Accueil Chronique de concert The Pretty Reckless
Samedi 16 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

The Pretty Reckless

The Pretty Reckless en concert

La Maroquinerie, Paris 9 decembre 2010

Critique écrite le par

La vie réserve parfois des surprises insoupçonnables, qui tiennent à un fil. Dans mon cas, au fait que j'ai un téléviseur branché en permanence sur MTV2, et donc par un beau jour de fin Septembre, une musique musclée et entraînante attire mes oreilles, et me fait lever la tête : The Pretty Reckless. Quelle n'est pas ma surprise de voir qu'en plus d'être accroché par la musique, la fille qui tient le micro a un look bien affirmé et des attributs qui ne peuvent qu'émouvoir n'importe quel mâle normalement constitué, et c'est bien le moindre des compliments que je puisse écrire. Imaginez une très jeune fille à la chevelure démesurément longue et blonde en nuisette et bas résille, avec les yeux noirs surmaquillés sur scène, terriblement sexy et provocante en diable qui pour ne rien gâcher pratique une musique très Rock and Roll à écouter très fort et sans modération. Le premier effet Kiss Cool, dans mon cas. Et puis au fil du temps, les clips s'enchainent, quatre au total, tous aussi excellents les uns que les autres, tous dans un genre totalement déjanté et décadent, et tous avec une musique et des refrains qui tournent dans ma tête comme un tourbillon sonore. J'en ai tellement entendu que j'ai tenté de trouver le disque annoncé sur le net comme sorti le 30 Aout, et totalement introuvable en France mi-Novembre. Alors que je pensais être très en retard, j'étais très en avance, puisqu'il n'est sorti officiellement que le 6 décembre, et encore très confidentiellement. Les Fnac de Villebon ne connaissaient pas et celle de Forum n'en avait plus le moindre en stock, tant et si bien qu'il a fallu courir à Montparnasse pour acheter un des 7 encore dispos pour la région parisienne.



Entre temps, j'avais pris mon billet pour le concert de The Pretty Reckless ce soir, et j'avais recommandé chaleureusement à des amis d'en faire de même, mais dès le lendemain, toutes les places étaient totalement vendues. Il faut dire que la salle pour l'avoir souvent pratiquée est minuscule (selon les sources 300 à 500 places), et le son y est toujours fort, pour ne pas dire très fort. La veille du concert, il avait tellement neigé que toute la région parisienne avait enregistré des bouchons record et que je balisais quant au déroulement du concert. C'est donc avec beaucoup d'avance que j'assure une venue en transport en commun, et j'arrive devant la salle avec 1H10 d'avance. Quelle n'est pas ma surprise de constater qu'il y déjà une queue impressionnante qui attend l'ouverture des portes. Je me promène donc un peu dans le quartier, et puis me mets sagement dans la file d'attente, où un copain vient me rejoindre un peu plus tard. A l'ouverture des portes, nous sommes les premiers au bar, et pénétrons dans la salle pour nous mettre juste derrière la console sur une estrade surélevée, face a la scène d'ou la vue est parfaite.

Le concert débute a 21H05, et dès son entrée sur scène The Pretty Reckless est accueilli dans la salle par une clameu et des cris stridents, et dès les premières notes de "Since You're Gone" qui entame le set, les choses semblent très claires : le son est vraiment excellentissime, le groupe dégage une énergie peu commune et la belle possède un charisme incontestable et incontesté. Elle apparait exactement dans le même tenue que la veille sur le plateau du Grand Journal de Canal +, c'est à dire exactement comme je l'imaginais avec des jambes très longues, des bas résille d'un rouge profond, un choc absolu pour les yeux et les oreilles. Ensuite, suivent Light Me Up, puis My Medecine (si ma mémoire est bonne). La belle enlèvera sa veste dès l'entame de ce 3eme morceau, provoquant l'hystérie dans les premiers rangs. Entre temps on a droit à Miss Nothing et Goin' Down enchainés comme dans l'album et dont le rendu est absolument exceptionnel en live...

