Accueil Chronique de concert Les Suds à Arles : Rokia Traoré + Baloji
Mardi 21 septembre 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Les Suds à Arles : Rokia Traoré + Baloji

Les Suds à Arles : Rokia Traoré + Baloji en concert

Théatre Antique - Arles 11 Juillet 2013

Critique écrite le par

Quel plaisir de retrouver ce soir le cadre d'exception du Théâtre Antique d'Arles, avec ses deux colonnes de scène encore debout, éclairées par le dessous et sa tour carré sur la gauche, habillée de lumière avec l'inscription Les Suds à Arles et Arte.

La présentation de cette soirée, aux couleurs associées du Congo et du Mali, va être faite par Bernard Tournois (producteur et ancien directeur des programmes d'Arte), tout de blanc vêtu, qui n'oublie pas de remercier dans son introduction la fée clochette de ce festival : Marie-Jo et nous promet que ce soir nous aurons tout simplement droit à l'Afrique Enchantée.



Pour ce faire, nous allons commencer avec Baloji pour danser la "Rumba congolaise", avant de nous laisser emporter par la femme d'exception qu'est Rokia Traoré, qui va également nous offrir son regard de la musique, avec tout son vécu du Mali. Une très belle affiche pour les amoureux de la musique africaine donc (concert filmé d'ailleurs pour Arte).

Pour cette première partie, ils vont être cinq sur scène, les musiciens prenant place les premiers. Très vite suivi par Baloji qui nous arrive tout de suite très dansant, très dandy chic, avec son grand corps un peu dégingandé. Et à peine arrivé sur le plateau antique, il ne tient déjà plus en place. Nous sommes sur un Rap-Rumba qui tourne à la musique des îles. Je dois avouer que c'est assez irrésistible et qu'il est vraiment difficile pour nous de rester en place.



Il nous parle de Kinshasa, devenu succursale du cinquantenaire de la démocratie du Gabon. Mais qu'il nous faut bien comprendre que la démocratie africaine est bien différente de ce que nous pouvons entendre par ce mot en Europe. Il nous explique ainsi son Afrique et s'amuse du calme du public, qui pourtant est déjà en train de danser en solo ou en couple... Mais tout le monde s'y met.



Guitare et basse (avec un joli numéro de mouvements du bassin) jouent les dissonances d'une mélodie bien rodée. Baloji nous promène et bouscule nos sens pour ne jamais nous laisser couler dans la facilité d'une musique trop entrainante. C'est plutôt captivant et cela ne nous laisse pas vraiment de répit.



Sifflets et mégaphone viennent renfort et de plus en plus de personnes descendent dans l'arène. Lui tombe la veste et nous fait une petite démonstration de danses en tous genres, en nous passant ce message : "Rester ouverts. Eviter les balles ... Faire l'amour ..." Tout se mélange avec cette déclaration from Belgique : "Ceci n'est pas de la World Music, mais de la musique de chez nous ! Alors ce soir, nous sommes tous Moja (un) ... Ce soir, on forme un".



Il nous slame son texte démocratique, avec des mouvements décomposés de robot. La ligne d'orgue monte, pour devenir entêtante. Et il termine à genoux en brandissant le pied de son micro sur une musique qui s'emballe littéralement.

Retour au calme avec une intro (ou une pause) beaucoup plus jazzy pour commencer Tout Ceci Ne Vous Rendra Pas Le Congo. Puis le rythme reprend ses droits. Il récite son texte mélodié sur le silence "Avant de filer à la congolaise, je vais revenir à la genèse ..." Un petit Blues à sa façon avant de nous quitter. Le devant de scène n'est plus qu'une piste de danse. Le guitariste joue, instrument derrière la nuque avec toujours un déhancher diabolique (pour rendre folle ces dames) et nous terminons par ces simples mots : "Changement !"



Serge Tshiani Baloji : Chant
Dizzy Mandjeku : Guitare
Didier Likeng : Basse & Sifflet
Philippe Ekoka Njongue : Clavier
Saidou Ilboudo : Batterie

Setlist
1 - A L'heure D'été
2 - Congo Eza Ya Biso
3 - Karibu Ya Bintou
4 - Tout Ceci Ne Vous Rendra Pas Le Congo

***************************************************************************



Après le départ de Baloji, retour de Bernard Tournois pour nous refaire une petite présentation de Rokia Traoré et saluer l'arrivée de l'Afrique des femmes (avec un petit remerciement au passage à Angélique de Arte).

