Accueil Chronique de concert Les Zourilles
Jeudi 25 avril 2024 : 6240 concerts, 27085 chroniques de concert, 5411 critiques d'album.

Chronique de Concert

Les Zourilles

La Gare, Coustellet 14 décembre 2001

Critique écrite le par

Du fait des précipitations neigeuses du matin et du verglas du soir, une trentaine de personnes seulement est venue à la Gare ce soir là. Les Zourilles sont quatre beaux gars d'Auvergne élevés sous la mère.
A droite un grand guitariste intellectuel, Gaby, qui porte les chaussettes couleur tango du Football Club de Sainte Sigolène. De suite il a essayé de faire tomber les barrières existantes entre une formation artistique et son public en saluant chaleureusement tous les gens présents. A ses côtés, un contrebassiniste-harmoniciste, Mich, plus petit par la taille et le talent qui jouait le rôle de l'idiot. Il avait très peu de vocabulaire et disait souvent tout le monde tout nu. Ensuite, Fargy au chant et au sax arrosoir ; à un moment il a déboutonné son haut de chemise et s'est mis à distribuer ses poils de torse aux filles. Sinon, à gauche, c'est Bouille qui tape sur des objets comme une boite vide de Dash 3 en 1, une caisse claire forgée et qui porte des chaussures de jardinier.
D'un point de vue musical, cela gravite entre les VRP et les Nonnes Troppo ; en Haute Loire, chez Marcel Productions on qualifie cette musique de rock guinguette burlesque ou de chanson agricole.
L'utilisation d'instruments artisanaux tels que la boite à bave, le sax arrosoir ou encore la contremanche de pioche donne des sonorités vraiment originales. Quant aux textes, ils débordent d'humanisme rural : en effet, nos chanteurs content avec dérision les petites histoires des personnages de nos campagnes, du chasseur à l'écologiste en passant par le vieux et Marilou la gentille coiffeuse.
La musique est assez festive et à la fin, tout le monde a dansé la Fargetta : pour la danser, pas compliqué, il suffit de fléchir les genoux, de bomber le torse, de lever les coudes à hauteur des épaules, de laisser ses avant bras ballants et enfin de se remuer. Un grand moment de bonheur. Comme quoi on peut être heureux pour pas grand chose. Sinon, le refrain de Bottle of the night m'a marqué puisque je l'ai fredonné toute la journée hier au travail.
Voilà, si vous cherchez de la bonne poilade et de la convivialité, alors allez voir les Zourilles, le boys band célibataire et auvergnat le plus célèbre.

 Critique écrite le 18 décembre 2001 par Boussac


La Gare, Coustellet : les dernières chroniques concerts

GoGo Penguin en concert

GoGo Penguin par Flag
La Gare - Maubec, le 10/04/2015
Vendredi dernier, La Gare du Coustellet ouvrait ses bras à un trio de jazz au nom improbable de Gogo Penguin. Les trois musiciens monteront sur scène pratiquement sans un... La suite

Hugh Coltman + The Red Rum Orchestra en concert

Hugh Coltman + The Red Rum Orchestra par Lionel Degiovanni
Gare de Maubec - Coustellet, le 14/03/2013
Un soir de semaine, que faire de mieux que d'aller à un concert, passer une bonne soirée avec de bons artistes..... c'est donc chose faite en allant voir Hugh Coltman à la Gare... La suite

Dupain en concert

Dupain par Celine
la gare Maubec, le 09/03/2013
"Dupain se reforme et propose un concert à la Gare le 9 mars?!!! OUHAIAIAIAI!! Venez on y va!!" Et nous voilà parties à Maubec voir Dupain à la Gare, autant dire : nous voilà... La suite

Owlle en concert

Owlle par Lionel Degiovanni
La Gare - Coustellet, le 05/02/2013
Ce soir, direction la Gare de Coustellet pour aller découvrir une jeune artiste qui commence à passer sur les ondes radio ; beaucoup de gens autour de moi me disent " ah oui, tiens... La suite