Accueil Chronique de concert Papaya cake + Miss white and the drunken piano
Vendredi 15 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Papaya cake + Miss white and the drunken piano

Papaya cake + Miss white and the drunken piano en concert

La Gare Maubec (84) 4 Fevrier 2011

Critique écrite le par

La Gare de Maubec accueille ce soir deux groupes atypiques.

Papaya Cake à déjà un peu entamé son set quand j'arrive. Il ne me faut pas longtemps pour me mettre dans l'ambiance. Cette salle est vraiment sympathique, et son public aussi logiquement.

Papaya Cake, c'est une chanteuse et un "machiniste". Au départ les sons trip hop et la reverb sur la voix me rappellent Portishead.

La chanteuse charismatique digne de Charlotte Savary est vraiment dedans. La mise en scène est originale, ainsi que les déco lumineuses (non sans rappeler les lives de chinese man). Que du positif pour l'instant pour cette soirée découverte !

Le set défile donc, et Papaya cake possède une palette de styles assez impressionnante. On nous offre des passages Soul / Funk / Hiphop à la manière d'artistes des années 80/90 comme Deee Lite. Le flow funky nous incite à bouger la tête pour le coté assis ; et danser timidement, pour commencer du coté debout.

Les variations couplets rappés et refrains chantés apportent de la dynamique aux compositions.
En plus, que ça soit la chanteuse ou Mr le machiniste, ils ont tous deux un humour acerbe très "Robin des Bois" entre les titres. Ils semblent jouer en taquinant comme s'ils débutaient, pourtant dès qu'elle sort un son, c'est l'envolée lyrique qui donne des frissons dans le cou...

Franchement, c'est une grosse claque qui me fait lâcher mon appareil comme l'aurait fait n'importe quel amateur de bon son...
Un petit rappel de cette première partie étonnante, et c'est déjà la pause.
L'ambiance dans la Gare est paisible, on a de quoi se poser, et les boissons sont à un tarif vraiment raisonnable.

Et c'est vite reparti avec Miss White & the Drunken Piano.
J'ai choisis de venir ce soir grace à l'écoute de quelque uns de leurs sons sur leur myspace, et j'ai été conquis.
Vais-je avoir la même impression en live ?

Les trois membres entrent micro à la main. La chanteuse, vêtue d'un robe blanche (comme sont nom de scène l'indique...) envoie de suite un hiphop style east coast bien à l'ancienne. Le flow est très rythmé et mélodieux.

Le contraste est bluffant : le petit bout de femme qui balance à la manière de A Tribe Called Quest, ou du Jurassic 5 !
Les deux autres musiciens ne sont pas en reste. En effet, leur beatbox est d'une grande qualité. Autant du point de vue de la diversité des sons que de la maitrise des tempos.
Ca bouge bien, et cette entrée en matière donne la température de ce qui arrive.

Ca bouge aussi sur scène, Car Miss White se pose au piano tandis que les autres musiciens alternent alors beatbox, basse, saxophone, batterie.

Des musiciens comme il est vraiment agréable de voir. C'est le type d'extraterrestre qui peut faire s'enflammer n'importe quel beuf, sur un instrument au hasard. J'admire cette polyvalence.

Le son sonne globalement comme Papaya Cake : des influences à profusion, tout ça mit dans un shaker pour faire swinguer et s'évader avec des sons envoutants.

Le piano amène un chant posé (un peu à la Jewel, ou Sophie Moleta sur All Soon, ou encore So is the sea, ou Dawn).
Le classique et le jazz qui ressortent beaucoup sont incorporés à la mixture avec brio. La pianiste est étonnante par sa technique.

Elle a fait un bon séjour par le conservatoire. Elle en a ensuite tiré son titre : Chopin was a hiphop lover. Le concert est ponctué de petites autocritiques pleines de malice sur les clichés de ces styles musicaux.
Sur ces phases jazzy, c'est un véritable régal. Le trio Piano / Basse /Batterie tourne à plein régime.
Petit passage oriental, qui nous fait planer au dessus du désert. Le tour d'horizon touche à son terme, et la soirée se clôture au centre de la salle. Le mini piano est placé, et le groupe reprendra All soon avec un cours de beatbox improvisé.

C'est bien repu de ce repas acoustique que je rentre dans mes pénates, content d'avoir découvert une salle sympa de plus pas loin de chez moi et deux grosses découvertes musicales, ce qui me donnent vraiment envie de profiter de 2011 pour m'en faire encore...

La Gare Maubec (84) : les dernières chroniques concerts

GoGo Penguin en concert

GoGo Penguin par Flag
La Gare - Maubec, le 10/04/2015
Vendredi dernier, La Gare du Coustellet ouvrait ses bras à un trio de jazz au nom improbable de Gogo Penguin. Les trois musiciens monteront sur scène pratiquement sans un... La suite

Hugh Coltman + The Red Rum Orchestra en concert

Hugh Coltman + The Red Rum Orchestra par Lionel Degiovanni
Gare de Maubec - Coustellet, le 14/03/2013
Un soir de semaine, que faire de mieux que d'aller à un concert, passer une bonne soirée avec de bons artistes..... c'est donc chose faite en allant voir Hugh Coltman à la Gare... La suite

Dupain en concert

Dupain par Celine
la gare Maubec, le 09/03/2013
"Dupain se reforme et propose un concert à la Gare le 9 mars?!!! OUHAIAIAIAI!! Venez on y va!!" Et nous voilà parties à Maubec voir Dupain à la Gare, autant dire : nous voilà... La suite

Owlle en concert

Owlle par Lionel Degiovanni
La Gare - Coustellet, le 05/02/2013
Ce soir, direction la Gare de Coustellet pour aller découvrir une jeune artiste qui commence à passer sur les ondes radio ; beaucoup de gens autour de moi me disent " ah oui, tiens... La suite