Accueil Chronique de concert Tarwater, Anticon, Mocky, Les Georges Leningrad, Ark, Carl Craig, Fuckaloop (Festival Elektricity)
Mardi 18 juin 2024 : 6169 concerts, 27114 chroniques de concert, 5413 critiques d'album.

Chronique de Concert

Tarwater, Anticon, Mocky, Les Georges Leningrad, Ark, Carl Craig, Fuckaloop (Festival Elektricity)

Cartonnerie, Reims 04 juin 2005

Critique écrite le par

C'était la soirée de clôture d'une espèce de festival de musique électronique étalé sur une semaine. Ce soir, j'étais surtout venu pour Anticon, le label de hip hop californien. Plus tôt dans la semaine, à Tourcoing je m'étais déjà frotté les mains en pensant à eux au moment de pénétrer dans la salle du Grand Mix. Un échauffement de courte durée puisque les blancs rappers étaient encore en Espagne, à calculer les temps de transport entre Madrid et le Nord de la France. Concert annulé. Aargh. Je me suis finalement refait en m'incrustant dans la soirée post-examen de fin d'année des étudiants de première année de l'IEP de Lille. C'était en plein air, dans le parc de la citadelle. Il faisait noir, difficile de deviner les seins des filles, à part en les touchant. Et côté musique, il y avait un garçon et sa guitare sèche. Il s'essayait à Radiohead. Mon copain Jean-François nous interpréta Y en a des biens de Didier Super.
Bon à Reims, j'ai pas de copain, il n'y a pas de parc digne de ce nom, pas d'IEP non plus. Ils avaient intérêt à être là, sans cela...

Sans cela, il faudrait assister aux performances successives de Tarwater, Mocky, Les Georges Leningrad, Carl Craig, Ark, avec champagne au bar, un bel éclairage, des seins qui bougent... la purge quoi.
Mais à 22h26, 4 minutes avant l'heure annoncée d'après mon téléphone portable, un blanc habillé d'une veste et coiffé d'une coupe à dégoûter Pierpoljack du reggae, s'avança sous le faisceau qui éclairait la scène du cabaret de la Cartonnerie : "Welcome to you, large number of people, I am Telephone Jim Jesus from Anticon". Alléluia. Ils sont là.
Telephone Jim Jesus, ne rappe pas. Il possède quelques appareils d'où il envoie des plages instrumentales, quelques paroles enregistrées. C'est assez serein, l'expression d'une avant-garde hip hop éloignée des clichés machistes et guerriers du rap industriel. Les jeux de lumière, comme souvent dans cette salle, sont très beaux et donne du relief à une musique qui ne me transporte cependant pas plus que ça.

Au même moment, les Allemands de Tarwater commence à jouer sur la grande scène. Ils ne sont que deux, Bernd Jestram et Ronald Lippok, une guitare, des claviers, des ordinateurs. Il y a très peu de public. Beaucoup moins, par exemple, que pour les Hurlements d'Léo. C'est vraiment dommage au regard de la qualité et de la diversité de l'affiche. A côté de ça, il y a un service d'ordre étouffant, qui ne cesse de circuler entre les spectateurs, à la recherche du moindre écart. Les vigiles portent tous le même tee-shirt sur lequel est écrit Sad Protection. C'est bien trouvé. La musique de Tarwater est elle aussi assez triste. Le chant est murmuré. Les atmosphères sont dignes du dernier voyage d'un sous-marin nucléaire avant son démantèlement. Mais il y a un souffle, ténu, que n'avait pas Telephone Jim Jesus. Le son et le propos sont plus précis et en même temps plus poètique. On entend du clavecin, un vrai harmonica. De nouveaux morceaux, de plus anciens, comme All of the ants have left Paris. C'est beau. Je quitte toutefois l'endroit à pas de fourmi pour retourner voir celles d'Anticon (la fourmi est l'emblème du label).