Ils sont sept sur la grande scène cette fois et je trouve notre belle malienne assez impressionnante avec sa tête rasée, sa petite robe hyper féminine et ses pieds nus. Sa voix est si douce, si claire sur ses accords de guitare. C'est très planant et embarquant. Les chœurs féminins sont d'une pureté magnifique, avec cette batterie jouée à la main. C'est une alliance des musiciens aux allures rock et à ceux venus d'Afrique (dont un "guitariste" de N'goni). Et quand sa voix se déchaîne, elle devient bouleversante, avec toute la musique qui se met à gronder derrière elle, juste avant de revenir au calme et à l'émotion douce.



Elle nous remercie de façon touchante et sincère. Et puis, une fois encore, les sons se mélangent de manière détonnante et subtile. C'est tout à la fois dépaysant et grisant. Avec tout son corps à elle qui semble frémir sous l'impulsion de la musique et ses jolis sourires discrets.

Elle change de guitare et celle-ci me semble encore plus grande que la précédente, sur son corps frêle. Le public est moins dansant que pour la première partie, mais tout aussi attentif (si ce n'est plus). Elle nous ménage des moments de pause musicale pour nous permettre de reprendre notre souffle (et le sien peut être). Nous remercie avec un timide sourire. Puis reprend cette musique qui nous berce et nous fait voyager.



Elle va également chanter en français, sans plus aucune guitare. Dansant avec légèreté, à peine, nous offrant un magnifique visage et une gestuelle des mains d'une grâce infinie. Et puis la musique gagne du terrain et elle se met à bouger avec ferveur, avec toute la poésie de ce texte. Elle mêle les mots de sa langue maternelle à tout cela, pour une fin très enlevée de Zen... Prestation on ne peut plus appréciée et saluée vivement par le public.

Et comme elle sait tout faire, on part dans du beaucoup plus Rock N'roll, avec sa voix qui change aussi pour se faire un peu plus rauque. Elle nous ménage un petit pont anglo-français, avant de se déchaîner à nouveau. La musique, comme sa voix, est vibrante et les deux choristes semble beaucoup s'amuser avec leurs petites chorés très syncho.



Dernier morceau du set et elle chante à nouveau sans guitare Tuit Tuit, la chanson des oiseaux qui doit nous apprendre à avoir la capacité de profiter de chaque jour. Une chanson qui se chante et se danse n'importe comment, qui doit apprendre à se lâcher ... Et je peux vous assurer que beaucoup le prennent au pied de la lettre ce soir ;) ! Le public, qui danse dans tous les sens, est mis en lumière et ce morceau n'en fini pas de finir, partant effectivement dans toutes les directions et changeant sans cesse de rythme. Rokia est même totalement déchaînée sur la fin de cette chanson folle et qui semble ne jamais vouloir se terminer. Ce sont d'ailleurs les filles qui se retrouvent à terminer le titre tout devant, avant de sortir à leur tour.

Je ne sais pas comment ils ont encore l'énergie de revenir faire un rappel, mais ils le font. En anglais et très jazzy. Un rappel qui n'a rien à voir, mais alors vraiment rien, avec le Set finalement. C'est amusant et détonnant. Et le public va même réussir à en avoir un second et dernier, qui semble parti pour être une belle démo vocale. Avec une assemblée en communion qui se retrouve une dernière fois éclairée. C'est le N'goni qui mène la mélodie et ce qui promettait d'être calme et poétique se réveille sur la fin, pour retrouver l'esprit festif du début. Avec une demoiselle qui joue des bolas au milieu de nous et, comme tout à l'heure, les filles continuent seules sur scène avant de nous faire une dernière petite démonstration de danse saluée par les cris et les applaudissements.



Rokia Traoré : Chant & Guitare
Mamah Diabaté : N'goni
Fatim Kouyaté : Chœurs
Bintou Soumbounou : Chœurs
Ruth Goller : Basse
Stephano Pilia : Guitare
Dave De Rose : Batterie

Setlist
1 - Dounia
2 - Yandé
3 - Lalla
4 - Ka Moun Ké
5 - Zen
6 - Sarama
7 - Sikey
8 - Mélancolie
9 - Mama
10 - N'Téri
11 - Beautiful Africa
12 - Kouma
13 - Tuit Tuit
-----------------------
14 - Gloomy Sunday

Chronique réalisée par l'équipe de Concerts en Boîte

Les Suds à Arles : les dernières chroniques concerts

Dakha Brakha + Calexico (les Suds de Arles) en concert

Dakha Brakha + Calexico (les Suds de Arles) par Pirlouiiiit
Théâtre Antique, Arles, le 16/07/2014
A peine remis du concert de la veille aux arènes de Nîmes (je parle surtout de fatigue physique, même si la soirée avec Harold Martinez, les Kills et les Black Keys 10 ans après... La suite

Arcangel & Anoushka Shankar en concert

Arcangel & Anoushka Shankar par Ysabel
Théatre Antique - Arles, le 12/07/2012
Une magnifique nuit se prépare pour nous avec la Soirée Sud, dans le fabuleux cadre du théâtre antique à ciel ouvert d'Arles. Décor de pins et de pierres, avec deux colonnes du... La suite

