluence plus importante.

Le souci, c'est qu'à Londres les lives ne finissent pas tard, pour permettre les retours en transports en commun, pour que la fête continue dans les nombreux endroits prévus à cet effet, etc... Nous allons donc rater les trois premiers combos, car avec DG, nous avons attendu que les parisiens Gasp, Sarah et Féfé nous rejoignent dans le coin (et non pas à Brixton hein...), puis nous avons pris quelques coups à boire dans un pub proche (ah les joies de la Strongbow, hein les gars ?!), ce qui fait qu'en voulant arriver à la cool, on s'entend dire une fois rentrés dans la salle, qu'Exodus vient de finir son set. Dommage, on entendra pas les "Bonded by blood" et autres "Toxic Waltz", mais perso je m'en remettrai, n'étant pas fan ultime, et les ayant vu dans les meilleurs conditions au Korigan l'an dernier.

L'Academy Islington est une bonne petite salle, avec un étage où sont suspendus des ecrans lcd pour suivre le live en cours (bien pratique avec les géants anglais qui obstruent la vue selon où on se trouve...).
Les Américains se pointent rapidement, on rigole pas avec les enchainements de groupes à Londres ! Et ce qui rigole encore moins, c'est Overkill !
Non mais quelle puissance ! Quelle maitrise ! Quelle hargne ! Et puis quelle setlist ! Un best of du début à la fin ! Un "Feel the fire" peu commun (Gasp remet toi !), un "In union we stand" jouissif, un "Hello from the gutter" right in your face, un "Fuck you" inévitablement oecumenique.... Un tourbillon qui passe bien vite tant on n'a pas le temps ne serait ce que de regarder sa montre !

C'est la première date de leur tour, ils sont en méga forme les gars ! DD Verni a toujours autant de classe, Blitz est radieux, banguant sauvagement, haranguant la foule, crachant ses lyrics malsains. Les soli sont envoyés sans concessions, et la batterie claque, le tout dans un son thrash mais bon.
Le public, conquis d'avance, ne se gène pas pour brailler les refrains, ni pour pogoter devant, ni pour montrer aux ricains qu'ils sont les bienvenus pour atomiser les nuques et écorcher les cordes vocales.

Ça n'a pas du duré plus d'une heure vingt, et encore, mais on ressort de là le sourire aux lèvres, heureux d'avoir pris une leçon de thrash, courte mais intense. Et c'est ça qui est bien avec Overkill. Où que j'ai pu les voir, à n'importe quelle époque, je n'ai jamais été déçu, c'était toujours pro, carré et riffu ! Pourvu que ça dure ma p'tite dame !




Setlist:

Deny The Cross
Evil Never Dies
Hammerhead
Hello From The Gutter
Rotten To The Core
Elimination
Skull & Bones
Feel The Fire
In Union We Stand
Overkill
----------
Horrorscope
Fuck You

OVERKILL : les dernières chroniques concerts

Overkill + Prong  + Enforcer en concert

Overkill + Prong + Enforcer par Gandalf
Le Vox à Toulon, le 03/11/2014
Pour commencer ce mois de novembre chargé en concerts dans la region (une fois n'est pas coutume heing !), en voilà une bien belle affiche, et inédite qui plus est ! Overkill en... La suite

Overkill par Rama
CCO - Lyon, le 18/02/2010
Présent au plus haut niveau depuis des années, mais évoluant dans la discrétion la plus totale, OVERKILL n'est pas assez sulfureux ou glamour pour s'attirer les faveurs du grand public et l'attention des médias. Malheureusement, le combo n'a que trop rarement lutté dans le haut du tableau, et a surtout frôlé la relégation ces dernières... La suite