Accueil Chronique de concert Puts Marie + Raqoons
Mardi 29 septembre 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Puts Marie + Raqoons

Puts Marie +  Raqoons en concert

Le Tremplin - Beaumont 16 novembre 2018

Critique écrite le par

"Putes Marie ?! c'est quoi ?", on me demande. "Alors, primo, c'est Puts Marie, et deuxio, c'est absolument kiffant !". Entre une escale à Saint-Malo la veille, et un passage dans la région parisienne le lendemain, le groupe a choisi ce détour assez improbable en Auvergne, au Tremplin, qui se révèle absolument immanquable.


Raqoons

Une bonne trentaine de personnes sont arrivées à l'heure pour découvrir la première partie, Raqoons, un power trio stéphanois. Ils ne s'appellent pas Stéphane, mais Téo, Étienne (deux frères) et Quentin, viennent donc de Saint-Étienne, pas de Saint-Quentin. Bref. Ce qu'ils proposent ? Du groove rock, avec cette formation originale, où le batteur, au centre, se fait leader et chanteur, entouré par les cordes.



Ça aiguise quand même un peu les clichés du genre stadium rock (on pourrait parier qu'ils sont fans de Muse ou AC/DC) avec des poses assumées, du riff rentre-dedans, dans un genre funky rock soul. On ne peut pas nier l'énorme énergie engagée dans ce show par les trois jeunes camarades, le medley cover de "Blue Suede Shoes" et "Johnny B Goode", les magnifiques jeux de lumières, et un son parfaitement géré, n'arriveront pourtant pas à m'emporter plus que ça. Le public reste attentif, le premier rang se trémoussant, un peu.


Puts Marie

"You can put Marie !" Ils auraient pu choisir de mettre Britney ou Raymonde, au moment d'inscrire un nom de groupe sur le line up il y a une vingtaine d'années environ. Soit. Ils ont choisi Marie. Sobre. En contradiction avec leur musique, extravagante par la richesse des sons puisés dans divers voyages, collaborations, époques, et confirmée sur le nouvel album "Catching Bad Temper" sorti fin septembre chez Yotanka Records.

En live, on aime le quintet de Bienne pour l'énergie émotionnelle déployée, le côté spectacle enrichi par le charisme subtilement baroque du chanteur Max Usata et pouvoir comprendre enfin qui fait quoi, des 5 saltimbanques, dans ce génial dédale de son alambiqué. Avec la lourdeur des distorsions rock, parfois metal du guitariste au sourire avenant, le groove d'un rythme jazzy, les lignes graves du bassiste Igor Stepniewski, en chaussettes, à l'expression toujours aussi mystérieuse, et impassible, le flow hip-hop distinctif décoché par le chanteur habité, alternant entre micro ordinaire et micro CB, titillant parfois un clavier ou une mini batterie, le groupe prend plaisir à répandre sur scène ses sons et déploie une puissance jouissive.



Un bon set, qui paraît toutefois peut-être moins percutant que les prestations vues à Tinals en 2015 ou au Cabaret Aléatoire à Marseille, en 2016. En cause, une setlist un peu moins mordante, où le premier album, ayant ma préférence, est en retrait ce soir, sortie du second disque oblige (difficile de remplacer ces souvenirs de l'entrée en scène puissante sur "Mob Kisses" il y a trois ans !). Des titres sortent tout de même du lot, en exemple "Garibaldi" et son apothéose électrique magistrale, "Brush Air", avec la déflagration des riff métal en rupture de préliminaires inoffensifs, ou encore l'émotion d'une mélodie délicate sur le très beau "Indian Girl". Le public, connaisseur, savoure : ça bouge ici et là, ça acclame, et applaudit vigoureusement. Et puis, on ne peut qu'apprécier l'énorme travail sur les lumières et le son, impeccables, pour une très belle mise en ambiance immersive. En cette époque où la mode prédomine, où les vagues psyché et garage du moment ont tendance à nous submerger, créant parfois l'overdose, Puts Marie sait garder son identité grâce à un univers sonore unique, et c'est ce qu'on aime chez eux. On courra les revoir, c'est dit !



Extrait de la setlist :
The Waiter
The Bathhouse
Garibaldi
Indian Girl
C'mon
Pornstar
Love boat
Brush Air

Photos : Yann Cabello www.yanncabello.com, www.facebook.com/yann.cabello.7, twitter.com/YannCabello, instagram.com/yanncabello...


Le Tremplin - Beaumont : les dernières chroniques concerts

Burnin' Soul en concert

Burnin' Soul par Didlou
Le Tremplin, Beaumont, le 06/03/2020
Ce concert du 6 mars arrive pour moi juste avant celui d'Indochine à La Coopé, qui a lieu le lendemain. Deux styles totalement opposés, certes, mais j'aime les deux. Le... La suite

Sue Foley + Dan-O-Sonic en concert

Sue Foley + Dan-O-Sonic par Jérôme Justine
Le Tremplin, Beaumont, le 06/11/2019
En ce mercredi 6 novembre, je continue dans la thématique "Mademoiselle chante le blues" entamée il y a quelques jours avec le chouette concert de Ana Popovic à la Puce à... La suite

EDERZAM en concert

EDERZAM par Didlou
Le Tremplin, Beaumont, le 06/06/2019
Ederzam, c'est un groupe composé de 3 musiciens stéphanois (batterie, guitare et claviers), qui produit une musique feutrée et enivrante parsemée de moments doux, de solos de... La suite

KO KO MO en concert

KO KO MO par Didlou
Le Tremplin, Beaumont, le 06/06/2019
Le concert de Ko Ko Mo au Tremplin (salle de concerts à Beaumont) était à ne pas manquer ! Il fallait vraiment avoir la grippe, une gastro et être cloué au lit avec 41 de... La suite