Les Suds à Arles : Gogol Bordello + Justin Adams et Juldeh Camara en concert

Les Suds à Arles : Gogol Bordello + Justin Adams et Juldeh Camara par Boby
Théatre Antique - Arles, le 15/07/2010
Ce soir il y avait deux lieux antiques où il fallait être. Qu'il s'agisse d'Arles ou de Nîmes le spectacle s'annonçait d'emblée de qualité. Exit Beth Dito et ses Gossip, ce sera... La suite

Yom + Cesaria Evora en concert

Yom + Cesaria Evora par Bertrand 13rugissant
Les Suds a Arles, le 17/07/2009
Semaine Grand écart pour moi, entre Kery James et Cesaria Evora. Ce soir ça risque d'être un peu plus calme, mais un point commun : des sites étonnants. Le théâtre antique... La suite

Baloji : les dernières chroniques concerts

Soraya Zekalmi + Baloji par Ade
De Centrale Gand - Belgique, le 25/05/2013
Les goûts de Gand est un festival en plein air à Gand, Belgique. Comme la météo annonce depuis des semaines un ciel ensoleillé suivi de nombreuses averses locales, les organisateurs ont pris la précaution de déplacer les artistes vers des salles de concert. Le soleil est au rendez-vous et les concerts sont gratuits. Conséquence, je n'ai pas du ... La suite

Babel med Jour1 en concert

Babel med Jour1 par Bertrand 13rugissant
Docks des Suds (Marseille), le 21/03/2013
Soirée d'ouverture de Babel Med aux Docks des Suds. A l'entrée, traditionnellement, les invits prônent sur les places payées plein pot. Un petit guichet seulement pour ces... La suite

Rokia Traore : les dernières chroniques concerts

L Anima, Mandy Lerouge, Rokia Traore en concert

L Anima, Mandy Lerouge, Rokia Traore par jorma
Theatre Silvain, Marseille, le 08/06/2019
Le Théâtre Silvain. Ce petit coin de nature est parfait pour vous présenter, non pas le Chat Machine, mais la soirée de clôture du festival Caravanserail, avec la présence et la... La suite

Rokia Traore - Chorus Festival en concert

Rokia Traore - Chorus Festival par Julyzz
Théâtre J. Vilar - Suresnes, le 21/03/2009
Superbe théâtre pour écouter live l'album Musiques du monde récompensé aux Victoires de la musique d cette année. Difficile de s'imaginer du jazz malien, mélange d'instruments... La suite

Joaquin Grilo + Maalesh + Vanessa Da Mata + Cleck Cleck Boom Party + Rokia Traoré en concert

Joaquin Grilo + Maalesh + Vanessa Da Mata + Cleck Cleck Boom Party + Rokia Traoré par Audrey
Fiesta des Suds - Marseille, le 25/10/2008
Arrivée, certes un peu en retard à la Fiesta des Suds (on ne change pas une réputation!), j'ai quand même eu le temps d'entendre, où plutôt de voir, Joaquin Grilo. L'artiste se... La suite

Presidents of the USA + Millencollin + Eths + les Touffes Chretiennes + Kispal és a Borz + Rokia Traoré + Kaiser Chiefs + Ky-mani Marley + Jamiroquai + Vitalic + Jack de Marseille  - Sziget Festival (jour 2) en concert

Presidents of the USA + Millencollin + Eths + les Touffes Chretiennes + Kispal és a Borz + Rokia Traoré + Kaiser Chiefs + Ky-mani Marley + Jamiroquai + Vitalic + Jack de Marseille - Sziget Festival (jour 2) par Pirlouiiiit
Óbuda Island - Budapest - Hongrie, le 14/08/2008
Pour moi ce fut l'une des plus grosses journée ... le site étant assez grand et les scènes suffisamment espacées pour que le son n'interfère pas, il a fallu cavaler par moments,... La suite

Théatre Antique - Arles : les dernières chroniques concerts

Moussu T e lei Jovents en concert

Moussu T e lei Jovents par Ysabel
Musée puis Salle des Fêtes - Arles, le 01/03/2014
Comme nous l'avions fait pour Piers Faccini, c'est dans une ambiance très bon enfant que nous nous retrouvons au Musée Antique d'Arles, dans le cadre du rituel Le Revivre (entre... La suite

Piers Faccini en concert

Piers Faccini par Ysabel
Musée Antique - Arles, le 02/02/2013
Ce concert de Piers Faccini, bien qu'étant le troisième pour moi, va être extrêmement particulier. Pourquoi ? Et bien parce qu'il se déroule dans un endroit juste fabuleux : au... La suite