Accueil Chronique de concert R.E.M
Samedi 28 novembre 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

R.E.M

Paris Bercy 8 Février 2005

Critique écrite le par

R.E.M a envoûté Paris

Et pourtant, ce n'était pas gagné d'avance. Plus un seul billet dispo pour U2 au bout de quelques heures après la mise en vente, et des billets a moitié prix pour R.E.M a quelques jours du concert sur un site internet.

Alors quand après une mise en bouche des Thrills commencée avec 1/4 H d'avance, tant pis pour les retardataires, et bien conclue d'un sert assez enlevé, voici le temps de passer aux choses sérieuses. Et du sérieux on allait en avoir.

Dès l'apparition de Michael, on se rend compte immédiatement que le groupe est focalisé sur sa musique. Fini le temps du cabotinage : chapeau de cowboy sur la tête, mouvement suggestif des Ray bans, poses appliquées... Non, rien de tout de cela ce soir, Michael seulement ceint d'un bandeau de peinture sombre autour de la tête, vêtu d'un costume presque aussi sombre et de chaussures de ville est comme magnétisé par son micro.

Dès le 1er morceau Get up, c'est du grand R.E.M qui nous est servi ce soir. La scène est magnifique, néons multicolores descendant du ciel et formant comme un ballet de gouttes d'eau suspendues dans le temps. Un écran (de très bonne qualité) nous retransmet tous les gros plans pris par deux caméras mobiles en front de la scène. Le son est bien mieux que pour les Thrills, même si quelques problèmes de larsen apparaîtront pus tard. Suivent Departure, et Undertow, apparemment moins connus du grand public mais jouées dans une version impressionnante de justesse. Personne ne s'y trompe, c'est un énorme spectacle auquel nous allons assister ce soir. Sur les premières notes de Animal, la foule commence a manifester sa ferveur, bras levés, claps en rythme, le concert est bien lancé. Suivent un tout aussi impressionnant Boys in the well et retour aux premières amours avec un magnifique So central rain. Michael qui a jusque la peu parlé, nous annonce une petite chanson composée dans le train pour Marseille, et nous avons le droit à High speed train de toute beauté.

Ensuite, le concert prend encore une autre dimension. Dès les premières notes de Everybody hurts, le public manifeste vraiment son enthousiasme, briquets allumés, et même fontaines multicolores pour les premiers rangs, impressionnant, la communion est maintenant totale entre le groupe et son public. les gradins sont debout, un grand moment. Suivent Électron Blue bien meilleur sur scène que la version sur Cd, puis Leaving New York qui la aussi soulève l'adhésion du public. Ensuite, la scène vire des couleurs jaunes, vertes, blanches que l'on avait connues jusque la pour se parer de couleurs rouge profond, et Michael prend son mégaphone et nous scotche littéralement à nos sièges avec un orange Crush enlevé, énergique, comme on l'aime.

Ensuite vient le temps de la gravité, et après les excuses habituelles sur le comportement d'une partie de ses concitoyens, Michael visiblement très ému, enchaîne sur I wanted to be wrong, et Final straw qui vous procurent des frissons a mesure que les paroles s'affichent sur l'ecran géant. Impressionnant, vraiment, images encore magnifiées par les plans très serrés des caméras sur les yeux du charismatique chanteur. Beaucoup d'émotion vraie, sincère, tant pour le public que pour le groupe.

Le groupe enchaîne ensuite les morceaux phare de son répertoire : Imation of love (présenté comme un de leurs hits), the One i love, Walk Unafraid et pour conclure cette première partie : Losing my religion. Tout le monde est debout, et trépigne d'impatience.

Retour sur scène après quelques minutes : Michael a une serviette blanche autour du cou qu'il jette a la foule. Reprise sur un rythme toujours aussi élevé avec un final assez classique pour cette tournée What's the frequency kenneth, Drive, I've been high somptueux. Puis Michael s'approche du premier rang et se saisit d'une banderole qu'il déploie en l'entrainant derrière lui, puis annonce "Suite a une requête...", et nous avons droit à Outsiders (là aussi bien meilleurs sur scène). Le concert se conclut très normalement par the great beyond, I'm gonna DJ (paradoxalement la moins bonne chanson du set a mes yeux), et après que MS eut enlevé son tee-shirt et effectué un magnifique pas de danse comme lui seul est capable de la faire, un Man on the moon qui secoue toute l'assistance comme un seul homme. Michael traverse toute la scène en courant, encourageant tout le monde a lever les bras. L'enthousiasme est a son comble, la salle est KO debout, les instruments n'en finissent pas de jouer, comme si ce moment ne devait jamais finir. Peter en sortant nous gratifie d'une magnifique roulade, et les lumières se rallument. C'est fini

Alors que dire de plus, jamais R.E.M n'a paru autant au sommet de sa forme. Paradoxalement alors que les ventes de disque déclinent, que le groupe n'est plus en 1ère ligne dans les médias, c'est libéré de toute pression (que ce soit artistique ou personnelle sur la sexualité ambiguë de Michael), que le groupe s'est recentré totalement sur sa musique. Et le résultat est là, presque débarrassé de toutes fioritures, avec une sincérité jamais mise en doute, un répertoire étoffé comme aucun groupe de rock n'en possède un à l'heure actuelle, un monument quoi.