Quelle énergie, que ce soient les musiciens ou Taylor Momsen, ils sont tous absolument parfaits !!! Les spectateurs apprécient manifestement, et le leur rendent bien : à la fin de chaque morceau, ce ne sont que cris, hurlements et sifflets, et je n'ai non plus jamais vu de ma vie un tel nombre de téléphones en train de filmer un concert : une marée bleue dans toute la salle. Le show se poursuivra sur un rythme aussi endiablé, tout juste entrecoupé par l'interprétation très touchante de Nothing Left To Lose, morceau relativement plus calme. Ensuite ils nous gratifieront d'une reprise de Audioslave, Like a Stone - ce groupé étant annoncé comme un de ses favoris -une interprétation de Zombie, morceau qui ne figure pas sur l'album pour se conclure par un Factory girl de toute beauté. Sur la console de son, alors que le niveau maxi est clairement indiqué comme 105 dB, les diodes indiquent fréquemment 108, quand on sait que une différence de 3 dB veut dire 2x plus fort, je vous laisse imaginer le niveau sonore dans la salle. Ensuite 2 morceaux en rappel dont en conclusion le sublime Make Me Wanna Die, le premier extrait de l'album et certainement leur morceau le plus connu. Le sonomètre atteint le niveau record et tellement invraisemblable de 111 dB que le gars a la console sort son iPhone et prend les chiffres en photo comme pour immortaliser cet exploit. Ils quittent la scène sous une ovation parfaitement méritée après avoir assuré revenir en Mars et que l'annonce des dates se ferait sur Twitter.

Dans la salle, c'est l'émeute pour récupérer les feuilles de set-list, les baguettes et même les bouteilles d'eau stockées sur la scène, c'est dire... Le concert a été exceptionnel de bout en bout, et la soirée est passée à une vitesse vertigineuse. Nous avons été particulièrement chanceux d'avoir droit a presque une heure de spectacle, autre exploit lorsqu'on sait que le Cd ne dure que 34 minutes, et que certains de leurs shows se limitaient à 6 ou 7 morceaux. Apparemment, la belle aime notre belle capitale, et c'est tant mieux. Dehors, le sol est toujours aussi glacé, mais j'ai la tête complètement en fusion, et le coeur rempli de bonheur. La vie est belle, j'en redemande, sur que je serai présent la prochaine fois.

The Pretty Reckless : les dernières chroniques concerts

Main Square Day 1 : Limp Bizkit, Queens of the Stone Age, Eels, Selah Sue, Beady Eye, Warpaint, Shaka Ponk...  en concert

Main Square Day 1 : Limp Bizkit, Queens of the Stone Age, Eels, Selah Sue, Beady Eye, Warpaint, Shaka Ponk... par Boby
Citadelle, Arras, le 01/07/2011
Back to the roots pour la 7 éme édition du Main Square. Si les dernières années le Main Square avait pu habituer à une programmation dont le line up donnait des allergies... La suite

La Maroquinerie, Paris : les dernières chroniques concerts

New Model Army en concert

New Model Army par lol
La Maroquinerie, Paris, le 09/10/2019
Comme tous les ans, Justin Sullivan et son groupe New Model Army viennent rendre visite aux Parisiens. Cette année, c'est à la Maroquinerie que le public fervent d'habitués qui... La suite

Zebrahead en concert

Zebrahead par Lebonair
La Maroquinerie, Paris , le 24/09/2019
Les Américains de Zebrahead étaient de passage à Paris à la Maroquinerie, dans le 20ème, pour leur unique date en France le mardi 24 septembre. En pleine tournée européenne,... La suite

J Mascis en concert

J Mascis par Samuel C
La Maroquinerie - Paris, le 06/07/2019
Il a souvent été décrit comme une personne oisive voire adepte du "jemenfoutisme". Avec son air d'éternel slacker... de 55 balais, sa casquette de base-ball et son t-shirt informe,... La suite

Jon Spencer And The HITmakers en concert

Jon Spencer And The HITmakers par Samuel C
La Maroquinerie - Paris, le 17/05/2019
Retrouver Jon Spencer à la Maroquinerie, en pleine forme, cela ravive forcément des souvenirs. C'est en effet une histoire qui dure depuis près de 25 ans : sur cassette, vinyle et... La suite