Accueil Chronique de concert Steel Panther
Vendredi 3 juillet 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Steel Panther

Steel Panther en concert

Le Bikini - Toulouse 10 mars 2014

Critique écrite le par

Amis de la poésie fleurie bonsoir ! Si vous etes adeptes des bons mots graveleux, que vous n'avez pas peur des gestes obscènes à répétition, que vous aimez le Glam Metal et les nichons découverts à foison, venez applaudir à tout rompre les américains de Steel Panther, qui n'oublient jamais de faire une halte dans l'hexagone ! Et même deux cette année, avec une étape dans la ville rose, en plus du show dans la capitale.



Et c'est cette halte toulousaine que nous nous sommes décidés à rejoindre pour revoir ce combo très second degré, que nous avions déjà pu voir il y a deux ans à Paris lors d'un live très hot assez mémorable !
Le fait de revoir les amis du coin, ainsi que de faire la connaissance de visu d'autres metalheads ô combien sympathiques, a beaucoup joué dans le trip de même pas 24h sur place, et ses 800 kms aller/retour... Et bien nous en a pris, car l'un dans l'autre, cela nous a permis de passer une excellente soirée, sans oublier la before tout en amitié bullesque dans certains débits de boisson de la place Saint Pierre.



Car si le premier opus des glammeux était juste bandifiant, de par ses nombreuses références, ses riffs ravageurs, et ses refrains bombastic, l'on sentait une baisse de régime dès le deuxième effort, plus "sérieux" musicalement. Les deux singles issus du troisième album à paraitre dans un mois n'ont malheureusement pas inversé cette tendance à la baisse. Du coup, on s'est senti obligé de vérifier sur scène s'ils étaient toujours aussi déjantés et lubriques !



C'est donc après une halte kebab que nous rejoignons tous le Bikini, salle que je ne connaissais pas encore. Et je confirme que sa bonne réputation n'est pas usurpée, car sa configuration est assez bonne pour que l'on voie de partout, la scène est spacieuse et le son fut vraiment très bon. Ajoutez à cela un grand parking extérieur, un grand bar avec son patio, et du personnel aimable, moi je dis bravo !
Nous profitons d'ailleurs de cet espace extérieur dans la douce nuit locale pour zapper la première partie (un morceau sans interet ne m'ayant pas retenu) et prendre des forces afin d'endurer la chaleur du set des Steel Panther !



Après un "Number of the beast" de fort bon aloi en intro, le groupe déboule directement par un de ses hymnes incontournables: "The eyes of the panther". Et immédiatement le public est à fond, entonnant les paroles dans sa globalité, faisant echo à un Michael Starr en très grande forme ! En bon showman, il se déhanchera souvent, courra un peu partout, et papotera encore et encore... mais pas autant que Satchel, le gratteux !

Parce que le concept des ricains, c'est finalement d'assener une bonne dose de glam rock, mais aussi d'assumer leur image de rockers décadents plus qu'obsédés. D'où 20 bonnes minutes, sans mentir, de joute verbale explicite entre les trois membres du groupe (le batteur étant très en retrait et complétement muet pendant le show).
Pas besoin d'avoir fait un master d'anglais pour piger l'essentiel de leurs blagues salaces et de leurs demandes répétées à ces demoiselles de l'assistance pour qu'elles nous montrent leurs boobs. Ce que certaines feront sans trop se faire prier, pour le ravissement de tous les mâles présents, évidemment.



Ça fait partie du jeu, tout comme le fait de faire monter un bonne quinzaine de girls trois chansons avant les rappels, pour qu'elles se dandinent à qui mieux mieux, et là aussi nous dévoilent leur atouts mamelonesques. Je tiens à préciser que selon mes compères toulousains, ce sont des filles qu'ils ne voient pas dans les autres concerts de Metal plus classiques... Etrange isn't it ?
En plus nous aurons droit à un show digne d'une soirée boite racoleuse, entre deux gonzesses qui étaient un peu trop "pro" dans leur acoquinements et déhanchements lesbiens, pour être spontanées... Pas que ça nous ait trop choqué hein... Mais après coup, selon un comparse, c'était les deux mêmes donzelles qui avaient fait une belle apparition du même acabit lors d'un Free Wheels...



Et puis les mimiques de Lexxi Foxxx avec son miroir et son stick à lèvres glossy, je suis fan ! Tout comme les positions de Starr ou les conneries de Satchel. C'est du show outrancier, ce qui peut autant agacer les curieux que conforter les fans.

Bref, avec les Panthères d'acier, le spectacle est autant sur les planches que dans le public. Et même si pour ma part je n'ai jamais aimé trop de blablas dans un concert (je viens pour la zik, pas pour un one man show De Maio style), là ma foi çà reste comique, pervers, gestuel, mais bon enfant. Les gens se marrent, c'est l'essentiel.