Sur scène Telephone Jim Jesus a été rejoint par Pedestrian. On franchit ici un premier cap, niveau dinguerie. Et il y en aura d'autres dans la soirée. Pedestrian est barbu et, au moment où j'arrive, il s'adresse au public comme un prêcheur à ses ouailles dans un style typique des évangélistes américains avant de se lancer dans un rap un peu plus orthodoxe. Même avec le livret sous les yeux, il est difficile de comprendre les paroles ou même de s'y retrouver dans les structures des chansons. C'est plutôt engageant, sautillant comme les raps de Beck sur son premier album pour Geffen, Mellow Gold. Le discours de Pedestrian est toutefois bien éloigné de l'attitude ironique et cool du blondinet Hansen. L'obsession de la mort traverse la plupart de ses textes jusqu'à citer la disparition de W.G. Sebald (1944-2001), un écrivain allemand au style funèbre (Les anneaux de Saturne chez Actes Sud, très beau livre). Je n'aurais pas trop le temps de me faire une idée plus précise du style de notre hip-hopeux. Son set fut assez court. Après lui, Sole.

Le seul, l'unique. Sole, c'est le rappeur dans toute sa splendeur. Un type et des mots. Un observateur, qui se coltine la réalité, qui réagit, qui écrit, qui écrit, qui écrit et qui nous recrache tout à longueur de disques et de concerts. C'est l'intranquilité faite homme, "Wishing i was at peace, but wherever i sit, i'm stuck with myself".
Il y a deux ans, je l'avais vu sur la Guinguette Pirate à Paris devant un public de fans. Il avait continué à chanter à la fin malgré une coupure de courant, a capella. Le public ne voulait pas le laisser partir. Alors, il continuait, sans fin, intarissable, son flow ne pouvant se limiter à un concert, à un lieu, à un pays, sa bouche, un volcan en fusion, ses paroles, une lave, l'univers un gigantesque Pompéi.
Ce soir, il est accompagné d'un guitariste et d'un batteur, recrutés en Espagne, où il vit actuellement. Il aurait été intéressant d'entendre ce que donne ses titres avec uniquement ces deux musiciens espagnols. Au lieu de cela, les Ibères jouent par-dessus les instrumentaux de l'Américain. Ca reste du très sérieux. Sole est à la hauteur de sa réputation. Une mitraillette humaine.

Au-dessus, dans la grande salle, les spectateurs et les danseurs se font plus nombreux pour le set DJ d'Ark. C'est un autre univers, moins pesant, plus hédoniste. En débardeur, Ark s'agite sur ses platines avec une belle énergie. De la bonne techno. Je ne reste pas longtemps. Je redescends voir Mocky.

Canadien exilé à Berlin, Mocky appartient au même univers musical que son compatriote Gonzales. C'est un showman prêt à toutes les blagues et à toutes les danses. Il chante, rappe, joue du clavier et avec lui, un batteur, un bassiste, un DJ vont s'associer pour renverser le public du cabaret. Ils jouent un funk assez stupide, une caricature très entraînante que Mocky surjoue en s'affublant d'une perruque de libertin, d'un masque de singe ou encore d'énormes oreilles de Mickey pour son fameux titre Mickey Mouse Motherfucker. C'est excellent. Son groupe est sur la même longueur d'ondes déconnantes que lui. Musicalement, ça chaloupe. C'est là que je vois plein de seins bouger. C'est tout à fait le genre de spectacle qui me met en joie.
Au-dessus, le grand raout techno continue. Sur la piste de danse, un homme dans un fauteuil roulant s'éclate. Et ça aussi, ça fait plaisir à voir.

Je croise Barcella, le jeune chanteur. Toutes ces bonnes vibrations lui montent au cerveau. Il se demande s'il va continuer longtemps dans la chanson française. En tout cas, cela ne peut qu'enrichir son travail. Dans les parages, il y a aussi Lori Sean Berg alias Docteur Schönberg, Néman et David-Ivar Herman Düne qui ont joué plus tôt dans l'après-midi, toujours dans le cadre de ce même festival, prêt à inclure un peu de folk au milieu de tous ces beats électroniques.