Alors a tous ceux qui ont raté ce concert, précipitez vous sur les suivants si vous le pouvez, R.E.M est vivant et bien vivant même, encore et plus que toujours. Enjoy

R.E.M. : les dernières chroniques concerts

Concert hommage à David Bowie (avec Michael Stipe de R.E.M, Karen Elson, TV On The Radio, The Flaming Lips, Debbie Harry, Robyn Hitchcock, Pixies, Tony Visconti, Amanda Palmer, Anna Calvi, Kronos Quartet, Joseph Arthur etc)  en concert

Concert hommage à David Bowie (avec Michael Stipe de R.E.M, Karen Elson, TV On The Radio, The Flaming Lips, Debbie Harry, Robyn Hitchcock, Pixies, Tony Visconti, Amanda Palmer, Anna Calvi, Kronos Quartet, Joseph Arthur etc) par Demi Playmobil
Carnegie Hall, New York, le 01/04/2016
Soirée hommage à David Bowie au Radio City Hall, à New York, hier soir... Le groupe de Mc Caslin qui joue sur le dernier album de du Thin White Duke Blackstar a composé une... La suite

R.E.M. + We Are Scientists en concert

R.E.M. + We Are Scientists par Fanrem
Rockhal Esch sur Alzette, le 20/09/2008
La Rockal qui accueille le groupe ce soir, semble sorti de nulle part. Pas facile d'y arriver, le Gps nous arrête un peu trop tôt, et après un détour par le centre ville, nous... La suite

R.E.M., Tricky, Dirty Pretty Things, Hot Chip, Narrow Terence, These New Puritans, Plain White T'S, Kaiser Chiefs, Apocalyptica (Rock en Seine 2008) en concert

R.E.M., Tricky, Dirty Pretty Things, Hot Chip, Narrow Terence, These New Puritans, Plain White T'S, Kaiser Chiefs, Apocalyptica (Rock en Seine 2008) par Pierre Andrieu
Domaine de Saint-Cloud, Paris, le 28/08/2008
Grâce au show impeccable des vétérans de REM, la journée du 27 août restera en tête comme un excellent moment pour les festivaliers réunis au Domaine de Saint-Cloud à... La suite

Mademoiselle K + Deti Picasso + Punish Yourself + Fish! + Serj Tankian + NY Ska Jazz Ensemble + REM + Adam Green - Sziget Festival (jour 4) en concert

Mademoiselle K + Deti Picasso + Punish Yourself + Fish! + Serj Tankian + NY Ska Jazz Ensemble + REM + Adam Green - Sziget Festival (jour 4) par Pirlouiiiit
Óbuda Island, Budapest, Hungary , le 16/08/2008
Avant dernier jour du festival ... suprise aujourd'hui, alors que les 4 premiers jours nous avons crevé de chaud et que tout le monde se baladait en maillot sur le site,... La suite

The Thrills : les dernières chroniques concerts

R.E.M. + Thrills par ??
Paris, Bercy, le 08/02/2005
Grosse déception du côté de Bercy. Pourtant la salle était pleine à craquer, et Michael Stipe, le leader, était monté sur scène présenter son excellente première partie les Thrills, qui allait faire monter la température du POPB. Las... On aura droit ensuite à un peu plus de deux heures de musique, techniquement parfaite, mais sans émotion,... La suite

The Thrills par 12ax7
Bercy Paris, le 08/02/2005
Les Thrills en première partie d'R.E.M. ça fait rêver,non? Du moins ce qui les connaissent. Que dire de cette performance? C'est la deuxième fois que je les vois et je ne peux m'empêcher de me dire que ce groupe produit une musique excellente mais que ce n'est définitivement pas un groupe de scène...Leur passage a pourtant séduit le public mais le... La suite

Paris Bercy : les dernières chroniques concerts

Jonas Brothers (Happiness Begins Tour) en concert

Jonas Brothers (Happiness Begins Tour) par Florentine Pautet
AccorHotels Arena, Paris, le 22/02/2020
Dix ans. C'est le temps qu'il aura fallu aux Jonas Brothers avant de revenir en France. Et cette fois-ci, c'est bien dans un Bercy archi complet que les frères se produisent. Très... La suite

Suprême NTM en concert

Suprême NTM par Electric Eye
Accorhotels Arena, Paris, le 23/11/2019
Une fois n'est pas coutume, cette chronique est rédigée en français. Parce que Suprême NTM est un produit de son environnement et de son époque. Ce qui veut dire que si vous... La suite

Orelsan (featuring Damso, Gringe, Vald et Ibeyi) en concert

Orelsan (featuring Damso, Gringe, Vald et Ibeyi) par ag
AccorHotels Arena, Paris, le 06/12/2018
Dans le public parisien, l'excitation était à son comble pour ce dernier concert d'Orelsan qui a clôturé la tournée "La fête est finie" à Bercy le 6 décembre dernier. Avec ce... La suite

U2 (eXPERIENCE + iNNOCENCE Tour 2018) en concert

U2 (eXPERIENCE + iNNOCENCE Tour 2018) par Lebonair
AccorHotels Arena - Paris, le 12/09/2018
Pour certains d'entre nous, les Irlandais de U2 représentent le plus grand groupe de rock au monde... Pour d'autres au contraire, Bono and co sont devenue une machine à fric... La suite