Accueil Chronique de concert The Legendary TigerMan
Dimanche 17 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

The Legendary TigerMan

The Legendary TigerMan en concert

Le Poste à Galène, Marseille 2 octobre 2010

Critique écrite le 05 octobre 2010 par Philippe


Concert un peu en demi-teinte ce dimanche soir pour le (one and only) Legendary Tiger Man, alias Mr Paulo Furtado, toujours en vacances prolongées de Wraygunn et apparemment, en neverending one-man-tour. On est pourtant bien content de le revoir (après son dernier passage assez flamboyant ici-même il y a un an et demi), surtout parce qu'entre temps il a sorti en 2009 un très inspiré album de duo/reprises sensuelles avec des dames, Femina. Certes on se doute bien qu'il n'a pas pu apporter dans ses bagages les affolantes Asia Argento, Maria de Medeiros, Lisa Kekaula, Cibelle, Rita Redshoes et toutes les autres... Mais quand même, il va paraître un peu seul sur scène, ce soir.


Habillé tout de noir, l'air un peu fatigué, il a fait des progrès en français (il ne sait quand même pas traduire "to fuck"), il travaille toujours sur Gretsch de la tête au pieds, et attaque pratiquement à l'heure pile. Il commence en mode peinard sur Life ain't enough for you, donc en duo avec ... Asia Argento projetée sur un écran. L'effet de dialogue est amusant puisqu'il est bien calé sur la vidéo (il a désormais avec lui sur scène un indispensable roadie/laptop, ce qui le rend un peu moins légendaire, il faut bien le dire). Il saute ensuite (il me semble) Thirteen sur sa set-list pour partir sur "an old song" issue de l'album Masquerade, The world's got the eyes on you, plutôt guillerette, qui lui permet de faire joujou avec son triple micro rigolo (normal/vintage/kazoo).


Plus énervée ensuite, les notes sautillantes de Walking downtown, du même : Le silence commence à se faire et l'ambiance à prendre (un minimum d'attention est tout de même utile pour être emporté par ses titres souvent minimalistes). Il reprend alors, il fallait s'y attendre, l'immense These Boots are made for walking de Lee Hazlewood (sans Maria de Medeiros, eh oui), puis joue une jolie chanson d'amour au kazoo, et un rock'n'roll plombé, explosif et sensuel, Light me up Twice (on aurait aimé rencontrer la fille qui chante ça, aussi, Claudia Efe). Tout comme la créature nue qui orne le clip chaud, sale, humide et drôle de la vraiment vieille, pour le coup, Naked Blues.


Le défilé de chanteuses absentes se poursuit, avec à chaque fois un petit compliment, avec la répétitive And then came the Pain (de Phoebe Killdeer), la languide I just wanna know (moins sexy sans Cibelle, seulement en vidéo) juste accompagnée d'un son de métronome (joué au pied bien sûr !), et la très bayouesque Hey Sister Ray, toujours en solo et du coup, un peu longue. Il saute donc Route 66 pour enchaîner sur l'explosive The Saddest thing to say, dynamitée par un gros plan hurlant de l'énorme Lisa Kekaula. L'effet vidéo est sympa mais donne un côté karaoke (il ne chante pas du tout sur celle-là) plutôt frustrant quand même. Reprise de vieux titres à nouveau, avec Crawdad Hole, toujours l'une de ses plus efficaces, avec l'hyper-speedée Bad Luck R'n'B Machine, vraiment très classieuse en live, rythmée par les coups de pieds rageurs du one-man-band dans ses deux caisses.


Sympathique également, le gros vrombissement (au kazoo) du Big Black Boat vociféré dans le micro ancien, et fini à toute berzingue. Bien entendu, en digne admirateur des grands détraqués du blues garage, Paulo Furtado reprend comme la dernière fois la mythique She Said de Hazil Adkins (c'est lui-même qui m'a appris la mort de ce fabuleux vieux chnoque bouffeur de poules, la dernière fois), occasion de tripoter son étrange console chuintante. Vigoureusement rappelé par ses fans, moi le premier, il revient jouer un seul titre, True Love will find you in the End, de Daniel Johnston bien sûr, pour le coup plus touchante chantée par lui seul, que par la belle Cibelle.