Les Georges Léningrad ne sont pas non plus d'authentiques artistes électro. Sont-ils même des êtres humains ? La question peut se poser devant le spectacle de ce trio d'hurluberlus masqués qui annonce leur arrivée sur scène par un massacre de claviers digne d'un spectacle de fin d'année dans un institut spécialisé (pour ne pas écrire asile d'aliénés homicides). Ce sont mes préférés de la soirée. Il y a la dégaine d'abord, donc. Un masque noir pour le zombie-batteur, qui ressemble à Romain Duris dans Arsène Lupin, un masque en tissu bariolé et des bras maculés de signes cabalistiques pour le zombie-clavier, une robe en tulle dégoûtante pour la zombie-chanteuse qui se trémousse comme une poule, bien grasse, dont on vient de couper la tête.
Et il y a le bruit, surtout. La zombie-chanteuse éructe toute une série d'onomatopées hystériques sur fond de claviers distordus et de rythmes syncopés. Un peu comme si Lydia Lunch avait terminé en pute à camions en Asie centrale avec Jad Fair comme mac. Elle aurait perdu toute son aura new-yorkaise, gagné plein de maladies tout en convertissant les habitants des steppes aux plaisirs punks. Faut connaître... c'est sûr. En tout cas, la déjante était à son maximum et l'interprétation dépassait en folie les versions du disque, Sur les traces de Black Eskimo. Il est à noter que les filles qui ont commencé à danser avec Mocky ont continué avec Les Georges Léningrad. Ce n'était donc pas totalement cacophonique, mais bien de l'honnête musique dansable...

Il commençait à se faire tard. Carl Craig faisait son frimeur dans une autre salle. Intéressant. Je ne danse pas, malheureusement. Je faiblissais sérieusement. Je patientai jusqu'à Fuckaloop, soit le tandem Tacteel et Para One, producteurs notamment pour TTC et l'excellent projet L'atelier (il y a deux ans). Décidemment trop fatigué, je n'en retins rien.

Photos consultables sur le site www.elektricity.org

 Critique écrite le 07 juin 2005 par Bertrand Lasseguette


Ark : les dernières chroniques concerts

Ark + Cabanne + Kaplan + Biinhom ( Happy Garden Party) par Art Kraft
Cargo de Nuit / Arles, le 04/02/2006
Un concept original pour ce festival dédié à la musique éléctronique en terres camarguaises à l'initiative du collectif NATURAL GROOVE. Un lieu de diffusion: Le Cargo de Nuit. Une idéé: la garden party bucolique en plein hiver. Focus sur la transformation d'une salle de concert en nightclub electro sur un parterre de gazon...avec quelques unes des... La suite

Carl Craig : les dernières chroniques concerts

Carl Craig, Les Ziris en concert

Carl Craig, Les Ziris par Sami
Cabaret Aléatoire, Marseille, le 03/03/2012
Alors que certains baillaient devant les indigestes Victoires de La Musique, belle affluence ce soir pour un plateau à faire baver les amateurs de techno et... La suite

Les Georges Leningrad : les dernières chroniques concerts

Les Georges Léningrad par Philippe Petit
Montévidéo / Marseille, le 01/06/2005
C'est avec grande impatience que je me rendais à Montévidéo, antre du Groupement de Recherche et d'Improvisation Musicale, lieu qui comme l'indique son nom est plutôt reservé aux musiques d'écoutes, sérieuses et improvisées. Un empressement non dissimulée à l'idée de découvrir ce lieu, fort beau et agréable, sous un aspect plus festif qu'à... La suite

EZ3KIEL / DAAU / DJ ZEBRA / LES GEORGES LENINGRAD / EXPLOSIONS IN THE SKY / I MONSTER par Cadfael 58
Printemps de Bourges, le 20/04/2004
Une bonne idée que ces 2 salles accolées entre elles par 2 bars. *Au 22 ouest, la plus grande des 2, se sont succédés et mêmes mélangés DAAU et EZ3KIEL. DAAU, une formation étrange (accordéon, violon, clarinette etc...) qui joue une musique étrange : une vrai bande originale de film aux atmosphères doucement yiddish. Les 3 membres d'EZ3KIEL... La suite

Mocky : les dernières chroniques concerts

Pusch-pet mastaz par So
Cabaret Aléatoire - Marseille, le 24/11/2007
Mis à part le début de soirée, les annonces d'horaires un peu foireuses faisant que nous arrivons à 21h au lieu de 22h30, cette soirée a été d'un niveau artistique carrément élevé. Comme d'ailleurs la programmation du Cabaret Aléatoire qui rapproche ces dates de qualité (Weddig Present - Abe Duque - Justice - Dj Muggs - Résidence des Puppet -... La suite