Mais quid de la qualité musicale dans tout ça ?! Ben ça joue. Très bien même. Oh, Satchel ne sera pas le plus grand guitariste de la planète, tout comme les autres restent dans la moyenne. Mais quand il s'agit d'envoyer quelques brulots glam, ils enflamment le Bikini ! Des morceaux aussi poétiques que "Asian Hooker", "Turn out the lights", "Let me cum in", "Community property" (fallait voir comment ca chantait à cappella dessus) ou le fédérateur "Party all day (fuck all night)" sont imparables et cartonnent à chaque fois. On hurle les dirty lyrics, ça se trémousse, ça gigote, ça slamme même...



Bien sur, ça reste un peu short niveau titres, surtout que des hits comme "Fatgirl" ou "Supersonic sex machine" sont zappés. Mais heureusement les trois extraits de "All you can eat" passent beaucoup mieux en live, avec même un gros délire sur "GloryHole" et son signe de ralliement qui marquera le Metal ! Avant il y avait le Metal Sign, puis le Sign of the Hammer, puis le Heart Sign, now c'est le Hole Sign ! Et quand les centaines de personnes présentes joignent leurs doigts au dessus de leurs tetes afin de former le Saint Trou parfait, y a pas à tortiller, ça le fait ! On pourrait même y inserer le Hammer...

En conclusion, que ce soit à Paris y a deux ans ou hier soir, c'était une ambiance délirante, jouissivement régressive !
Je ne sais pas s'ils pourront se renouveler ad vitam eternam, mais en attendant on profite de passer une excellente soirée avec eux dès que nous le pouvons ! Et c'est aussi ce qu'a dû se dire la majorité des fans, au vu des échos pendant et après la prestation.



Setlist

Eyes of a Panther
Tomorrow Night
Asian Hooker
Just Like Tiger Woods
Party Like Tomorrow Is the End of the World
Let Me Cum In
Turn Out the Lights
Gloryhole
The Burden of Being Wonderful
Gold Digging Whore
It Won't Suck Itself
Death to All but Metal

Rappel:
Community Property
17 Girls in a Row
Party All Day (Fuck All Night)


Steel Panther : les dernières chroniques concerts

HELLFEST 2017 - JOUR 2 : AEROSMITH, APOCALYPTICA, AIRBOURNE,  KREATOR, SAXON, TRUST, DEE SNIDER, STEEL PANTHER, PRETTY MAIDS, UGLY KID JOE, THE TREATMENT, PHIL CAMPBELL & THE BASTARD SONS, CRYPT SERMON, THE DEAD DAISIES en concert

HELLFEST 2017 - JOUR 2 : AEROSMITH, APOCALYPTICA, AIRBOURNE, KREATOR, SAXON, TRUST, DEE SNIDER, STEEL PANTHER, PRETTY MAIDS, UGLY KID JOE, THE TREATMENT, PHIL CAMPBELL & THE BASTARD SONS, CRYPT SERMON, THE DEAD DAISIES par Holy Vier
Clisson, le 17/06/2017
HELLFEST JOUR 2 Après une courte mais bien reposante nuit à l'hôtel (ben ouais, on apprécie le confort à un certain âge), on revient sur le site à midi pour encore une très... La suite

Hellfest 2012 : Steel Panther + Death Angel + Koritni + Uriah heep + Exodus + Sebastian Bach + Edguy + Enslaved + Entombed + Behemoth en concert

Hellfest 2012 : Steel Panther + Death Angel + Koritni + Uriah heep + Exodus + Sebastian Bach + Edguy + Enslaved + Entombed + Behemoth par Abigail Darktrisha
Hellfest@ Clisson, le 16/06/2012
Samedi 16 juin 2ème journée du Hellfest 2012. Après cette première journée pluvieuse et son final en apothéose, ce samedi débutera sous le signe du rock-glam et du thrash... La suite

Le Bikini - Toulouse : les dernières chroniques concerts

Beth Gibbons & Rustin Man (+ Les Hurleurs) par La Meuh
Salle du Confluent, Portet/Garonne (31), le 13/02/2003
Première partie : Les Hurleurs, ils ont contribué à l'ambiance chaleureuse qui se dégage de ce concert, avec une prestation très pro pour des musiques travaillées, le seul hic, c'est le faible volume de la voix par rapport au reste. Vient ensuite Beth Gibbons avec le groupe qui l'accompagne (dont Rustin man bien sûr), un concert impeccable,... La suite

Net de Net par Franck
Opus Café, Paris, le 01/02/2001
Je cours toute l'année aprés des concerts dans les différents club de Paris à la recherche de bons groupes. Chaque année je tombe toujours sur 2 ou 3 groupes qui assurent vraiment..Pour l'année 2001, j'ai trouvé le premier, Net de Net, un groupe Parisien qui donne dans le Funk.Ils enchaînent des morceaux mythiques de la grande épopée funk (Oliver... La suite