Au final tout s'est passé comme si The Legendary Tiger Man avait (comme nous, il faut l'avouer) envie de finir tôt ce soir : une grosse heure à peine, et le concert est torché. A défaut d'une star coûteuse, il pourrait avantageusement recruter une jeune chanteuse afin de rendre plus vivante cette set-list composée pour moitié de duos tronqués. Par ailleurs, sauter au moins 3 titres sur sa propre programmation n'est pas non plus signe d'une énorme envie. Au moins, on ne s'est pas couchés tard : espérons qu'il fera mieux la prochaine fois ! De toutes façons, il ne saurait y avoir de concert parfait de TLTM sans Your life is a lie, I got my night off ou encore, la jouissive Fuck Christman Baby, aaaaaaaaaaaaaaaaaa got the blues !. Sans rancune, et bonne route.


Setlist :
Life ain't enough for you
(Thirteen)
The Whole worlds'got the eyes on you
Walking downtown
These boots are made for Walking (Lee Hazlewood's)
Make you Mine
Light me up twice
Naked Blues
And then came the pain (pas marquée)
I Just wanna know
Hey Sister Ray
(Route 66)
The saddest thing to say
Crawdad Hole
Bad luck r'n'b Machine
Big black boat
Rappel :
(Your life is a lie) / She Said (Hazil Adkin's)
True love will find you in the end (Daniel Johnston's)

> Réponse le 09 octobre 2010, par Philippe

PS : Après lecture de ceci (merci/obrigado !), The Legendary Tiger Man tient à préciser que sa setlist est indicative et change tous les soirs, qu'il ne peut hélas pas recruter une chanteuse autre parce que ça gâcherait l'originalité de ces dames, et qu'une heure lui paraît une bonne durée pour son show. C'est dit, merci et bonne route, Mr Tigerman !  Réagir


The Legendary Tigerman : les dernières chroniques concerts

South Vintage Festival : Rodeo Spaghetti + the Hasbeenders + Cowboys From Outerspace + the Legendary Tiger Man en concert

South Vintage Festival : Rodeo Spaghetti + the Hasbeenders + Cowboys From Outerspace + the Legendary Tiger Man par odliz
Trets, le 19/05/2018
En cette belle journée résolument printanière, nous décidons de nous expatrier loin des fumerolles urbaines et du béton poubelle, direction Trets (prononcez "Tresss",... La suite

Cowboys from Outerspace + The Legendary Tigerman en concert

Cowboys from Outerspace + The Legendary Tigerman par Philippe
Le Molotov, Marseille, le 04/02/2018
Comment mettre fin au bien connu problème d'absence de préventes suffisantes à Marseille ? Cette tendance naturelle (et chiante) du marseillais à se dire qu'il ira évidemment au... La suite

The Legendary Tigerman + Cowboys From Outerspace en concert

The Legendary Tigerman + Cowboys From Outerspace par Sami
Molotov, Marseille, le 04/02/2018
Le dimanche soir pour beaucoup, c'est soirée affalé devant une série ou un match avant les affres du lundi. Mais ce soir le Molotov affiche complet pour un "fix of... La suite

Legendary Tigerman en concert

Legendary Tigerman par Samuel C
Le Point Éphémère - Paris, le 29/01/2018
Paulo Furtado est le Legendary Tigerman. Il est vain désormais de le comparer avec qui que ce soit, il a ses influences (et elles sont sacrément bonnes) et chacun les devine... La suite

Le Poste à Galène, Marseille : les dernières chroniques concerts

Gontard - Splash Macadam en concert

Gontard - Splash Macadam par Lb Photographie
Le Makeda - Marseille, le 12/02/2020
Splash Macadam. Bis Repetita. Y aura t'il quelque chose à ajouter à une chronique écrite il y a moins d'un mois sur un groupe vu en novembre ? Pas de promo d'album en vue, pas... La suite

Venus en Mars + Marie-Flore en concert

Venus en Mars + Marie-Flore par Pirlouiiiit
Makeda, Marseille, le 16/01/2020
Pour être honnête ça partait mal ... rien ne me laissait penser que j'allais accrocher à la musique de cette Marie-Flore dont le portrait envahissait les rues du quartier depuis... La suite

The Bellrays + Lemon Cars en concert

The Bellrays + Lemon Cars par G Borgogno
Le Makéda, Marseille, le 19/10/2019
BELLRAYS Acte III. The Bellrays aiment Marseille. Qui le leur rend bien. C'était au moins leur troisième passage phocéen en groupe. Plus un Bob et Lisa, les deux "leaders",... La suite

Alexis Evans + Syndicat Du Chrome (Festival Tighten Up! #18) en concert

Alexis Evans + Syndicat Du Chrome (Festival Tighten Up! #18) par Sami
Makeda, Marseille, le 21/11/2019
Entre deux têtes d'affiche internationales du festival Tighten Up, de Puppetmastaz la veille au cabaret aléatoire à Pete Rock à la voute quelques jours après, c'est ce soir un... La suite