Gonzales + Mocky par Hum !
Poste à Galène - Marseille, le 06/06/2001
Waw ! Dur à raconter celui là. J'y suis allé ne sachant rien de lui si ce n'est ce qui figurait sur Concert And Co à savoir " Hip hop acide et mélodique". Lorsque je suis arrivé vers 22h30 je pensais assister aux quelques dernières minutes du concert et point du tout, le concert venait à peine de commencé et en plus il s'agissait d'une première... La suite

Seconde Nature : Alva Noto + Fred Berthet + Mocky + Kabu Kabu & Jimi Tenor par So
Fondation Vasarely - Aix, le 21/09/2007
Seconde Nature 2007 Ca faisait longtemps que je n'étais pas allée à Vasarely pour les anciens et toujours brillants "Territoires Electroniques" de Biomix. J'étais donc curieuse donc de découvrir ce que pouvait donner ce nouveau mariage avec Terre Active créant cette Seconde Nature au festival éponyme. Nous arrivons et c'est Alva Noto qui est... La suite

Tarwater : les dernières chroniques concerts

Tarwater + Zend Avesta par Mystic Keupon Pinguin
Poste à Galène - Marseille, le 19/10/2000
Tarwater Electronique/voix + basse/electronique. Carrement envoutant. Des morceaux lancinants, une basse hypnotique, une voix détachée. Bref l'blocage. Par contre bofbof pour Zend Avesta. Tout cela sonnait très varietoche, gratte genre Eye of the tiger, basse funky variet', chant pareil avec la chanteuse qui s'la petait un peu trop. La... La suite

Tarwater par BenoîT
la Cartonnerie - Reims, le 04/06/2005
Soirée de clôture du festival Elektricity. Belle affiche (électro+hip hop) sur le papier. En arrivant à la Cartonnerie, je découvre avec surprise que Tarwater est programmé en tout début de soirée (22h45) dans la grande salle. Je patiente quelques minutes en sirotant une bière au bar qui sert de fumoir et je comprends que le concert commence à... La suite

experience, tarwater, zend avista par une toulousaine
latino palace toulouse, le 18/10/2000
experience : au niveau des textes c'est plutôt pessimiste et l'ancien chanteur de Diabologum reste toujours égal à lui même. la musique est spéciale et très envoutante. Parfaittarwater : le groupe envoutant de cette soirée. ExtraZend avista : catastrophique. Rien à voir. La suite

Cartonnerie, Reims : les dernières chroniques concerts

Suicidal Tendencies + 22 Below en concert

Suicidal Tendencies + 22 Below par Fabrice Lmb
La Cartonnerie à Reims (51), le 16/04/2017
Un peu de douceur nous était proposée en ce dimanche de Pâques :) . Les légendaires Suicidal Tendencies faisaient escale à La Cartonnerie pour clôturer leur tournée française et... La suite

Ghost + Dead Soul en concert

Ghost + Dead Soul par Fanrem
Cartonnerie à Reims, 106 à Rouen, le 03/02/2016
Finalement, j'ai fait ces deux dates de concert du groupe Ghost qui personnellement succèdent a la Cigale en décembre dernier, et que j'avais adoré (chronique à lire ici). Les... La suite

Stuck In The Sound + Adam Kesher + The Elderberries en concert

Stuck In The Sound + Adam Kesher + The Elderberries par Pascal Power Mondaz
La Cartonnerie, Reims, le 28/03/2009
L'histoire de ce compte rendu du plateau FAIR (The Elderberries, Adam Kesher, Stuck In The Sound) à la Cartonnerie de Reims commence le jour du concert vers 19h30 quand un certain... La suite

Julien Doré par elo
Cartonnerie Reims, le 10/04/2009
Acheté les places sur un coup de tête, un peu stressée de me retrouver avec les jeunes groupies de cet artiste en herbe, mais vraiment pas déçue de ce concert de Julien Doré : tout le personnage était bien présent. L'humour décalé, les reprises, l'auto dérision face au peu d'enthousiasme de la salle et une sacrée présence sur scène quand... La suite